• Accueil
  • > Accueil
  • > Algérie-élections: Le spectre de l’abstention plane sur les élections locales du 29 novembre

Algérie-élections: Le spectre de l’abstention plane sur les élections locales du 29 novembre

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Tizi-ouzou, 28 nov 2007 (bms)- Le jour  »J » des élections locales est arrivé en Algérie avec un grand spectre de l’abstention planant sur cette consultation du 29 novembre et que partagent tous les partis politiques qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition.
    Cette éventualité est évoquée par la presse avec insistance et est redoutée par les chefs de partis et l’administration en ce qu’elle signifie en matière de crédibilité et- de légitimité pour les hommes politiques et les institutions auprès de la population.
    Bien entendu, sur le plan légal, quelle que soit la faiblesse du taux de participation des électeurs, les candidats pourront se partager les assemblées locales, communales (APC) et départementales (APW), sans sourciller, le précédent des élections de 2001 en Kabylie étant encore vivace dans les esprits avec des taux record d’abstention-empêchement de mois de 10% parfois.
    Objectivement, l’abstention est liée à un certain nombre de facteurs désormais connus auxquels viennent se greffer d’autres au fil des consultations.
    Il s’agit en premier lieu du manque de crédibilité des hommes politiques renforcée par une déferlante de scandales liés aux responsabilités politiques rapportés par la presse. Ceux-ci se servent et servent leurs proches et amis sans se soucier des difficultés du reste des citoyens.
   Il s’agit en second lieu de l’absence de tout changement de cette classe politique dirigeante depuis des dizaines d’années que ce soit au niveau des institutions centrales (ministères), de l’administration et même des partis politiques. Il est supposé que certains électeurs soient lassés de voir toujours les même figures se chamailler pendant la campagne électorale pour ensuite se partager les postes de responsabilité et leurs avantages. L’exemple est fourni par l’alliance présidentielle dont les chefs de partis (FLN, RND et HMS), se déchirent dans des meetings mais qui se partagent les postes de responsabilités institutionnels.
    Le système veut que la chaîne des responsabilités soit imposée de haut et à tous les niveaux pendant des années malgré des bilans controversés (ministres vieillissants et controversés, responsables administratifs corrompus etc.). Les chroniques judiciaires sont éloquentes sur le sujet.
    Même les partis politiques qui continuent à être dirigés par les mêmes chefs depuis leur création depuis 18 ans pour certains, ont appris à imposer des candidats mal jugés par l’opinion.
    Le système électoral lui-même a perdu de sa crédibilité à force de suspecter la fraude à chaque consultation.
    La multiplication des appels au boycott venant de toutes parts et parfois de parties opposées peut tirer vers le bas également le taux de la participation.
    Enfin, la classe politique est tellement éparpillée avec des contestations internes aux partis en l’absence de choix démocratique internes des candidats que les observateurs focaliseront leur attention sur le taux d’abstention qui sera enregistré au soir de jeudi 29 novembre.
    Le citoyen Algérien semble aussi gagné par la fatalité et la résignation face à tous ces facteurs d’autant plus qu’il n’a aucun moyen de sanctionner. L’abstention prend alors l’allure d’un refus de complicité d’une situation anachronique… très anachronique même.

                                                                                                          Belkacemi Mohand said

Mes sites:

http://www.geocities.com/kabylienews 

http://kabylienews.site.voila.fr

Une réponse à “Algérie-élections: Le spectre de l’abstention plane sur les élections locales du 29 novembre”

  1. Bouali Mourad dit :

    Comme d’habitude le régime ne veut rien apprendre du refus des Algériens à aller voter. Hier le 29/11/2007 à entendre le commentaire du ministre Zarhouni sur les raisons de cette absentéisme j’ai failli tombé par terre de rire. Cette fois -ci c’est la faute à au mauvais temps et à la pluie. Monsieur le ministre viellissant un peu de sérieux quand même. Si c’est la faute à la pluie et comme vous avez les moyens alors il faut l’emprisonner une fois pour toute.

    Je pense que les Algériens boudent les urnes pour une réalité que nos décideurs refusent de voire en face. Si à chaque élection le taux de participation est en dessous des 40% selon le régime en place qui pour la majotité des Algériens croient dur comme fer qu’il n’a jamais dépassé les 15% c’est que quelque chose cloche quelque part. Le jour ou les Algériens auront la liberté de créer leurs parties ( sans redressemnt ) et choisir librement leurs élus à ce moment là le taux de participation parlera de lui même. Bouteflika et consorts doivent partir, ils ont vécu leur temps maintenent c’est notre tour cette génération des 30, 40 et 50 ans de prendre les commandes de l’Algérie . Tant que ces vieillards qui n’ont aucun principe (hier ils étaient socialistes maintenant ils sont fervents capitalistes )continuent à se cramponnener à leurs fauteuils,l’Algérie ne pourra jamais avancer vers la modernité et le progrés. Dans l’attente d’un nouveau octobre chers internautes je vous dis salut !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...