• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 3 mai 2008

Le ‘’Rien-dacteur en chef’’ et le prix du mouton de la liberté de la presse à Ath Seksou Sezviv

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

AAKA_Kabylie News de BMS: Algérie Amazigh Kabylie Actualité (de Presse)

Le ‘’Rien-dacteur en chef’’ et le prix du mouton de la liberté de la presse à Ath Seksou Sezviv  dans Accueil acceuil1 ci_politique dans Accueil ci_societe ci_culture ci_presse ci_BMS ci_kaci
ci_photo ci_monde ci_carnet ci_special contact ci_BMS1 ci_campagne
000fondorange

(Reportage  imaginaire de BMS)

Tizi-ouzou – J’étais bien installé dans ma chaise dans cette sorte de bureau dans lequel je travaille lorsqu’un monsieur du village Ath Seksou Sezviv (village des gens du couscous aux raisins secs) y entre et demande à voir le responsable. J’allais rire à la réponse que j’allais lui donner mais je me suis retenu à la dernière seconde. J’étais tenté de lui glisser dans l’oreille qu’on a plutôt un grand et sénile  »irresponsable » à lui montrer, c’est-à-dire sans chercher à vous faire de dessin, mon rédacteur en chef  »nlakhar nezman » (le rédacteur en chef de l’ère décadente). 
Belkacemi Mohand Said - Journaliste, auteur     Je l’ai accompagné alors et dès que nous sommes parvenus devant le bureau de celui que je vénère ‘’selmaqloub’’ (à l’envers), ce dernier m’a intimé l’ordre de regagner mon bureau. Il m’a promis la veille, avec un certain sarcasme, que samedi 3 mai ça va être ma fête, non pas parce que ce sera le jour de la journée mondiale de la liberté de la presse mais parce qu’il envisage de m’infliger une mise à pied … à long terme. 
   Je ne suis pas du genre à écouter derrière les portes mais j’ai prétexté pour une fois un problème sur mon portable pour retarder mes pas et tendre mon oreille pour entendre le monsieur insister sur le fait que l’association de son village veut que ce soit moi qui soit l’invité pour animer une conférence sur la liberté de la presse et qu’un cadeau m’a été destiné.
    Mon ‘’rat-dacteur en chiffon’’, intéressé bien entendu par le cadeau, a beau insister qu’il serait prêt à animer cette conférence, le monsieur resta intransigeant : c’est moi qu’ils veulent par égard à tous les reportages  imaginaires que j’ai réalisé sur ce village.
    Le monsieur m’informa ensuite que le lendemain un véhicule viendra me prendre à 7 h30 devant les locaux du journal pour que je nous soyons à l’heure à 10 h00 pour la conférence. 
    Je ne vous raconte pas combien l’envie cria famine dans la mine de mon ‘’rit-dacteur en chef’’ lorsque le monsieur me précisa la marque du véhicule qui viendra me prendre: une voiture ….allah-allah (bigre) tout simplement.
    Passé le plaisir de voir mon innommable de  »Rien-dacteur en chef » mourir d’envie, je me dis soudain : alors là BMS, tu es dans de beaux draps. De quoi vas-tu leur parler?
    Mais en spécialiste de la nuit, que croyez-vous que je me dise? Ben ? Que la nuit porte conseil tout simplement!!!
    Le lendemain j’embarquais sans trop de formalités pour Ath Seksou Sezviv. Le chauffeur très aimable tenta, comme le font tous les chauffeurs qui ont un volant devant eux, de me soutirer quelques positions sur les questions politiques de l’heure comme celle en rapport avec la constitution, le troisième mandat etc. Seulement, il s’y ait pris mal.
    Figurez-vous que pour entamer la conversation sur ces sujets il n’a pas trouvé mieux que de m’affirmer que son frère lui a envoyé un mandat dernièrement mais qu’il ne lui est pas encore parvenu après plus de 15 jours d’attente. J’allais lui dire que la méthode du virement bancaire aurait été plus rapide, simple et moderne mais je me suis autocensuré sachant qu’il peut bien être d’un quelconque comité de soutien et que cela risque d’être mal interprété. Que voulez-vous ma réaction était naturelle. C’est mon ras-dacteur en chef qui me l’a imposée dans l’esprit à force de menaces et de mises à pied… 
    Sur la place du village un monde fou attendait la conférence. Cela était suffisant pour me désarçonner un peu. Je ne vous raconte pas le trac que j’avais. En ces moments j’apprécie mieux la facilité que nous avons de noircir sur papier des situations réelles. Quand  je pense aux hommes politiques, je me dis que nous avons la partie facile, nous autres les journalistes.
    Le chef du village me salua avec toute sa clique, pardon son équipe, et nous accédons à la tribune pour entamer la conférence.
    C’est un certain Dda Mhand qui viendra à mon secours pour proposer un débat ouvert sur la liberté de la presse au lieu que ce soit une conférence.
    J’accepte (avec une certaine insistance interne), en disant que de toute façon je ne sais pas faire pas de conférence académiques. Sur ce le chef du village ouvrit le débat en donnant la parole à Dda Mhand pour poser la première question. 
    Dda Mhand me demanda simplement : c’est quoi la censure?
    Mon cerveau fonctionna à la vitesse de la lumière et fort heureusement j’eus en mémoire une scène des guignols de l’info sur Canal+ pour répliquer avec humour :
    – Je peux avoir un indice?
    Ma réponse provoqua bien sûr un fou rire dans le public qui dura le temps nécessaire pour moi pour trouver une réponse plus sérieuse sur le sujet en disant que la censure est cette pratique sournoise et condamnable qui empêche une vérité d’être officiellement publiée pour être connue de tous. C’est l’une des atteintes aux droits de l’homme. Le droit d’être informé…
    Un autre intervenant me demanda si la liberté de la presse existe. J’eus une attitude humoristique similaire en lui disant simplement: oui !
    – Oui et c’est tout ? m’at-il dit.
    Je reconnais en ce monsieur un coriace et j’ai fini par lui dire concéder quelques mots supplémentaires en disant que la liberté de la presse existe mais dans les pays démocratiques…
    – Et chez-nous ? demande-t-il avec insistance.
    Je vous dis que c’est un coriace. Il n’a rien compris à ma réponse? Il se croit où? Il me cherche ou quoi? J’étais très gêné et j’avais peur d’en dire plus. Mais ces interrogations sonnaient si bien comme un détecteur de mensonge que j’ai fini par avouer que chez nous la liberté de la presse n’existe pas totalement mais l’exclure serait faux également. J’ai trouvé le truc spécifique qui va si bien aux Algériens. 
    DdA Velkacem intervient pour me demander si je m’autocensure.
    Je me suis rendu compte que je suis bien coincé là. J’étais désarçonné à force de questions directes. Dans ce genre de situation il n’y a que la vérité qui peut vous être salutaire, selon un Ddada Lama, une espèce de Dalaï Lama Kabyle. Et c’est tout naturellement que j’ai admis l’existence de la censure, de l’autocensure et de bien pire encore. J’étais en vérité prêt à reconnaître tout ce qu’on me demande sauf celle de prétendre que je vis pleinement la liberté de la presse. C’est un mensonge ayaythma (mes frères).… 
    – A quoi bon vous mentir chers amis et vous cacher le soleil avec un tamis. Dans mon journal le rédacteur en chef m’impose la censure et l’autocensure. J’ai en supplément des mises à pied à chaque fois que je tentais de protester. Mais le comble pour un journaliste que je suis est de savoir que mon rédacteur en chef a toutes les qualités d’un prédateur de presse mais que je ne peux rien faire pour changer la situation. Mais s’il vous plait ne lui dîtes rien sinon dîtes adieu aux reportages sur votre village même s’ils sont imaginaires.
    Les gens du village étaient enchantés par ma sincérité et m’ont fort applaudi.
    Le chef du village se leva alors pour m’annoncer que la fondation qui porte le nom de son grand-père et qui vient  d’être créée a institué un prix dit ‘’Le mouton de l’Aidberté’’ et que j’en suis le premier lauréat. Bigre alors! Ils sont comme les autres. Ils ne pensent qu’à gagner les faveurs du journaliste en l’amadouant avec un prix. Et quel prix! 
    Je n’osais pas croire à ce que j’imaginais à l’évocation de ‘’Mouton – Aid – Liberté ‘’ et à ce que je voyais là: Dda Amar ‘’Thik’li bamane (qui coule comme l’eau)’’ en train de pousser quelque chose devant lui parmi le public. Figurez-vous que c’est un mouton. Quelle récompense ? Ils ne peuvent pas faire en plus, ces imbéciles d’Ath Seksou Sezviv, des prix en cheques comme tous les prix du monde, me dis-je ? Ils ont copié un prix attribué à Dilem consistant en une vache, si ma mémoire est bonne. 
    – Ne vous inquiétez pas cher ami, me rassura le chef du village, ce n’est pas le mouton que nous allons vous remettre mais le résultat de sa vente aux enchères que nous allons organiser tout de suite. 
    Le mouton a fini par être cédé à un certain Belaid pour une somme rondelette qui m’a été remise.
    Quelle galère. Je l’ai echappé belle…
    Le lendemain au journal, mon rédacteur en chef tenta de se venger par des propos sarcastiques. . 
   En passant devant le bureau, il insinua que ça sentait le mouton. Je n’ai pas répondu à ses premières provocations. Mais lorsqu’il m’a demandé d’aller voir un certain Mouhouche de la  police criminelle pour me communiquer une information sur une sombre affaire de vol de bétail en me disant  »tu dois être un spécialiste de la chose ». 
    Ceci dit les gens d’Ath Seksou Sezviv se gourrent et se fourrent les doigts dans les .. deux yeux, s’ils croient acheter mon honnéteté journalistique avec leur prix. Ensuite, je pense qu’on devrait interdire ces prix en même temps qu’on dépénaliserait les écrits de presse. Ces prix non attribués par les professionnels du secteur ont comme une odeur de corruption intellectuelle dans l’air lorsque ce ne sont pas les gens du métier qui les offrent. Vous ne trouvez pas? 

Belkacemi Mohand said

 

barrekab3

Belkacemi Mohand Said - Journaliste, auteurMerci pour votre visite-kabylienews@yahoo.fr
Mobile:0772.13.88.88
Mobile en Algérie: 072.13.88.88

Si j’ai raison c’est grâce à Dieu, si j’ai tort je Le prie de me Pardonner
Voir mon site avec images
http://kabylienews.site.voila.fr

Vous pouvez réagir à nos informations et chroniques en visitant le forum La Kabylie en Ligne

unblog1_jpg

barrekab3

Mes autres reportages imaginaires: cliquez sur l’image!

Celui ou celle qui n'a pas lu au moins un de mes reportages imaginaires est vraiment passé à côté de la crême de ce que j'écris sur internet.....

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...