• Accueil
  • > Accueil
  • > Les reportages imaginaires de Belkacemi MOhand Said (BMS)

Les reportages imaginaires de Belkacemi MOhand Said (BMS)

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

emoticone  -  Les reportages imaginaires de BMS  au village Ath Seksou Sezviv -  emoticone

Les reportages imaginaires de Belkacemi MOhand Said (BMS)  dans Accueil reporter2

BMS – Reportage Imaginaire: Rabah Saadane et l’équipe étrangère d’Algérie … matchi d’Latchitchi - 7 mai 2010 –  »Rabah Saadane, né le 3 mai 1946 à Batna, est arrivé à 10 heures et 35 minutes et 20 secondes à l’entrée de la salle de la une_saadane dans Accueilconférence. Il bmsn11avait dans sa main droite, je crois, une sorte de cartable gris et dans sa main gauche, je crois aussi, un stylo bic. Il a souri à quelqu’un assis au premier rang avant de nous adresser à tous un regard sévère et un geste de la main. Premier constat et cela se voit: ou bien il a mal dormi, ou bien il a fait un cauchemar ou encore il s’attend à un cauchemar. Mais bon… ».
     »Saadane a fait 20 secondes environs entre la porte d’entrée de la salle et la tribune où il devait intervenir. En terme footballisitique c’est suffisant pour inscrire un but et faire changer le cours des choses d’un match. Saadane s’est assis ensuite comme s’assoient tous les Rabah (gagnants) de la planète. Il a regardé sa montre et s’est mis à toucher les micros devant lui. C’est alors que celui de la télévision est tombé de la table. Tous les gardes de la salles (agents de sécurité et même policiers) se sont rués comme un seul homme pour le ramener sur la table à 70 centimètres environs de la bouche de Rabah Saadane. Dans leur cafouillage, ils ont laissé tomber tous les autres micros de la presse. Mais l’essentiel est que celui de la télévision n’est pas cassé, car autrement on aurait reporté la conférence, selon un organisateur. Heureusement aussi que moi, en professionnel, j’ai, dès le départ, fixé le micro de Kabylie News sur la table avec une colle forte qui coûte 55 dinars le tube chez le Mozabite de la rue où se tenait la conférence. Personne n’a rien remarqué mon astuce. C’est ça le professionnalisme chez Kabylie News… C’est ça l’Algérie qui gagne… One two three. »(BMS- Lire la suite et commenter)

BMS-Reportage imaginaire:  »Du rôle positif des voleurs dans la société et du clan des mises à pied », en débat chez les Ath Seksou Slevsel  - 1 jan 2010 - Je suis vraiment malchanceux! Je vous le dis parce que c’est vous. Passe que je semble bien parti pour travailler toute ma vie dans ce torchon de KabylieNews que tous les kabyles de kabyles.net (qui ne se respectent pas), qualifient par ignorance d’arabo-islamique, et heureusement qu’ils ne sont pas nombreux (les Kabyles de kabyles.net, bien sûr), mais tomber, comme il m’est arrivé, sur un rédacteur en chef n’lakhar nezman (de l’ère décadente) comme celui qui le dirige et faire toute sa carrière en journalisme et en cyberjournalisme avec lui, je crois que je n’ai pas besoin de vous faire un dessin pour comprendre que j’ai eu plus que ma dose de … calvaire, pas de vaccin contre la grippe AH1N1, bien sûr. Faut pas rêver là!
   Si je tiens encore la route, c’est parce que tout le monde me dit que mon métier est exaltant. Je sais bien sûr que tout le monde se paye ma tête et que tout le monde s’esclaffe dans mon dos de  »jornaniste ». Mais croyez-moi, il est exaltant parfois en effet ce métier et c’est pour cela que je m’accroche à lui.
   Tenez! L’autre jour mon rien-de-rien-dacteur en chef n’lakhar taswiit (de l’ère décadente), m’a bipé pour que je l’appelle pour qu’il m’ordonne (le truc habituel quoi?) d’aller faire un reportage au village n’Ath Seksou Slevsel (les gens du couscous aux oignons). Cela me changera du village ath Seksou sezviv (le village des ath couscous aux raisins secs) que vous connaissez et auquel vous vous attendiez peut être qu’il m’envoie
.(BMS – Lire la suite et commenter)   

BMS – Reportage imaginaire - Dda Mohand El Vatel,  »El Batel » du village Ath Seksou Sezviv - 6 août 2009 - Mon rédacteur en chef n’lakhar nezmane (de l’ère décadente) a bien choisi son moment en ce mois d’août 2009 pour me biper afin que je l’appelle (une méthode mesquine bien sûr qu’il affectionne toujours en bon radin) pour me dire qu’il me rappelle de ma dizaine de jours de congé aux fins de me confier une mission de la plus haute importance là où vous savez: le village Ath Seksou Sezviv (Le village du couscous aux raisons secs).
    Bien entendu je ne pouvais rien faire sinon de m’exécuter.
    Pour les habitués de mes reportages dans ce village, les méthodes dictatoriales de mon ri-dacteur n’lakhar taswiit (de l’ère décadente toujours), sont fort connues. J’ai beau raconter mes déboires à des confrères, personne n’a osé en faire état pour le faire reculer. J’ai fini par comprendre que tout le monde vit une situation identique à la mienne et que les rien-dacteurs en chef n’lakhar nezmane sont légion dans notre presse.
   Bon revenons à nos moutons… je veux dire aux gens du village ath seksou sezviv où mon rat-dacteur en chef n’lakhar nezmane m’envoie. Eh Bien, selon cet innommable ras-dacteur n’lakhar nezmane, ce village s’apprête à ouvrir un large débat sur la gouvernance villageoise. Mon rien-dacteur… (Je sais que j’abuse peut être là..) m’a donné carte blanche pour traiter du sujet,  »en professionnel », dit-il tout en me précisant que je dois seulement éviter de critiquer Dda Mohand El Vatal (l’injuste), le chef du village avec qui il a des affinités.
    –  »Tu me comprends », dit-il.
    Et commernt que je te comprends! Allons donc! C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai décidé de m’intéresser exclusivement à ce chef du village en allant enquêter (tiens!) sur les circonstances du choix de porter à la tête du village ce genre de personnage
.(Lire et commenter) 

BMS – Reportage imaginaire - Le rien-dacteur en chef, Ath Seksou Sezviv et l’affaire Julien Coupat - Après 23 ans de bons et loyaux services, mon rat-dacteur en chef n’lkhar nezman (de l’ère décadente) décide enfin de me confier une mission à l’étranger. J’ai pris connaissance de la mission en étant très vigilant, sachant qu’en définitive qu’il ne veut pas me faire plaisir, ou me reconnaître un certain mérite pour mon professionnalisme mais certainement, comme je le soupçonne toujours, pour me créer des ennuis.
    J’ai eu à le vérifier lorsqu’il m’a précisé que je dois aller en France alors que nous avons un lourd contentieux avec ce pays. Du moins comme le répète souvent mon ris-dacteur en chef n’lakhar nezman lui même. 
    J’ai fini par comprendre qu’il veut m’enfoncer davantage lorsqu’il m’a précisé  que je dois m’intéresser à l’affaire Julien Coupat du nom d’un membre du “
groupe de Tarnac“, mis en examen pour “direction d’une association de malfaiteurs et dégradations en relation avec une entreprise terroriste”. Fichtre alors! C’est qu’ils ont leurs propres terros ces autres  »gouars » (les gars) maintenant. (Lire)

BMS -  Reportage imaginaire: Le ‘’Riendacteur en chef’’ et le prix du mouton de la liberté de la presse à Ath Seksou Sezviv - J’étais bien installé dans ma chaise dans cette sorte de bureau dans lequel je travaille lorsqu’un monsieur du village Ath Seksou Sezviv (village des gens du couscous aux raisins secs) y entre et demande à voir le responsable. J’allais rire à la réponse que j’allais lui donner mais je me suis retenu à la dernière seconde. J’étais tenté de lui glisser dans l’oreille qu’on a plutôt un grand et sénile  »irresponsable » à lui montrer, c’est-à-dire sans chercher à vous faire de dessin, mon rédacteur en chef  »nlakhar nezman » (le rédacteur en chef de l’ère décadente). 
     Je l’ai accompagné alors et dès que nous sommes parvenus devant le bureau de celui que je vénère ‘’selmaqloub’’ (à l’envers), ce dernier m’a intimé l’ordre de regagner mon bureau. Il m’a promis la veille, avec un certain sarcasme, que samedi 3 mai ça va être ma fête, non pas parce que ce sera le jour de la journée mondiale de la liberté de la presse mais parce qu’il envisage de m’infliger une mise à pied … à long terme. 
   Je ne suis pas du genre à écouter derrière les portes mais j’ai prétexté pour une fois un problème sur mon portable pour retarder mes pas et tendre mon oreille pour entendre le monsieur insister sur le fait que l’association de son village veut que ce soit moi qui soit l’invité pour animer une conférence sur la liberté de la presse et qu’un cadeau m’a été destiné.
    Mon ‘’rat-dacteur en chiffon’’, intéressé bien entendu par le cadeau, a beau insister qu’il serait prêt à animer cette conférence, le monsieur resta intransigeant : c’est moi qu’ils veulent par égard à tous les reportages  imaginaires que j’ai réalisé sur ce village.
(La Suite)

BMS -  Reportage imaginaire: Proverbes suédois et kabyles même sens et même combat à Ath Seksou Sezviv -J’ai attendu sans résultat, l’autre jour, que mon rédacteur en chef n’Lakhar nezman (décadent) me bip sur mon portable pour que comme d’habitude je l’appelle afin qu’il me donne l’instruction d’aller couvrir un grand débat au village Ath Seksou Sezviv (le village du Couscous aux raisins secs) qui tient pourtant tout le monde en haleine.
    Qu’à cela ne tienne! J’ai pris la décision moi-même d’aller assister à ce débat tant il concerne indirectement notre profession de journaliste que des rédacteurs en chef comme le mien ont réduite à sa plus simple expression. Un comble!
   Qu’en est-il au juste?
    Tout est parti d’une simple critique à laquelle s’est livrée Dda Amar sur de louches affaires dans lesquelles Dda Ouali Boulamlayar (l’homme aux milliards) s’est engagé. Dda Amar n’a pas su tenir sa langue encore une fois, d’ou son surnom d’ailleurs de Dda Amar Lakritic. Plus grave encore, il a utilisé le Canal de Dda Omar  »Vouyssalen (aux nouvelles) » qui n’a pas manqué d’ébruiter davantage l’affaire croyant comme toujours qu’il y va de la transparence publique.
    Et ce qui devait arriver arriva. L’affaire prend des proportions dangereuses et une assemblée générale du conseil du village n’est pas de refus pour remettre à leurs justes proportions les intentions des uns et des autres.
    J’étais étonné part la grande foule qui est venue à cette assemblée générale.
    Pour la première fois les gens  étaient plus nombreux que lorsqu’il s’agissait d’un enterrement.
    Les gens d’Ath Seksou Sezviv, comme ceux des autres villages, sont très disciplinés lorsque quelqu’un venait à mourir. Tout le monde vient assister à l’enterrement. C’est une question de principe, me disent certains. Mon œil! En vérité les gens ont plus peur de l’enterrement que de la mort ou de l’au-delà. Ils ont peur de se retrouver un jour seuls à enterrer leurs proches s’ils ne venaient pas eux-même aux enterrements des autres. Ils cracheraient sur de bonnes occasions de se retrouver comme les mariages, les circoncisions etc. Mais pour les enterrements  tout le monde est là.
(Lire) 

BMS -  Reportage imaginaireLes jeunes d’Ath Seksou Sezviv connaissent la musique et adorent deux chansons - Ah! c’est malin! Sitôt postée la requête d’une certaine Lora… (non!)…. Nora, suggérant un nouveau reportage sur  »un après-midi des jeunes sur la place du village Ath Seksou Sezviv (Couscous aux raisins secs), sitôt saisie par qui vous savez de rédacteur en chef de  »Lakhar Nezman (redchef décadent) » à Kabylienews.
    Je n’ai pas besoin de vous expliquer comment dans sa suffisance et son autoritarisme le rédacteur en chef m’a donné les grandes lignes à suivre.
    Mais comme toujours je n’en tiens jamais compte, car une fois en route vers les Ath Seksou Sezviv, je sais que c’est moi le vrai rédacteur en chef et j’entendais bien faire moi aussi ce que je veux.
    Dieu merci, c’était par une belle journée ensoleillée que je suis parvenu au village Ath Seksou Sezviv. 
     Il était juste 14 heures et une minute lorsque je parviens à Tajmâat, la célèbre place du village. 
     Là, j’ai constaté quelque peu intrigué que sur la place il n’y avait que des jeunes… Aucun vieux à des dizaines de mètres à la ronde.
    – Bienvenue monsieur le journaliste. On vous attendait, m’a indiqué l’un d’eux.
    – Comment ça … qui vous a prévenu?
    – C’est-à-dire que depuis un certain temps nous effectuons une sorte de permanence au cybercafé du coin pour nous dénicher des opportunités du genre que vous devriez supposer. C’est ainsi que nous avons appris qu’une certaine Lora s’intéresse à notre village à travers le message qu’elle vous a adressé, m’a expliqué Omar  »Tquchit (le fardeau) ». 
(Lire)

BMS -  Reportage imaginaire:  ”Les bienfaits de la dictature et les inconvénients de la démocratie”, en débat chez les Ath Seksou Sezviv – Serait-il devenu quelque part  »prédateur de journalistes » mon rédacteur en chef à kabylienews, lui qui encore une fois m’a  »dictatorialement » désigné pour aller couvrir au village Ath Seksou Sezviv (couscous aux raisons secs) un débat qu’il dit  »important dont ble thème est  »Les bienfaits de la dictature et les inconvénients de la démocratie »?
    J’ose soulever sans détours cette question pour vous démontrer, sans prétention de ma part, comme toujours et comme vous le savez tous, que je suis parfois plus futé que les amis de Robert Ménard de Reporters Sans Frontières, qui ne voient pas, comme moi, le bout de leur nez, sinon ils découvriraient que des prédateurs de journalistes peuvent exister au sein même des rédactions comme celle de Kabylienews sans chercher à en trouver très loin chez des dictateurs assermentés. C’est facile là…Del goufrit (C’est du gâteau).
    Mon rédacteur en chef qui affiche toujours une mine lugubre pour, je ne sais, me faire peur ou parce que lui-même a peur, en est l’archétype. Avec lui pas de discussion, pas de réunion, pas de salamalecs, pas de critique et même pas de sourire… Que des … sanctions. C’est un journalisme de caserne qu’ils m’applique et qui tend à faire légion. Il a décidé que je dois couvrir la conférence un point c’est tout. Et je n’ai pas d’autre alternative qu’à m’exécuter. C’est un nabab en plus et je n’ai pas où me plaindre de lui… Bon je chauffe là….
    En tous cas, c’est dans cet état d’esprit que je travaille et que je me suis rendu encore une fois au village des Ath Seksou Sezviv.
    Ma mission commence mal sur place. Déjà au stationnement un quidam s’est mis à vociférer sur le chauffeur, du taxi à bord duquel j’étais, pour lui dire que ce genre de véhicules ne doit pas s’approcher de la place du village et qu’il fallait s’arrêter à quelques 800 mètres plus loin.
(Lire)  

BMS -  Reportage imaginaire: Boulkemoun soutient Sarcozi au village Ath seksou Sezviv: Décidément le rédacteur en chef de kabylienews chercherait ma mort ou à me rendre fou. Non mais à peine rentré chez-moi que je reçois de lui bip sur bip sur mon portable. Son insistance voulait dire qu’il faut coûte que coûte que je le contacte et comme toujours il feint de ne pas avoir assez d’unités (de crédit) pour ne pas m’appeler lui-même et payer la communication. 
    Mon éducation ne me permettait pas d’ignorer les bips de quelqu’un même si c’est un radin comme mon rédacteur en chef n’lakhar nazman (de la fin du monde).
    Et puis, me dis-je: Peut-être que c’est un réel appel au secours. Peut être aussi que quelqu’un lui a  »arrangé » le portrait ou qu’il vient d’être relevé de sa fonction. Je sais que ce serait trop beau pour être vrai mais j’ai appris dans le métier à ne négliger aucune piste. 
     C’est en grande partie la raison pour laquelle je l’ai appelé. Et puis fichtre! A la première sonnerie de l’autre côté il m’accrocha en décrochant pour me dire de sa voix pleine de suffisance: écoute, tu passe au village Ath Seksou Sezviv (Couscous aux raisions secs) où paraît-il les gens vont tenir une assemblée générale extraordinaire sur Sarkozy (Nicolas, le président français en visite à Alger). Essaye d’en savoir un peu plus sur cette rumeur?
    Je dois reconnaître à ce rédacteur en chef sa capacité à obtenir le plus farfelu des tuyaux sur la place des médias. Et parce que ce genre de rumeur excite ma curiosité journalistique, je suis amené à chaque fois à lui pardonner toutes ses bêtises et son incompétence.
    A l’entrée du village, j’eus effectivement confirmation de la nouvelle à travers une affiche officielle qui annonce  »une réunion extraordinaire ce soir à compter de neuf heures pour discuter du cas Dda Sarcozi ».
    J’étais amusé, comme vous, de constater la grossière erreur dans la transcription exacte du nom de M. Sarkozy et surtout le fait qu’il soit accompagné de cette sorte de suffixe qu’est  »Dda » qu’on ajoute aux noms ou prénoms des aînés dans les villages kabyles.
(Lire)

BMS -  Reportage imaginaire:Ath seksou Sezviv vivent bien la mondialisation mais pas le multipartisme - Je n’ai pas besoin de vous dire pourquoi le Rédacteur en chef de kabylienews m’a encore choisi  pour couvrir l’actualité du village Ath Seksou Sezviv (couscous aux raisins secs) en me demandant de focaliser mon attention sur la mondialisation et l’activité des partis politiques.
     Vous dire que c’est pour ma grande compétence, c’est prendre le risque d’être traité à mon âge de prétentieux, mais …je trouve un peu suspect tout de même qu’il m’envoie toujours dans le même village et pas dans un autre. Je compte bien découvrir un jour la raison…
      L’expérience des précédents reportages m’a suffisamment aguerri de toute façon pour ne pas tomber dans un quelconque piège et pour savoir par exemple à quel moment ça va barder dans ce village et prendre la poudre d’escampettes pour ne pas recevoir un coup de bâton sur la tête, … si, des fois, c’est cela qu’il cherche.
    La prière de l’Icha (de la nuit) venait de se terminer lorsque la place du village éclairée par une simple lampe trônant sur un poteau électrique, commençait à recevoir ses premiers veilleurs en cette nuit du mois d’octobre assez douce pour la saison.
    Da Belaid  »Fichnati (le fier) » était là bien  »enrobé » dans un trois-quarts impeccable qu’il avait ramené de France du temps où il exerçait à l’usine de sucre de Saint-Louis. Une époque dont il se rappelle avec fierté et nostalgie. Normal: il s’est assuré la meilleure pension de retraite du village qui fait qu’il soit toujours fier, d’où son surnom Fichnati.
    Tout à côté de lui, venait de s’installer Da Ahmed  »Ennuqta (le point) » dans une tenue remarquable qui ne le quitte point: un bleu de Chine qui lui permet de s’asseoir où qu’il veuille sans salir ses habits dont on ne connaît d’ailleurs pas la couleur
.(Lire) 

BMS -  Reportage imaginaire: Le Ramadan en Kabylie, la spéculation et Da Hand Titelvaz -C’était le branle-bas de combat en ce Jour précédent le début du mois de Ramadan. Les gens affluaient de toutes parts et massivement à Tajmâat du village Ath Seksou Sezviv (couscous aux raisins secs) des montagnes de Kabylie, alertés par une prise de becs entre Da Châabane et Da Belaid.
    Parce qu’elle est annonciatrice d’une grande bagarre, le rédacteur en chef de Kabylienews m’a appelé sur mon portable dont je ne donne le numéro que pour les intimes (c’est le 0772.13.88.88), pour … m’intimer l’ordre de me rendre sur place illico presto et lui ramener l’info dans tous ses détails. Il m’a un peu étonné lorsqu’il m’a dit de saluer un certain Da Belaid.
    Dès que je me suis engouffré dans les dédales du quartier  »azniq bouchanane » (le passage des chacals), je sentais que le danger planait partout et que le lieu méritait bien son nom. Mais je serais vite rassuré lorsque Ahmed Boudraa, un colosse que tout le monde craint, m’a rattrapé. Avec lui les chacals sont des fourmis et les éléphants … restent ce qu’ils sont.
    Sur la place du village effectivement l’atmosphère chauffait à vue d’œil surtout avec cette marée humaine faite particulièrement de tous les gens en âge de se … bagarrer.
    Renseignement pris, le coup était parti d’une simple discussion entre Da châabane et Da Belaid qui se sont retrouvés seuls sur la place du village après la prière du Dhohr (milieu de la journée). Da Chaabane commençait alors à empester contre les spéculateurs à la veille de chaque Ramadan mettant dans le même sacs tous les commerçants qu’il qualifiera de  »misérables »
.(Lire)

BMS -  Reportage imaginaire: Da Mokrane, la bande bleue et le reportage télé sur la Zéro - Jamais je n’avais ri autant qu’en ce jour du mois de novembre sur la place du village des Ath Seksou Sezviv (Couscous aux raisins secs). Et pour cause, deux faits majeurs enregistrés ces derniers jours dans le village et portés sur la place publique ou Tajmâat, m’ont vraiment fait oublier mes tracas quotidiens et mes visions pas du tout rassurantes pour l’avenir. Je suis vieux et plus grave que ça… je suis sans pension!
    Il faut faut dire aussi qu’à défaut de décrocher un bureau de correspondant de kabylienews sur la lune, les événements ont fini par développer en moi une résignation à accepter encore pour un temps ce statut d’un  »envoyé spécial permanent », en quelque sorte, dans ce village vers lequel m’oriente toujours le rédacteur en chef pour obtenir l’opinion des gens.
    Le premier de ces deux faits est celui dont l’acteur est Da Mokrane Amechtouh (je sais chers frères Kabyles que c’est contradictoire comme nom et prénom, mais allons, ne compliquons pas les choses aux autres. Cela nous avancera en quoi si on leur explique que Mokrane veut dire  »grand » et Amechtouh, veut dire, au contraire,  »petit »).
    Figurez-vous que Da Mokrane, qui s’est muré dans un silence incroyable depuis une bonne dizaine d’années, s’est remis subitement à parler, à rigoler, à plaisanter, à taquiner les autres et… et…, depuis qu’il est revenu d’un énigmatique voyage à Alger.
    Le mystère de cette transformation inattendue nous a été révélé par Da Mohand dit le Phare. Celui-ci est réputé pour savoir interpréter les choses, à lire dans les yeux, dans les paroles et la pensée. Il affirme savoir tout et c’est ainsi que sa maison ne désemplit pas de vieilles femmes, surtout, venant le consulter pour interpréter leurs rêves. C’est un marabout qui s’est découvert sur le tard
.(Lire)

BMS -  Reportage imaginaire: Le couffin d’Ould Abbas et le bâton de Da Ramdan – Comme à son habitude, le rédacteur en chef n’lakhar nezmane (de l’ère décadente) de kabylienews n’a pas vu meilleur reporter que moi pour me confier une mission (que je suis seul à savoir à haut risque) de me rendre sur la place du village Ath Seksou Sezviv (couscous aux raisins secs) pour recueillir les impressions de nos vieux sur le thème du  »couffin de ramadan ». Et pour cause j’étais, comme toujours, le seul corvéable à ne pas réchigner au travail.
    Sur place, j’ai dû me ratatiner à l’extrême pour ne pas me faire remarquer. Le dernier reportage  »Les  élections, Zerhouni et Mohamed Belhanafi » n’a pas été du goût de tout le monde dans ce village, qui, comme tous les villages kabyles, n’est pas un village comme les autres.
    Je me devais donc d’être très prudent pour ne pas risquer un coup de bâton sur la tête. Tajmâat est devenue à l’approche du Ramadan et de la rentrée scolaire très nerveuse…
    Le choix de la nuit m’a simplifié les choses pour passer presque inaperçu d’autant plus que la place du village était mal éclairée.
    J’ai chargé en outre Hand Uqachuh d’engager la conversation sur le sujet du couffin du ramadan à 4.700 dinars décidé au profit des nécessiteux par le gouvernement, en lui promettant de lui publier une annonce à l’occasion de son anniversaire sur Kabylienews.
    Très futé, il choisit alors le bon moment d’un silence sur la place du village (Tajmâat) pour apostropher son ami Ali Bakhriv en lui disant:
    – Amek (alors!) à Ali, ils t’ont remis ton couffin de ramadan?
    – Bien sûr, mais il manquait finalement le bidon d’huile et on m’a proposé de partager un pot de Smen (graisse salée) avec trois nécessiteux (Azawali) … comme moi.
     – Comment? ketch (toi) d’Azawali (nécessiteurs) ? crièrent presque en même temps les vieux présents sur la place…(
Lire)

BMS -  Reportage imaginaire: Tajmâat, Yazid Zerhouni et Mohamed Belhanafi - Il n’était pas bon de s’appeler Yazid l’autre jour à Tajmâat, la place du village n’Ath Seksou Sezviv où kabylienews m’a délégué pour connaître la réaction des villageois vis-à-vis de la lettre du ministre de l’intérieur Yazid Zerhouni demandant aux abstentionnistes aux dernières élections de s’expliquer sur leur geste sous peine de se voir rayer des listes électorales.
    Comme il fallait s’y attendre, ils étaient nombreux les Idadaten (les aînés) à conjuguer le prénom Yazid avec tous les noms d’oiseaux pour montrer leur courroux vis-à-vis de cette lettre de Zerhouni, qui n’était pourtant qu’au stade de l’intention et de l’annonce.
    Da Rabah, notoirement connu pour son différend avec le seul Yazid du village, Da Yazid Bahriq Ouqachuch, saisira l’occasion pour dramatiser davantage la situation en suggérant que le tous les Yazid  sont les mêmes et sont foncièrement méchants. C’est à peine s’il ne suggérait de monter une association contre tous les Yazid de la terre.
   Da Ouidir, en plaisantin attitré de Tajmâat, clame à qui veut l’entendre qu’il a un stock d’enveloppes qu’il est prêt à refiler à bon prix au comité du village pour en offrir aux villageois qui en auront besoin au cas où ce produit venait à manquer sur le marché, en conséquence de la pénurie en la matière que le ministère de l’intérieur risque de provoquer  »inévitablement », selon lui, avec ses 4 millions de lettres à adresser aux électeurs abstentionnistes.
    Da Mohand est par contre plus nerveux depuis qu’on lui a dit que s’il ne répondait pas à la lettre du ministre, on ne lui délivrera plus le  »Certificat de vie » nécessaire au maintien du paiement de sa retraite par une caisse de sécurité sociale française. Il a mobilisé d’ailleurs ses petits enfants pour se relayer devant la poste de la commune pour guetter le facteur et lui ramener la fameuse lettre afin d’y répondre au plus vite
.(Lire)

BMS -  Reportage imaginaire: Un vieux harraga de 73 ans rentre au village Ath Seksou Sezviv à l’heure du débat sur la pomme de terre canadienne - Dès que j’ai obtenu confirmation de la nouvelle j’ai sollicité un entretien de Dda Mokrane avant que la télévision satellitaire privée d’expression kabyle,  »l’E.N.T.W », ne se saisisse du sujet.
    Dda Mokrane me fit répondre par un parent qu’il entend sortir ce soir pour raconter sur la place du village ce qu’il a vécu et réserver l’exclusivité du récit de son aventure-mésenventure aux villageois. Il a ajouté qu’il ne voit pas d’inconvénient à ce que la presse y assiste.
      J’étais comblé parce que je sais que les reporters de l’E.N.T.W ne parviendront certainement pas à l’heure puisque la tombée de la nuit pointe déjà à l’horizon. J’aurais donc l’exclusivité et le scoop.
    L’annonce de la conférence de Da Mokrane a fait sortir tout le monde sur la place du village. Les plus chanceux ont déjà occupé les pierres polies par des générations de villageois qui s’assayaient dessus alors que d’autres devaient se rabattre sur quelques briques rouges ou des parpaings pour assister à l’événement assis ou rester debout.
    Dans l’attente de l’arrivée de Da Mokrane, le débat s’engagea sur quelques sujets d’actualité à commencer par cette histoire de pomme de terre importée du Canada mais dont la qualité est douteuse.
    Dda Ouidir, en éternel plaisantin attitré de Tajmâat, clame à qui veut l’entendre que c’est le mal de mer qui a rendu les pommes de terre malades.  »Vous, vous imaginez, elles ont fait un long voyage dans des cales. Et puis dès qu’elles sont arrivées (les pommes de terre) elles ont été surprises par la qualité de l’air du pays et de ses…gens », s’est-il cru obligé d’ajouter
.(Lire)

reporter2

6 réponses à “Les reportages imaginaires de Belkacemi MOhand Said (BMS)”

  1. benkaci dit :

    C’est un très bon travail que vous faites. Merci

  2. TIGOUNATINE BOUDJEMAA dit :

    AZUL FELAKH AGMA BMS
    C’EST UN TRAVAIL QUI EST BENEFIQUE POUR LES AGLENRIENS EN GENERAL ET POUR LES KABYLE EN PARTICULIER, CONTINUER

  3. AZUL
    C’EST DE BON TRAVAIL

  4. Youyou dit :

    Malika Bonjour je suis ton cousin

  5. younsi malika dit :

    je suis la fille de younsi belacem.du fond de la guadeloupe tiens a encuager votre travail.je decouvre et reste fidèle .bonne lecture a tous.

  6. Anonyme dit :

    la carte de la ville tizi-ouzou

Laisser un commentaire

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
Mobilisation DEASS 2007 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...