• Accueil
  • > Accueil
  • > Kabylie-Matoub : Malika Domrane: Mise au point à propos d’une interview accordée à la Dépêche de Kabylie

Kabylie-Matoub : Malika Domrane: Mise au point à propos d’une interview accordée à la Dépêche de Kabylie

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

AAKA_Kabylie News de BMS: Algérie Amazigh Kabylie Actualité (de Presse)

Kabylie-Matoub : Malika Domrane: Mise au point à propos d'une interview accordée à la Dépêche de Kabylie  dans Accueil acceuil1 ci_politique dans Accueil ci_societe ci_culture ci_presse ci_BMS ci_photo ci_monde
ci_videos ci_forum ci_carnet ci_special C'est quoi ou c'est qui BMS? ci_BMS1 ci_utile contact
barreblanc

juin_29_malika_matoubParis, 29 juin 2009 (bms)- Mes poings sur les i. Je vous donne à lire l’article initial tel que je l’ai écrit le 22 juin dernier en réponse aux questions du journaliste de la dépêche de kabylie.
    A la lecture de celui-ci, stupéfaite, je déplore l’amputation perpétrée à l’encontre de mon texte, geste sciemment calculé afin de récupérer l’idée maîtresse. Je ne suis pas contente car je trouve qu’il s’agit d’un acte de malveillance dans lequel j’ai été volé et spolié de mon produit intellectuel.
    En effet, dans mon texte, pour qualifier Matoub et répondre à la question du secret de la longévité, je me suis servie d’une idée dans laquelle j’ai revu Matoub  pensant aux qualificatifs pouvant le décrire et l’identifier. Comme il s’agit du 11ème anniversaire de son assassinat, j’ai éprouvé le besoin de compter 11 adjectifs qualificatifs numérotés de 1 à 11 et même de pousser ma réflexion jusqu’à mes souvenirs d’enfance, du temps du collège, rapprochant les coups de boules de Matoub à ceux de Zidane.
    Vous comprenez maintenant ma peine, ma double peine: celle de la disparition de Matoub doublée de celle de la disparition de l’idée maîtresse de mon texte.   
    Je tiens à vous rappeler une autre malfaçon, datant du mois juin 2008, dans le même journal sur la demande du même journaliste, j’avais publié un article sur la mort de Matoub. Je vous dis un an après l’intensité de ma déception à la lecture du titre dudit article: Un autre titre extrait du texte avait été mis à la place de mon titre originel longuement réfléchi: » le 10 ème anniversassinat ».   
    Cette année la même manipulation se reproduit.
    Franchement, je vous le dis du fond de mon coeur, je n’aime les gens qui détournent les produits des autres.
    Ce jour, je retrouve dans le même journal l’idée du jeu avec le chiffre 11 ailleurs que dans mon texte alors qu’elle en était sa saveur et mon tour de main, ma main magique.
    Je revendique la maternité de cette idée.
    Qui peut guider une idée?
    Qui l’a nidée et non qui l’a vidée. Paris le 25 juin 2009
 Malika Domrane
   Interview
    – Vous avez connu Lounes depuis les années 70, que direz vous de cet homme? 

    – Je n’ai pas connu Matoub dans les années 70. Par contre je l’ai rencontré pour la première fois durant l’année scolaire 1968 -1969 alors que j’étais en classe de 6ème au collège d’At-Douala. Il était également en 6ème dans une autre classe. Jusque là je ne le connaissais pas car moi-même je fréquentais l’école primaire chez les Soeurs et lui chez les Pères Blancs. C’était un garçon gentil, agréable de contact. Il allait vers les autres et engageait facilement la conversation, en particulier sur ses sujets de prédilection, comme par exemple la chasse aux oiseaux : il aimait tendre les pièges aux étourneaux et revenait satisfait de la bonne prise. Je me rappelle de lui dans la cour de récréation donner les coups de boule aux garçons qui cherchaient la bagarre. Maintenant, je peux dire qu’il n’y a pas que Zidane qui est connu pour ses coups de boule. Je ne conteste ni l’attitude de l’un ni celle de l’autre, bien au contraire j’approuve si celà est leur manière de se défendre contre les insultes et les invectives.
    A la fin de l’année scolaire de la dite classe de sixième, je fus choisie par les professeurs pour chanter, la porte était ouverte aux autres élèves venus m’écouter et m’applaudir : Matoub, le petit garçon était présent.
   2- Quel souvenir gardez vous de lui ?
    – La réponse est dans la 1
    3- Malgré sa disparition tragique, Lounes demeure à travers son œuvre et son combat, selon vous, quel est le secret de cette longévité?
1.généreux, 2. sincère,  3.naïf, 4.sensible. 5.entier, 6.attachant, 7.orgueilleux, 8.sage, 9. méticuleux, 10. convaincu, 11. visionnaire.
    Matoub était un militant. Matoub était poète. Matoub était artiste. Matoub c’était tout ça, et ce sera tout ça. Quiconque voudrait changer quelque chose ne changera que lui même. Matoub ne changera pas et personne ne pourra le changer. Matoub n’est pas mort. Il ne mourra pas. Nul ne pourra le tu-es, ni le tu-hais.
    4- Avez-vous déjà pensé à faire un duo avec lui, et si oui, pourquoi vous ne l’avez pas réalisé ? 
  – Même si l’intention y était tant de son côté que du mien, nous n’avons pas chanté dans un vrai duo, bien que parfois nous nous soyons adonnés à chanter ensemble dans des occasions spéciales. Nous nous sommes donnés la réplique lors d’un gala à la salle du  Zénith de Paris en Janvier 1995.
     De plus, de mon côté j’étais sous contrat avec mon producteur, je ne pouvais donc me produire librement.
Et enfin Matoub et moi-même, nous chantions dans des registres différents et dans des styles de musiques différentes. Donc nous ne pouvions nous rencontrer dans un duo.
    Ceci n’excuse pas celà, je pense que nous aurions pu, et même dû chanter en duo si les circonstances étaient favorables et si nous nous étions accordés pour donner l’importance et la valeur qu’aurait aujourd’hui une telle initiative. Je ne savais pas que ses jours étaient comptés. Je pensais qu’un jour je chanterai avec lui en duo et en réplique, des chansons nouvelles et des chansons anciennes dans une reprise de certains beaux chefs d’oeuvre. Malheureusement, le temps nous a contrariés. Je le regrette aujourd’hui et j’en suis la première désolée car en plus de la satisfaction personnelle, nous aurions satisfait également les fans de la belle chanson  kabyle.
    5- Racontez nous votre rencontre?
    – La réponse est dans la 1.
     6-Peut être une anecdote ?
- Lors d’un interrogatoire de police, présente, j’ai entendu Matoub répondre au commissaire:
        – Connaissez-vous Kahina?
        – Oui
        – Qui est -elle?
        – Une belle jeune femme.
        – Que fait-elle?
        – Elle combat les ennemis. C’est la grande reine des Berbères. Je l’ai rencontrée dans l’Histoire de mon pays.
          Depuis, je l’aime et je ne la quitte plus.
         Le commissaire s’emporta et présenta un stylo pour la signature du PV. Matoub s’en saisit et signa son nom en lettres Amazighs. Le policier fut fou de rage


barrekab3
bas_mars1
bas_mars2

barrekab3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...