• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 24 mars 2008

JO-2008-Chine-RSF : « Si le feu olympique est sacré, les droits de l’homme le sont plus encore »

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

JO-2008-Chine-RSF : ci_politique dans Accueil ci_societe ci_culture ci_presse ci_BMS ci_kaci
ci_photo ci_monde ci_carnet ci_special contact ci_BMS1 ci_campagne

Tizi-ouzou, 25 mars 2008 (bms)- Reporters sans frontières, dont son secrétaire général Robert Ménard, ont réussi lundi à pertrurber la cérémonie officielle d’allumage de la flamme olympique, à Olympie, en Grèce en déployant une banderole représentant les anneaux olympiques sous la forme de menottes pendant que
le président du comité chinois d’organisation, Liu Qi lisait son discours.
une_sports    « Si le feu olympique est sacré, les droits de l’homme le sont plus encore. Nous ne pouvions pas laisser le gouvernement chinois se saisir de la flamme olympique, un symbole de paix, sans dénoncer la situation dramatique des droits de l’homme dans le pays, à moins de cinq mois de l’ouverture des JO. Le traitement réservé en Chine à ceux qui s’expriment librement, la censure imposée à la presse et le black-out sur le Tibet appellent à une telle mobilisation. Tous les moyens sont bons aujourd’hui pour dénoncer les violations graves des libertés fondamentales en Chine. Nous manifesterons chaque fois que nous le pourrons », a déclaré l’organisation sur son site internet.
    « Notre action n’a pas pour but d’embarrasser les autorités grecques. Nous voulons seulement rappeler au gouvernement chinois et au Comité International Olympique les engagements pris en faveur du respect des droits de l’homme en Chine », a ajouté RSF qui appelle au boycott de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques par les chefs d’Etat, chefs de gouvernement et membres des familles royales, le 8 août prochain.
    L’Organisation RSF qui rappelle qu’une centaine de journalistes, internautes et cyberdissidents sont emprisonnés en Chine simplement pour s’être exprimés pacifiquement (…) depuis le 12 mars 2008, annonce par ailleurs qu’elle tiendra le jeudi 27 mars 2008 à 11 heures une conférence de presse sur la situation de la liberté d’expression en Chine, à la Maison des Avocats à Athènes.
     »Les journalistes chinois continuent de travailler sous les diktats du Département de la publicité (ex-Département de la propagande) qui impose la censure sur de très nombreux sujets. L’Etat garde un contrôle général sur l’information et dispose de lois autoritaires pour punir les contrevenants. Les accusations de « subversion », de « diffusion de secrets d’Etat » ou d’ »espionnage » sont utilisées contre les journalistes et les cyberdissidents. L’autocensure règne dans les rédactions. Les médias indépendants en chinois, basés à l’étranger, sont bloqués, harcelés ou brouillés, interdisant l’émergence d’un pluralisme de l’information. », ajoute RSF dont les militantrs ont été  »immédiatement interpellés par les forces de l’ordre avant d’être conduits dans un commissariat de Pyrgos » à la suite de leur action.

Belkacemi Mohand Said

Algérie- RCD – Benchicou : Benchicou et le RCD s’accusent mutuellement d’être manipulés dans des termes d’une rare violence

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Algérie- RCD - Benchicou : Benchicou et le RCD s'accusent mutuellement d'être manipulés dans des termes d'une rare violence   dans Accueil acceuil1 ci_politique dans Accueil ci_societe ci_culture ci_presse ci_BMS ci_kaci
ci_photo ci_monde ci_carnet ci_special contact ci_BMS1 ci_campagne

Tizi-ouzou, 24 mars 2008 (bms)- Mohamed Benchicou, directeur de l’ex-journal Le Matin et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) de Said Sadi se sont accusés mutuellement, via internet, d’être manipulés par un clan du pouvoir algérien et dans des termes d’une rare violence à propos de la surveillance internationale des élections présidentielles de 2009.
    Dans un article mis ligne le 18 mars et intitulé  »L’imprésario Saïd Sadi ou comment banaliser un viol électoral », Benchicou accuse Said Sadi de faire partie de marionnettes par lesquelles une  »manipulation des élites se poursuit avec le même succès, pour le même objectif, assurer le vernis démocratique au régime, et avec la même technique. »
    Pour Benchicou, la demande du RCD de Said Sadi aux capitales étrangères d’envoyer une commission internationale pour la surveillance des élections présidentielles de 2009 (France, les États-Unis et la Grande-Bretagne) est un  »canular » qui  »propose non pas d’empêcher un viol mais de l’encadrer afin de vérifier si la victime a été violée dans les règles ! »
    »Quatre ans après le mélodrame du 8 avril 2004, Saïd Sadi reste le candide imprésario relayant les subterfuges par lesquels s’éternisent les autocraties dans nos pays », conclut Benchicou.
    La réponse du RCD ne s’est pas faite attendre. Dans une longue réponse (non signée) mise en ligne le 21 mars sur son site internet officiel et intitulé  »Les ripoux s’excitent, BENCHICOU s’agite », le parti de Said Sadi affirme que l’attaque de Benchicou contre le RCD était  »attendue » et que celle-ci n’est pas  »une banale invective de plus de la part d’un journaliste sulfureux » mais s’ajoute à celle de Mérad (El Watan) qui  »s’étonnait que le RCD en appelle à une surveillance internationale », pour affirmer que  »ces deux journalistes appartiennent à la même écurie idéologique que Benchicou : le communisme algérien dégénéré. »
     »Se sachant incapables d’exister par eux-mêmes, ces néo-staliniens, tous tapis dans la presse, ont une peur obsessionnelle du vote et se sont toujours mis au service d’un clan du pouvoir pour survivre politiquement », affirme le RCD dans sa réponse.
    Le RCD accuse ensuite Benchicou d’avoir été toujours  »dans les tablettes du clan affairiste des services » et d’être  »d’un anti-kabylisme maladif. »
     »A chaud, les avis émis par tous ceux qui connaissent son pedigree sont unanimes : Benchicou a été sommé de se dévoiler dans la précipitation ; quitte à prendre le risque d’être démasqué. », ajoute le RCD qui qualifie l’ex-directeur du Le Matin d’être un  »bon débris du KGB », en rappelant que celui-ci fut en 1980  »un des plus zélés activistes à El Moudjahid à avoir appelé à la curée contre le MCB. »
     Le RCD a puisé même dans l’histoire allant jusqu’à citer Ait Ahmed le chef du Front des Forces socialistes (FFS), rival du parti de Said Sadi en Kabylie notamment qui aurait qualifié de  »putanat » d’avant-garde’  »les forces » d’avant-garde du parti communiste algérien dont Benchicou est proche.
     »Vous avez tort, M. Benchicou, de croire que le peuple algérien est sans mémoire et ambition. Au moment où vous vous abandonnez à l’ivresse de la manipulation médiatique et votre géhenne anti-kabyle, des gens de votre génération et d’autres, bien plus jeunes, construisent dans le RCD, l’Algérie de demain. Arabophones, Berbérophones, Malékites et Ibadites et même, à l’occasion, des Chrétiens se rencontrent, se découvrent, construisent, s’aiment et se protègent.
Il n’y a pas que de l’égarement politique dans votre posture, M. Benchicou. Il y  a surtout une insulte à l’intelligence de notre peuple. », ajoute le texte du RCD.
    Le parti de Said Sadi conclut son commentaire en affirmant que Benchicou fait partie des nombreux  »imposteurs » qui existent en Algérie, retournant ainsi contre lui le propre qualificatif que le directeur de l’ex-Le Matin a utilisé pour titrer son livre  »Bouteflika, une imposture algérienne ».

Belkacemi Mohand said

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...