Algérie-Presse: 17 ans réprésentent une période d’enfance dans la vie de notre presse écrite libre (Benhadjoudja)

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Algérie-Presse: 17 ans réprésentent une période d'enfance dans la vie de notre presse écrite libre (Benhadjoudja) dans Accueil une_belhadjoudja1

Tizi-ouzou, 16 août 2007 (bms)- Le chroniqueur du Le soir d’Algérie, Redha Benhadjoudja (*), a estimé dans une interview publiée par El Khabar-hebdo (en langue arabe) que  »17 ans d’ouverture représentent en vérité une période d’enfance pour notre presse écrite libre… Une période très courte, mais qui a permis de réaliser de grands acquis pour lesquels nombre de frères et sœurs ont donné leurs vies ».
   M. Benhadjoudja s’exprimait ainsi en réaction  à ceux qui invoquent les insuffisances de cette presse pour suggérer un retour à la période d’avant 1990.
     »Nous ne pouvons parvenir à la libération de la parole et réaliser la démocratie que vivent d’autres peuples sans passer par les périodes et les conditions que leurs pays avaient vécues », a assuré l’animateur de la chronique  »pousse avec eux » dans la dernière page du Le soir d’Algérie, qui avait animé pendant plusieurs années un espace identique  »Comme il a dit lui » sous la signature de Hakim Laalam dans le journal Liberté. Il a indiqué avoir vécu l’expérience de la presse publique ét qu’il en a été marqué par la grande pression sur les journalistes qui s’exerçait dans toutes les institutions.
     »Il n’y a pas plus difficile (comme période) que celle où on vous interroge pour expliquer le sens du rire », a indiqué également
Belhadjoudja comme pour relever les interrogatoires qu’il a dû subir pour répondre des plaintes généralement pour diffamation.
     »Ce que je n’oublierai jamais et qui est resté vif dans mon esprit est le jour ou nous avons promis aux frères et sœurs que nous avons perdus que nous n’oublierons jamais leurs sacrifices et leurs positions », a ajouté le chroniqueur le plus lu de la presse algérienne pour son style fait de dérision et de vérités suggérées à la manière populaire (Belmâana – Selmâana).
    Pour Belhadjoudja la blessure reste grande ouverte  »du fait que ce que nous avons subi nous autres algériens ne peut être oublié », dit-il.  »Gommer de cette manière la période noire ne peut panser les blessures », estime Belhadjoudja qui affirme que  »ceux qui ont tenté d’effacer l’histoire de ce pays seront jugés un jour ou un autre ».
   (*) – Benhadjoudja est transcrit également Belhadjoudja

Belkacemi Mohand said

Le site de BELKACEMI mOHAND SAID à visiter avec plein d’images

http://www.geocities.com/kabylienews

http://kabylienews.site.voila.fr

1...56789

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...