Le Mak deviendrait un  »parti de gouvernement de la Kabylie autonome » en cas d’autonomie de la Kabylie

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Tizi-ouzou, 3 août 2007 (bms)- Le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK-non agréé mais toléré) prévoit  »Le jour où l’autonomie de la Kabylie est proclamée par l’État algérien », de s’autodissoudre et constituer  »un parti de gouvernement de la Kabylie autonome ».
    Cette perspective est proclamée dans un projet de statuts du mouvement mis en ligne sur son site internet et qui devrait être débattu à l’occasion d’un Congrès annoncé pour le 14 août sans préciser le lieu exact de sa tenue.
    Le MAK, qui se définit comme  »un mouvement politique, démocratique et populaire » qui a  »pour objectif principal d’arracher par le combat politique un statut de large autonomie pour la Kabylie. », précise qu’il convoquera  »un congrès pour s’autodissoudre afin que nul ne puisse confisquer le sigle et le combat pour l’autonomie de la Kabylie à son profit exclusif. »
    Le MAK n’exclut pas par ailleurs  »de prendre part à des élections ou de mettre en œuvre un référendum symbolique sur l’autonomie de la Kabylie. »
    Le projet de statuts du mouvement attribue l’essentiel des pouvoirs entre les deux congrès au porte-parole ou Ameqran, qui est actuellement le chanteur Ferhat Meheni (ex-secretaire national du RCD).
    L’Ameqran a, entre autres attributions, le pouvoir de nomination de la moitié des membres du Comité exécutif dit  »Aseqqamu n tqacuct ». C’est lui qui attribue des fonctions à chacun comme il peut en suspendre ou pallier à son empêchement par la nomination d’un remplaçant  »à condition que le prochain Conseil national l’entérine. »
    Par ailleurs, le Mak reprend visiblement à son compte la structuratiuon traditionnelle des aarchs (tribus) de Kabylie à
commencer par Tajmaat dirigée par un  »Imdebber assisté d’un trésorier et d’un secrétaire ».
     La structuratrion prévoit des coordinations intervillageoises, l’interquartier ou Aseqqamu n tudrin, n temdint (pour la ville), présidée par des  »Aqerru ».   »Ces coordinations, si elles le souhaitent, peuvent créer un Conseil régional ou Arch selon leurs affinités. », stipule l’article 12.
     Le Mak précise au départ que le mouvement créé sa  »propre Tajmaat dans chaque village » et qu’il ne s’imposerait pas aux villages comme l’avait fait le mouvement aarch dit mouvement citoyen.

Belkacemi Mohand Said (kabylienews@yahoo.fr)

Racisme anti-kabyle: Salim Saadoune et la liberté d’expression à la danoise

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Tizi-ouzou, 18 août 2007 (bms)- Salim Saadoune a trouvé en le racisme anti-kabyle le meilleur thème de sa carrière pour s’exercer (enfin?) à la liberté d’expression sur les ondes de la radio publique Chaîne III sans prendre le risque d’être ramené à l’ordre ou de se voir limoger.

    Il a trouvé en cela une auditrice parfaite pour le rôle et celle-ci ne s’est pas retenue à en croire les compte-rendus de presse pour déverser son venin contre les Kabyles qui sont en principe ses compatriotes si elles ne les considère plus omme des frères.
   Pour ce genre de thème, Saadoune ne voit pas de mal à laisser à  »l’auditrice » le temps nécessaire pour vider sa haine et sa rancœur que tous ceux qui ont des notions de psychiatrie comprendront en travers, peut être, d’une déception amoureuse avec un Kabyle, d’une jalousie envers une voisine ou une collègue Kabyle etc…
    La dame en question n’est pas à plaindre, elle pourrait être une simple ignorante quelle que soit la raison qui l’a amenée à s’exprimer sur le sujet du mariage kabyles-arabes en Algérie avec autant de haine.
    Mais celui qui préoccupe dans l’affaire est bien entendu Salim Saadoune qui a repris là la méthode, tant dénoncée par les musulmans et les arabes, y compris peut-être Saadoune lui-même, pour diffuser de la haine sur une radio publique. 

    Rappelez-vous de l’exigence de  »la liberté d’expression » mise en avant pour justifier des caricatures au Danemark portant atteinte à l’image du prophète Mohamed (Que le Salut de Dieu Soit Sur Lui-SAW). Rappelez-vous les jugements de valeurs du Pape Benoit XVI sur l’Islam qu’il a présenté sous couvert d’une communication scientifique.
    Si le sujet n’est pas aussi sacré, du point de vue religieux, le thème du racisme anti-kabyle est tout autant significatif de la haine qu’ont certains envers d’autres et qui n’hésitent plus à s’afficher pour en cultiver des effets dévastateurs d’un autre âge.
    Les Kabyles, ces braves habitants des montagnes du centre d’Algérie, qui ont toujours vécu en résistants face à des agresseurs de tout acabits, doivent-ils pour autant aller brûler des drapeaux et des effigies et verser dans l’extrémisme à la manière des islamistes de Djakarta et du reste du monde.
    Bien sûr que non!
    Parce que le racisme en général et antikabyle en particulier existe et le sera pour longtemps en Algérie. Il est vécu au quotidien pas seulement par les Kabyles qui vont au delà de Thenia ou des gorges de Palestro vers Alger mais par d’autres et particulièrement nos frères noirs du sud du pays.
    Ceux qui le pratiquent sont nuls et font … match nul. Car il en existe des deux côtés.
    Je connais parmi des frères en Kabylie ceux qui vous désarçonneront lorsqu’en évoquant le nom d’arabe ils n’ont qu’Izikkar
(le nœud) dans la bouche pour  le dire, comme pour bien les rejeter.
    La meilleure manière de répondre à Saadoune et à son haineuse auditrice est de promouvoir l’image de notre belle Kabylie. De montrer des images de tolérances de tous les jours envers les visiteurs de la Kabylie. Il s’agit de cesser de participer à des reportages sur la Kabylie qui seront diffusés sur la télévision, notamment les clips de nos chanteurs, où les images des vieux villages que personne n’habite sont mis en avant. Il s’agit de montrer ces grandes bâtisses et ces villas Allah-Allah qui s’y édifient et vers où les habitants de la Kabylie ont tranféré leur vie. Il s’agit de cesser de joueur le jeu de ceux qui veulent réduire l’image de la Kabylie à son folklore de danse et à une région dont la population est attardée vivant dans des formes de grottes.
    Il y a quelques temps la station de Constantine de la télévision algérienne a monté un reportage sur la Kabylie montrant une dame, Na Tassadit, vivant dans un village vide de ses habitants, mais qui reproduisait pour la cironstance ses tâches quotidiennes qui n’ont plus cours pour certaines dans notre belle région, comme celle de transporter de l’eau dans des jarres par les femmes sur de longues distances.
    Un ami algérois touché par les images des pénibles travaux auxquels était astreinte Na Tassadit est allé jusqu’à me dire qu’il a
eu pitié de son sort.
    J’ai remis immédiatement les pendules à l’heure en lui disant:  »Detrompe-toi cher  ami, c’est un film comme s’il est produit à hollywood, la qualité du son et de l’image en moins, bien sûr. C’est une mise en scène sur le vécu dans les années 50 et 70 tout au plus que la télévsion algérienne n’a pas cru devoir préciser peut-être. Cette dame était accompagnée de deux enfants bien habillés renseignant sur leur qualité de vie. Je peux presque affirmer qu’elle vivrait aujourd’hui dans une vaste demeure construite dans un nouveau village tout près de là. Et à voir son âge, elle devrait avoir au moins deux pensions pour bien vivre: celle, en Dinars, en sa qualité certainement de Moudjahida (résistante pendant la guerre de libération) et celle, en Euros, parce que certainement son défunt époux est passé par les fonderies Grégoire ou les usines de sucre de Saint-Louis en France dans les années 40 et 50 et qu’elle en tire une modeste retraite qui l’aiderait à faire vivre même ses petits-enfants… Je comprends que la télévision algérienne ait choisie de terminer son reportage par l’image de Na Tassadit embrassant le drapeau national…C’est là la seule chose qui collerait peut-être encore à la réalité contrairement à celle montrée par le reportage… »
    Depuis il devrait avoir pitié de qui …croyez-vous???

Belkacemi Mohand Said (kabylienews@yahoo.fr)

Le site de BELKACEMI MOHAND SAID à visiter avec plein d’images

http://www.geocities.com/kabylienews

http://kabylienews.site.voila.fr

Tajmâat, Yazid Zerhouni et Mohamed Belhanafi

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

(Reportage imaginaire)

Tajmâat, Yazid Zerhouni et Mohamed Belhanafi  dans Accueil une_tajmaat1 

Tizi-ouzou, 10 août 2007 (bms)- Il n’était pas bon de s’appeler Yazid l’autre jour à Tajmâat, la place du village n’Ath Seksou Sezviv où kabylienews m’a délégué pour connaître la réaction des villageois vis-à-vis de la lettre du ministre de l’intérieur Yazid Zerhouni demandant aux abstentionnistes aux dernières élections de s’expliquer sur leur geste sous peine de se voir rayer des listes électorales.
    Comme il fallait s’y attendre, ils étaient nombreux les Idadaten (les aînés) à conjuguer le prénom Yazid avec tous les noms d’oiseaux pour montrer leur courroux vis-à-vis de cette lettre de Zerhouni, qui n’était pourtant qu’au stade de l’intention et de l’annonce.
    Da Rabah, notoirement connu pour son différend avec le seul Yazid du village, Da Yazid Bahriq Ouqachuch, saisira l’occasion pour dramatiser davantage la situation en suggérant que le tous les Yazid  sont les mêmes et sont foncièrement méchants. C’est à peine s’il ne suggérait de monter une association contre tous les Yazid de la terre.
   Da Ouidir, en plaisantin attitré de Tajmâat, clame à qui veut l’entendre qu’il a un stock d’enveloppes qu’il est prêt à refiler à bon prix au comité du village pour en offrir aux villageois qui en auront besoin au cas où ce produit venait à manquer sur le marché, en conséquence de la pénurie en la matière que le ministère de l’intérieur risque de provoquer  »inévitablement », selon lui, avec ses 4 millions de lettres à adresser aux électeurs abstentionnistes.
    Da Mohand est par contre plus nerveux depuis qu’on lui a dit que s’il ne répondait pas à la lettre du ministre, on ne lui délivrera plus le  »Certificat de vie » nécessaire au maintien du paiement de sa retraite par une caisse de sécurité sociale française. Il a mobilisé d’ailleurs ses petits enfants pour se relayer devant la poste de la commune pour guetter le facteur et lui ramener la fameuse lettre afin d’y répondre au plus vite.
    Pour percevoir et recevoir sa pension en devise, Da Mohand est prêt à répondre à ce qu’on voudra de lui, mais il ne répondra de rien si on venait à la lui supprimer. Un agent de la banque peut témoigner…(ou plutôt son dentier peut en témoigner), de la détermination de Da Mohand et du jour où il a pris les choses à la légère et s’est amusé à lui dire que sa pension n’est pas arrivée alors qu’un de ses collègues lui avait affirmé le contraire, le matin …La suite vous pouvez l’imaginer…
    Da Omar, lui est grandement inquiet pour les prochaines élections, non pas parce qu’il aime voter mais parce qu’il sait que si Zerhouni venait à supprimer tous les abstentionnistes des listes électorales, c’est tout le bureau de vote du village qui sera fermé.
Et là, il est le premier perdant après avoir été depuis des années le premier gagnant de toutes les élections, avant même les élus, du fait qu’il a été le superviseur avec ses enfants du bureau de vote, lui permettant d’engranger une bonne prime à chaque scrutin. Et avec la multiplication des scrutins, il a fini par dire un jour que c’est mieux que le filet social de l’autre ministre  »distributeur de promesses et de bus ». Il rêvait même d’être permanisé en tant que président du bureau de vote et passer d’une pige à un salaire…
    Il a été difficile d’avoir le point de vue de la gent féminine du village. Il a fallu que je prétexte un étourdissement pour m’approcher de la fontaine du village  »Thala Ucharchur » demandant un peu d’eau. C’est à ce moment que j’ai surpris quelques mots de Na Hlima sur le sujet. Les femmes l’ont acclamée d’ailleurs lorsqu’elle leur a dit:  »Ce qui intéresse les femmes avant tout, c’est le mariage de leurs filles et garçons … et sur ce plan seul Mohamed Belhanafi nous comprend! »

   Je n’ai pas compris pourquoi elle a dit cela…

     Je n’ai pas ébruité les propos que j’ai entendus. J’avais peur qu’ils tombent dans l’oreille du chef du village qui pourrait, des fois, s’amuser à envoyer lui aussi des lettres à toutes les femmes du patelin pour qu’elles s’expliquent … pourquoi elles aiment tant Mohamed Belhanafi… J’ai jugé que ça les regarde et puis c’est tout!

Belkacemi Mohand said

N’oubliez pas de visiter le site:

http://www.geocities.com/kabylienews

 ou bien bien

http://kabylienews.site.voila.fr i

1...56789

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...