• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 janvier 2008

Algérie-sécurité: Y a-t-il un énième quiproquo entre Zerhouni et la presse cette fois à propos des effectifs des forces de sécurité?

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Tizi-ouzou, 10 janvier 2008 (bms) – Un énième quiproquo entre le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni et la presse algérienne semble se dessiner à propos de la perspective d’augmentation des effectifs de la police et de la gendarmerie. 
    Tous les journalistes qui se sont intéressés à la question ont rapporté dans leurs quotidiens que le ministre a annoncé à Tamanrasset, en marge de la visite du président Abdelaziz Bouteflika dans cette Wilaya, que les effectifs des deux corps de sécurité seront doublés.
    Mais alors que la presse croit qu’il s’agit des effectifs au niveau national, le ministre viserait de son côté seulement les effectifs déployés dans les zones du Sahara  que la branche d’Al Qaïda au Maghreb islamique a fixé comme sa zone 9.
    L’erreur d’interprétation saute aux yeux lorsqu’on mesure le laborieux effort de formation et de financement à faire pour passer de 100.000 et 120.000 agents de la police et 80.000 gendarmes actuels (chiffres cités par l’expression) à leur double en  »peu de temps ».

Algérie-politique : Bouteflika laisse entendre qu’il briguerait un autre mandat (Presse)

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Tizi-ouzou, 9 jan 2008 (bms)- Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a laissé entendre lundi qu’il briquerait bien un autre mandat à la tête de l’Etat en affirmant dans une réponse à une journaliste que  »c’est tout à fait clair » (qu’il le ferait).
   »Lundi soir, au moment d’achever sa tournée dans cette ville (Tamanrasset), Abdelaziz Bouteflika a été interpellé sur ses intentions futures par une consœur de la presse écrite. «Les choses sont claires», répondra-t-il avec un large sourire. Il ajoutera à son interlocutrice qu’il en dira plus en temps opportun. », a rapporté Le soir d’Algérie (édition du 9 janvier).
     Pour les moins avertis des observateurs, cette éventualité n’a pas besoin de confirmation depuis que le Front de Libération National (FLN, ex-parti unique) a fait ouvertement de cette question son cheval de bataille avec en prélude une révision de la constitution sans passer éventuellement par référendum mais par un Congrès du parlement dans ses deux chambres que ce parti domine.
    Cette perspective est nécessaire tant la constitution actuelle ne permet pas à Bouteflika de briguer plus de deux mandats alors que le passage par référendum est assez hasardeux face à un risque d’abstention de l’électorat comme cela s’est produit lors des deux précédentes consultations électorales.
    De nombreux commentateurs de la presse algérienne ont critiqué dès à présent et le procédé du lancement de la campagne avant l’heure et l’éventualité même de cette perspective.
    Dans un commentaire intitulé  »La charrue avant les boeufs »,  Tayeb Belghiche stigmatise les  »opportunistes en tous genres ont commencé à s’agiter » pour réclamer un troisième mandat pour M. Abdelaziz Bouteflika  »alors que la Constitution limite le mandat à deux. »  »C’est de l’indécence pure et simple et une insulte au peuple algérien qui a adopté l’actuelle loi fondamentale en novembre 1996 à l’époque de Liamine Zeroual, un homme qui a donné la preuve qu’il aime son pays et qui ne s’accroche pas au pouvoir. »
     »Si au moins ces spécialistes du larbinisme ont commencé par demander la révision de la Constitution pour entretenir l’apparence d’une démocratie. Or leur démarche est une violation des règles démocratiques et une remise en cause du peu de liberté de choix qu’ont les Algériens. », ajoute Belghiche avant de critiquer les résultats de la politique de Bouteflika depuis son premier mandat.
     »Côté clarté, les arguments militent pour une présidence renouvelée. Des investissements colossaux, un baril qui frise la boulimie, une popularité plus ou moins intacte et surtout cette étrange sensation que le Président a eu les appuis escomptés, à tous les niveaux », écrit pour sa part Mounir Boudjema de Liberté dans un article intitulé  »Clair-obscur » avant d’ajouter que  »côté sombre » il y a  »Un pouvoir d’achat en miettes, des réformes plombées, pas de riposte aux kamikazes, des harragas pleins les chaloupes, une révision constitutionnelle délicate et une société à deux vitesses qui rend de plus en plus visible la ligne de démarcation entre riches et pauvres. »
    Le journal gouvernemental El Moudjahid a consacré pour sa part son éditorial au sujet sous forme d’une information non commentée reproduisant les grandes lignes d’un appel des notables de la wilaya de Tamanrasset au Président Bouteflika l’invitant à briguer un troisième mandat. 
     »Les notables de la wilaya de Tamanrasset ont souhaité, hier (mardi), voir le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, briguer un troisième mandat pour « parachever l’ambitieux programme visant à consolider la place de l’Algérie parmi les nations », écrit El Moudjahid citant une déclaration lue à Tamanrasset au nom du cheikh Akhamokh dans laquelle ils ont affirmé  »unir leurs voix pour demander au Président de la République d’exercer son « droit constitutionnel de révision de la Constitution ».
    « Nous vous demandons avec insistance de bien vouloir accéder à notre vœu de vous voir briguer un troisième mandat et réviser la Constitution, comme vous vous êtes engagé à le faire lors de vos campagnes électorales de 1999 et 2004, la Constitution de 1996 étant le produit d’une crise dépassée par le temps », soulignent-ils dans leur déclaration. », rapporte El Moudjahid dans son information publiée sous forme d’éditorial … pour ne pas se mouiller peut-être.

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...