• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Algérie-France-Histoire-édition: L’opération «Jumelles», Le Déluge en Kabylie (synthèse, document)

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Bouzeguene actualités avec BMS et Kaci Kamel

Algérie-France-Histoire-édition: L’opération «Jumelles», Le Déluge en Kabylie (synthèse, document) dans Accueil acceuil1 ci_archives dans Accueil ci_carnet ci_photo
barrekab3
Algérie-France-Histoire-édition 
L’opération «Jumelles», Le Déluge en Kabylie (synthèse)
barreblanc
amar_azouaoui_couvertureTizi-ouzou, 31 oct 2009 (bms) - Kabylie News et Bouzeguene News vous présentent ici sous forme de document une synthèse du nouvel ouvrage  »Récits et témoignages » de M.Amar Azouaoui, Secrétaire au PC de la Wilaya 3 historique  »L’opération «Jumelles» Le Déluge en Kabylie ».
    L’auteur est annoncé pour dimanche à la foire du Livre d’Algér pour dédicacer son ouvrage au stand des éditions El Amel qui le publie et le distribue.

Document – synthèse

      « Jumelles »
    Trancherait en Kabylie, point névralgique le plus dominant du terrain de combat, sur le devenir de la guerre  d’Algérie, en effervescence depuis plus de quatre années.
    Depuis 1956, les événements d’Algérie prenaient largement  la  forme d’une guerre généralisée et la 4éme République Française commence à sentir lourdement ses effets et son poids. Les combats se succédaient et prenaient de l’ampleur. Des algériens  dignes de ce nom sont bel et bien à pied d’œuvre et rien ne les arrête.  La promesse de mettre un terme à cette guerre que la France qualifie  »d’événements » met  la 4éme République devant un dilemme qui  tardait  à satisfaire son engagement, d’où la pression  de généraux et un certain remous au sein du gouvernement et du peuple français.
    L’arrivée de De Gaulle au pouvoir en 1958, devant la pression qui montait décida, en tant que premier citoyen,  de trancher et  choisit  le point névralgique de la guerre pour frapper fort militairement.  C’était sur le centre Nord de l’Algérie, notamment  « la Kabylie », le terrain le plus dominant du combat de libération qu’il avait décidé de jouer sa dernière carte.
 amar_azouaoui_bio   C’était la région ou doit s’afficher désormais fortement l’action  militaire et psychologique, et aussi  le recours à la  pacification. En un mot, le devenir de la guerre et de d’Algérie en dépendra.    « Jumelles »
    -  C’était le glaive bien aiguisé de la dernière chance, dont dispose le général De Gaulle, pour essayer de maintenir l’Algérie Française.
    Le Général De Gaulle tenta sa dernière  chance  et essaya de régler ce problème épineux. 
    -  Après La réorganisation de l’armée et la  désignation à sa tête de généraux  réticents pour l’Algérie Française tels que : Challe, qu’il nomma, commandant en chef, assisté de Jouhaud, Salan,  Zeller, et plusieurs autres, à l’effet  de les mettre au devant  de leur responsabilité. 
    – Le renforcement par l’O .T.A.N, et la modernisation de son équipement y compris l’armement non conventionné tels que : le napalm, le gaz-asphyxiant etc., venu s’additionner aux effets de la bombe atomique qui avait laissé déjà, des séquelles pervers à Reggan dans le grand Sud.
    Le général Challe, dès sa nomination, élabora alors le programme d’action spécifique, qu’il appellera « l’opération Challe ». Lui donna un caractère  général qui s’étalera sur un ensemble d’opérations militaires secondaires qui seront réparties à travers le pays et identifiées sous les noms : de Couronnes, de cigale, de courroie, de Jumelles, de Trident, de Pierres précieuses, de Rubis et de flammèches,  minutieusement réparties à travers les points stratégiques de différentes  wilayets.
     Au total, il éleva à 580.000 hommes, le chiffre d’engager dans la guerre d’Algérie pour écraser l’ALN.
     Cette impressionnante opération dite « Challe », avait démarré par les éléments des opérations secondaires « couronne » de l’ouest algérien, à partir de l’Oranais (Saïda) en Wilaya 5, dès le début de l’année 1959, pour entraîner leurs troupes, terrain plus approprié, disait-il.  Vient ensuite l’opération secondaire « courroie » vers l’Algérois et l’Ouarsenis sur la wilaya 4, où elle se heurta à de grandes résistances.  Puis « étincelles », sur les plateaux de Hodna ; le parcours des compagnies d’acheminement d’armes à partir de la Tunisie vers le centre du pays, fin de leur barrer la route éventuellement. 
       Après avoir survolé ces wilayets s’attaquer enfin à la wilaya 3, comprenant : Boumerdés, Tizi-Ouzou, Bejaia,  Bouira,  Bordj-Bou-Arreridj,  M’sila et Sétif, spécialement visée.  Le Général Challe, regroupera alors pratiquement le gros des forces de l’opération « Challe », pour livrer un combat  armé et psychologique, sans précédant pour acquérir la victoire finale dès le 22 juillet 1959.  C’était l’opération « Jumelles ». 
        Dès les premiers jours, le général Challe, et son Etat-major s’installaient au col de Chellata à 1700 mètres d’altitude, dans le fin fond des monts du Djurdjura. Il le désigna sous le nom de Poste de Commandement   « Artois ». 
         Une antenne avait été mise en place, en pleine forêt de l’Akfadou, au service du 2émé Bureau (bureau de renseignements) où l’ensemble des ex-membres et officiers de l’Armée Libération Nationale, retournés, étaient chargés, de suivre les événements discrètement.. Le dispositif semblait parfait et prêt  à entrer en action sur le terrain.

    « Jumelles »
    -  C’était le génocide et l’horreur et aussi l’échec de la France. C’était un impressionnant dispositif sans âme et sans résultats. Le peuple était fermement engagé à vaincre ou mourir.
    Le 22 juillet 1959, des parachutages de troupes  sur le sommet de l’Akfadou, puis  vers Bejaia et Cap-Sigli et autres points à travers la wilaya 3, avaient été effectués le même jour. Tous les points stratégiques étaient envahis de troupes par hélicoptères et étaient immédiatement entrées en action, notamment sur les hauteurs de Thamgout, du Djurdjura, de Bouira, de la vallée de la Soummam, et ensuite vers l’Est, Bordj-Bou-Arreridj, M’Sila, etc.  Des Avions « Bananes et Sikorskis» de transport atterrissaient et décollaient sans cesse. Des chars, des auto-blindés, des camions et jeeps circulaient dans tous les sens. Tout paraissait parfaitement, rodé et bien huiler.
    Des navires de guerre, au large des côtes, sont de la partie et pilonnaient, la forêt de Bounamane, de l’Akfadou jusqu’à Kerrata et Djidjel etc. Débarquaient des troupes de la marine « des dragon verts », de Dellys vers Mizrana, Azzefoun vers Bounamane, et de Cap-Sigli vers Tychi et   Kerrata etc
    Le rouleau compresseur de l’opération « jumelles » avançait au fur et à mesure. Les premiers à se heurter à cette horde sauvage, c’étaient les civils, aux abords des villages où ils tiraient dans le tas, sans sommation, puis les Moussebline, qui vendaient chèrement leur peau.  L’ALN faisait parvenir ses instructions  à ces  structures tant bien que mal, les agents de liaisons étaient  les premiers visés, pris en chasse, la plus part tombèrent très vite dans des embuscades. En quelques jours, des centaines étaient tombées au champ d’honneur. 
     Dans les forêts et attenants, les unités de l’Armée de Libération Nationale accrochaient l’ennemi au fur et à mesure. Les dégâts furent très importants. Les Djounouds se donnèrent le mot d’ordre « vendre chèrement sa peau et lutter courageusement jusqu’à la dernière cartouche ».  C’était des carnages à chacun des accrochages que l’armée française n’est pas prête d’oublier.  Les pertes laissées à chaque fois sur les lieux de combat étaient souvent importantes, mais l’ennemi en laissait trois ou quatre fois plus.
    Les jeunes appelés de l’armée française, qui se heurtaient pour la première fois à la guérilla, payaient chèrement de leur vie ce lourd tribu. 
    Le napalm (arme non conventionnée) noircit et brûle toutes les crêtes et le feu se propageait dans la nature, au gré des vents, les flammes animées par une saison propice, le mois de juillet. Des corps calcinés et raides gisaient sous les cendres et les flammes, que l’on ne peut identifier, que l’on ne peut que confondre, avec des troncs d’arbres ayant la même apparence. 
    Le va et vient des bombardiers d’appui, B.26 et T.6, passaient pour nettoyer le terrain, avant le largage des troupes.  Ce vacarme, va durer pendant des mois, des milliers d’heures de vol chaque jour, seront effectuées. 
    Certains Postes de commandements, des caches de ravitaillement et armement stocké par manque de munitions  étaient vite découverts. Certains PC étaient déjà vides et brûlés purement et simplement. L’armée coloniale était alors excitée et s’acharnait davantage sur ce genre de découverte. 
    Des infirmeries sous terre avaient été assiégées et avaient subits des massacres.  Les malades, les infirmiers et autres occupants avaient été tués, par balles, grenades ou par gaz lacrymogène, d’autres faits prisonniers.  Certains avaient été abattus sur le champ, d’autres transférés après les tortures d’usage vers les prisons. 
      Mêmes les grottes situées aux sommets des  montagnes pratiquement inaccessibles n’étaient pas épargnées. Pour certaines grottes l’armée avait dû faire recours aux moyens spécifiques, tel que le Gaz asphyxiant, (interdits par les conventions internationales). D’autres étaient carrément cimentées pour en faire les tombes des occupants. 
       C’était à ce moment là, que nous perdîmes l’un après l’autre ces valeureux officiers supérieurs, laissant le colonel Si Mohand Oulhadj pratiquement seul aux commandes fasse à l’ennemi et à l’opération « Jumelles » et ses diverses phases et intrigues.
    Les pertes occasionnées en quelques mois, étaient effarantes parmi les cadres, notamment, ceux du 1er novembre 1954, membres du conseil de wilaya. Ils étaient presque tous tombés au champ d’honneur, durant cette période infernale : le capitaine Si Mohand Salah Maghni dit « Si Abdellah Ibeskrien » chef de la zone 3, le
commandant Ali Benour dit « Ali Moh N’Ali », le commandant Abderamane Mira, le capitaine Rabah Krim, chef de la zone 4, le capitaine Arab Oudek, arrêté, puis exécuté, Zone 2, le capitaine Mohand Said Ouzzefoun, chef de la zone 2. 
       Ils étaient nombreux les Martyrs pour en faire le récit. Sept mille cinq cent (7.5OO) Chahids étaient morts sur 12.000 combattants dans cette opération uniquement en wilaya 3. Chacun d’eux était une histoire analogue à celle de ces chefs, si ce n’était pire. 
     L’action psychologique n’était pas écartée, elle occupe une place prépondérante.  Les services du 2 éme bureau français avaient déjà lancé par intermédiaires de deux ou trois officiers de l’Armée de Libération Nationale, qu’ils avaient pu contacter en zone 2, l’idée « d’officiers libres » au sein de l’ALN, pour se détacher des responsables de la wilaya, le colonel Si Mohand Oulhadj, le commandant Mira et H’Mimi, qu’ils avaient essayé de discréditer, prêchant de nombreux problèmes. 
       Ces ratissages terminés, c’était le moment d’engager les représailles envers les populations en guise de l’affront subit par l’ALN dans les combats : la torture, la violence sans distinction d’âges et de sexes, perpétrant le viol à outrance, allant jusqu’à éventrer des femmes enceintes, aux pieds du Djurdjura, pour le plaisir de savoir se qu’elles portaient (garçons ou filles). Dans beaucoup de villages, ils terminaient la scène en présence de tous, par des assassinats collectifs parfois au hasard. Le but c’était de les faire craquer et de les faire soumettre au dictat de la France coloniale. 
       Le génocide continue. L’arrestation de certaines personnes spécialement visées et identifiées parmi les populations était opérée. Ils les dirigeaient sur le champ par hélicoptère spécial sur l’Annexe du Poste de Commandement situé dans l’Akfadou, où parfois sur le centre de lavage de cerveau, de Ksar Tir à Sétif.
        Les morts se multipliaient par centaines, puis par milliers. À travers d’innombrables actions qui ne se compter plus, et les génocides sur tout le territoire de la wilaya 3, à Sétif, Bordj Bou Arreridj, M’Sila, Bouira, Bedjaïa, Boumerdés et Tizi-Ouzou. Partout c’était l’horreur, c’était, le déluge, le massacre inédit en wilaya 3. Le télégramme-alerte du 1 janvier 1960 adressé par le colonel Si Mohand Oulhadj à l’extérieur, le précise bien. 
        C’était un cri d’alerte au génocide. 
         Enfin, les ratissages dans les montagnes et forets,  dans le cadre de l’opération « Jumelles », étaient jugés caducs et inefficaces. L’armée française y met fin et se dirige pour les représailles vers les villages, notamment ceux qui soutiennent le FLN et redéploye ses forces principalement  sur deux actions principales.
        a)-   La première : toujours en direction de  l’ALN.   -  Il était désormais mis en place, en substitution de ratissages, des commandos de chasse, constitués et renforcés, par des harkis, chargés quotidiennement de patrouiller et de continuer à harceler l’Armée de Libération Nationale. 
         b)-  La seconde : vers les populations des villages.  – Dans le cadre de la pacification manu-militari, sauvage et inhumaine avec tous les aléas que cela comportait (occupation de tous les villages par des postes militaires, barbelés, autodéfense, contrôle du ravitaillement etc.).

    « Jumelles »
    – La noblesse française oblige.  On s’assoit à la table de négociations.  L’on tente d’effacer les traces amères de la 4 éme République. L’on préserve celles de la 5éme.  Et l’on respire enfin.
    De Gaulle prenait acte finalement de l’échec de l’armée et ses généraux  et  prononça pour la première fois le 4 novembre 1960 le mot «République Algérienne» 
    La France  s’assoie au tour de la table de négociation avec le Front de Libération National, malgré  la dissidence des généraux  et une partie de l’armée et  veille à préserver la 5 éme République et la France, l’Algérie désormais est indépendante.
    L’0.A.S (Organisation de l’Armée Secrète) a était décimée et les généraux dissidents étaient condamnés.

Amar Aazouaoui
Secrétaire du PC de la Wilaya 3

amar_azouaoui
bas_bouzeguene

Algérie-France-histoire-édition : Amar Azouaoui raconte  »l’horreur et l’échec de la France » avec  »l’opération Jumelles » en Kabylie

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Bouzeguene actualités avec BMS et Kaci Kamel

Algérie-France-histoire-édition : Amar Azouaoui raconte ''l'horreur et l'échec de la France'' avec ''l'opération Jumelles'' en Kabylie  dans Accueil acceuil1 ci_archives dans Accueil ci_carnet ci_photo
barrekab3
Algérie-France-histoire-édition
Amar Azouaoui raconte  »l’horreur et l’échec de la France » avec  »l’opération Jumelles » en Kabylie 
barreblanc
amar_azouaoui_couvertureTizi-ouzou, 31 octobre 2009 (bms) - M. Amar Azouaoui, qui était Secrétaire au Poste de commandement (PC) la Wilaya 3 historique, raconte dans un ouvrage qui vient de paraître  »l’horreur et l’échec de la France » avec l’opération  »Jumelles » qu’elle avait engagée le 22 juillet 1959 en Kabylie.
     »Jumelles (l’opération) », C’était le génocide et l’horreur et aussi l’échec de la France », écrit M. Azouaoui dans une synthèse de son ouvrage qui s’étale sur plus de 300 pages et qui a été publié la veille de la célébration du 55ème anniversaire du déclenchement de la lutte de libération nationale algérienne.
    L’opération s’inscrit dans le cadre du  »programme d’action spécifique » que le général Challe élabora, dès sa nomination, pour s’étaler sur  »un ensemble d’opérations militaires secondaires qui seront réparties à travers le pays et identifiées sous les noms : de Couronnes, de cigale, de courroie, de Jumelles, de Trident, de Pierres précieuses, de Rubis et de flammèches,  minutieusement réparties à travers les points stratégiques de différentes  wilayets ».
     580.000 hommes ont été engagés dans cette guerre  »pour écraser l’ALN. », souligne M. Azouaoui qui précise que l’opération Jumelles visait la wilaya 3, c’est-à-dire Boumerdés, Tizi-Ouzou, Bejaia,  Bouira,  Bordj-Bou-Arreridj,  M’sila et Sétif. 
      »Dès les premiers jours, le général Challe, et son Etat-major s’installaient au col de Chellata à 1700 mètres d’altitude, dans le fin fond des monts du Djurdjura. Il le désigna sous le nom de Poste de Commandement  « Artois », ajoute l’auteur qui raconte ensuite plein de détails liés au parachutages de troupes, aux Avions «Bananes et Sikorskis» de transport qui  »atterrissaient et décollaient sans cesse », aux chars, camions et jeeps qui  »circulaient dans tous les sens », aux navires de guerre, au large des côtes, qui  »pilonnaient, la forêt de Bounamane, de l’Akfadou jusqu’à Kerrata et Djidjel etc » alors que débarquaient  »des troupes de la marine «des dragon verts », de Dellys vers Mizrana, Azzefoun vers Bounamane, et de Cap-Sigli vers Tychi et   Kerrata etc
    C’était le rouleau compresseur de l’opération « jumelles » qui avançait au fur et à mesure. 
    Les agents de liaisons étaient les premiers visés et tombèrent en nombre très vite dans des embuscades. Ils étaient des centaines à tomber au champ d’honneur jusqu’à les qualifier d »Allah yerham » (les sacrifiés).
    Mais de valeureux officiers supérieurs tomberont aussi comme le capitaine Si Mohand Salah Maghni dit « Si Abdellah Ibeskrien » chef de la zone 3, le commandant Ali Benour dit « Ali Moh N’Ali », le commandant Abderamane Mira, le capitaine Rabah Krim, chef de la zone 4, le capitaine Arab Oudek, arrêté, puis exécuté, Zone 2, le capitaine Mohand Said Ouzzefoun, chef de la zone 2.
        »Ils étaient nombreux les Martyrs pour en faire le récit. Sept mille cinq cent (7.500) Chahids étaient morts sur 12.000 combattants dans cette opération uniquement en wilaya 3. Chacun d’eux était une histoire analogue à celle de ces chefs, si ce n’était pire. », raconte M.Azouaoui pour qui devant l’échec de l’opération la France l’avait poursuivie sous d’autres formes.
    Elle mettra alors en place », en substitution de ratissages, des commandos de chasse, constitués et renforcés, par des harkis, chargés quotidiennement de patrouiller et de continuer à harceler l’Armée de Libération Nationale », comme elle entreprendre  »une pacification manu-militari, sauvage et inhumaine avec tous les aléas que cela comportait (occupation de tous les villages par des postes militaires, barbelés, autodéfense, contrôle du ravitaillement etc.). »
    L’ouvrage de M. Azouaoui, que nous avons rencontré à Tizi-ouzou, sera disponible à la foire du livre d’Alger. L’auteur dédicacera son ouvrage lundi au stand des éditions El Amel qui le publie et le distribue.

Belkacemi Mohand Said 
Kabylie.unblog.fr
Information libre de tout droit 

          – Lire : Amar Azouaoui raconte  »l’horreur et l’échec de la France » avec  »l’opération Jumelles » en Kabylie (Synthèse)

amar_azouaoui
bas_bouzeguene

Quiproquo BMS: Prions Dieu pour qu’il Accueille les martyrs de la guerre de libération nationale en son vaste paradis …

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

AAKA_Kabylie News de BMS  -  Algérie Amazigh Kabylie Actualité (de Presse)

Quiproquo BMS: Prions Dieu pour qu'il Accueille les martyrs de la guerre de libération nationale en son vaste paradis ... dans Accueil logo740
Presse algérienne: El-Watan.- DDK.- Le-Soir. - L’Expression. - Le Jour.El-Khabar. TSA  – APSLiberté 
barremilieu_new2 dans Accueil

acceuil1 ci_politique ci_societe ci_culture ci_presse ci_BMS ci_photo ci_monde
ci_videos ci_forum ci_carnet ci_special C'est quoi ou c'est qui BMS? ci_BMS1 ci_utile contact

barremilieu_new2

barrekab3
Quiproquo BMS
Prions Dieu pour qu’il Accueille les martyrs de la guerre de libération nationale en son vaste paradis …
barreblanc
Tizi-ouzou, (BMS)- Il nous faut prier chaque jour pour que Dieu le Miséricordieux, le Très miséricordieux oct_31_bms Accueille les martyrs de la guerre d’indépendance algérienne, tous les martyrs de la révolution, en son vaste paradis.  Il faut le faire pour le sacrifice qu’ils ont fait pour que d’autres , nous, vivent libérés d’une longue occupation de plus de 130 années.
   Ces martyrs n’ont besoin de rien maintenant sinon de nos prières. Ils sont tombés les armes de la dignité à la main. Ils ont versé leurs sang pour que, sur cette terre, vivent les gens heureux, égaux, fraternels et solidaires.
    Nos martyrs sont partis propres, sans aucune tache de ce qui nous arrive aujourd’hui. Ils sont partis pauvres, dans le froid et sous la chaleur de sept années de guerre. Ils sont morts dans la souffrance de leurs blessures mortelles ou sous la torture. Ils sont partis sincères et croyants. Ils sont partis déterminés à vivre dans la dignité ou mourir en héros. Ce sont des héros.
    Ils étaient de courageux hommes qui méritent qu’on leur adresse des prières à l’infini. Ils n’ont besoin que de cela maintenant. Cela ne coûte rien qu’en reconnaissance de la justesse de la cause pour laquelle ils sont tombés on prie pour eux.

    Quant à savoir où cette cause est parvenue aujourd’hui. Là est une autre histoire que chacun voit comme il veut, en fonction de son intérêt, de ceux de sa famille, de ses amis, de son clan, de son parti, de ses … Autant dire presque le contraire des principes pour lesquels ces valeureux Algériens ont sacrifié leurs vies. Nous pardonneront-ils? Ils le feraient. Ils étaient généreux en offrant même leurs vies. Et puis, ils n’ont rien vu!

Belkacemi Mohand Said 
Kabylie.unblog.fr
Information libre de tout droit

 

Image de prévisualisation YouTube

 

barrekab3
bas_mars1
bas_mars2
12345...14

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...