• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 8 juin 2010

Algérie-environnement:Interview du Dr ZAHID RAHALI F. Djalila

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Kabylie News
Site Socio-culturel et politique indépendant: Infos et images au jour le jour
Algérie-environnement:Interview du Dr ZAHID RAHALI  F. Djalila dans Accueil gif740bouzeguene
daily740_80 dans Accueil

barrekab3
Algérie-environnement:
Interview du Dr ZAHID RAHALI  F. Djalila
barreblanc
juin2010_djalila_logo1ALGER, 8 juin 2010 (bms)- L’environnement est devenu le problème du siècle. Les Politiques, les médias se sont emparés du thème. Pour évoquer le sujet,  Kabylienews a choisi de faire parler une personne qui en a fait sa passion. Il s’agit du Dr ZAHID RAHALI  F. Djalila . Laissons la répondre à nos questions.

    -KA: J’ai publié , à votre propos,sur Kabylienews, une information que je me suis permis de titrer ainsi : »Djalila ZAHID :Une Algérienne heureuse ». Que pensez-vous de cette appréciation ? 
    -DJalila: Tout d’abord je vous remercie d’avoir été le premier journaliste à m’encourager dans mon entreprise alors qu’elle n’était encore qu’une esquisse sur papier et je me vois ravie que vous m’ouvriez votre espace web pour parler de mon initiative. 
    Alors vous dites heureuse ?? Ne faut-il pas définir en premier lieu ce qu’est le bonheur ?!. En tout cas , je suis heureuse de vivre dans mon pays et de faire quelque chose pour mon pays et les enfants de mon pays, un bonheur que n’égale aucun autre. De mon point de vue de maman d’abord, de psychologue ensuite et , enfin , d’enseignante , je crois qu’être heureux c’est accomplir son devoir sur terre , semer une graine , l’entretenir au maximum puis la laisser pousser . Alors, s’il en est ainsi, oui je suis heureuse . 

    -KA:Psychologue clinicienne, on s’attend à vous voir vaquer tranquillement dans un centre de santé spécialisé. Et voilà que vous sortez d’un fourré avec un bouquet de fleurs et un slogan vert « Eco Bougeons ».Pouvez-vous nous démêler tout cela ?
    -Djalila: En effet, je suis doctorante en psychologie générale et clinique . Cela me laisse plus libre dans le choix d’un métier . La preuve, je suis clinicienne travaillant dans le secteur de l’énergie. Cela m’a justement permis d’être plus près de ce qui touche la maîtrise de l’énergie. Etant membre fondatrice d’une association locale dans la ville d’Oran « Al Baraim » j’ai pensé à introduire l’éducation à une utilisation rationnelle de l’énergie dans nos 5 écoles maternelles et dans notre école primaire privée qui ouvrira ses portes début Septembre2 010. Donc, j’ai commencé par tracer un programme adéquat pour les 672 enfants de la maternelle dont l’âge est compris entre 3 et 6 ans , leur apprenant comment ne pas gaspiller l’électricité et le gaz, quels gestes faire au quotidien pour minimiser la consommation d’énergie tout cela en vulgarisant l’information. Au passage, je n’oublierai pas de saluer les efforts de nos 50 intervenantes entre directrices, éducatrices et stagiaires qui ont cru à notre devise « Consommons juste, vivons mieux » . En effet, si nous consommons de manière intelligente nous vivons mieux puisque le surplus que nous payons dans une facture d’électricité, nous pouvons l’utiliser pour des achats bénéfiques. Le fait aussi de faire de l’économie d’énergie dans chaque ménage se répercute sur l’environnement notamment sur les gaz à effet de serre qui sont dégagés dans l’atmosphère par les centrales électriques qui fonctionnent au gasoil. 

    -KA:Vous êtes mariée, vous avez trois enfants. Comment vous arrangez- vous pour concilier votre vie de famille avec une activité , somme toute , débordante comme on peut le remarquer sur Internet ? 
    -Djalila: Débordante c’est peu dire. Heureusement que mes enfants ont été là pour me soutenir. Cela peut paraître bizarre mais c’est tout à fait la vérité. Tout d’abord, tout le temps que j’ai passé à tracer mon programme dans les moindres détails, mes trois enfants en bas âge ont été présents avec moi . Ils ont été en quelque sorte mon laboratoire d’expérimentation.Rien n’était plus plaisant et réconfortant pour moi que de remarquer leur feedback à ce que je leur proposais comme les éco- gestes au quotidien , les chansonnettes dont le sujet était le non gaspillage de l’électricité et du gaz , les scénettes que je faisais avec eux , les gestes réels que nous opérions ensemble pour ancrer en nous des éco gestes etc. Ce furent des moments exceptionnels .Ils le sont toujours , d’ailleurs , car nous nous amusons encore à le faire chez nous. En joignant l’utile à l’agréable j’ai pu venir à bout de ma tâche. Conscient de mon devoir et de mon rôle comme psychologue et éducatrice, mon mari m’a soutenu et a fait en sorte que je puisse avancer rapidement .Chacun sait que le plus difficile est d’oser commencer quelque chose. Ce n’est pas facile de monter, seule, un projet pilote mais c’est faisable quand on a la foi, le courage et la volonté de le faire . Je n’oublierai pas ici de citer l’appui d’un bon ami du secteur de l’énergie M. Hamid B. un homme remarquable qui a toujours été à mes côtés pour me soutenir contre vents et marées. 

    -KA:En Septembre prochain, vous irez , Inchallah, à Montréal, pour présenter le résultat d’un travail qui vous a demandé beaucoup d’efforts. Que pouvez-vous nous dévoiler de ce travail? 
    -Djalila: Inchallah si je trouve l’appui nécessaire, je représenterai les enfants de mon pays dans une communication que je présenterai oralement au Congrès Mondial de l’Energie pour proposer une nouvelle approche de l’apprentissage aux enfants d’éco gestes au quotidien. Le titre de ma communication étant : « Agir Maintenant : Les enfants de la maternelle éco citoyens par excellence » , j’aurai a présenter les résultats de 6 mois de travail acharné où il fallait avancer pas par pas pour voir ce qui marche et ce qui ne marche pas avec les enfants. Dans le programme, le personnel que j’ai dirigé à travers un groupe pilote de 5 éducatrices a eu à enseigner aux enfants ce qu’est l’électricité et quelles sont ses sources épuisables (hydrocarbures) ou renouvelables ( soleil , vent, eau ) .Les éducatrices ont aussi à inculquer aux enfants une dizaine d’ éco gestes primordiaux. Et pour vérifier l’impact de cet enseignement sur les enfants et leurs familles j’ai utilisé un questionnaire avant et après l’application du programme « Eco Bourgeons ».J’ai impliqué les parents dans le programme en les rendant destinataires de brochures et de CD incluant de la documentation audio visuelle et écrite . 

    – KA:Les personnes passionnées comme vous ont toujours un message à transmettre aux autres. Quel est le vôtre ? 
    – Djalila : Faites votre part du devoir et c’est tout ! Voilà mon message. Si chacun de nous ne faisait que sa part du devoir nous aurions sûrement une vie meilleure. A bon entendeur!… 

Propos recueillis pour Kabylienews par Kaci ABDMEZIEM 

    PS: 
    – Djalila se démène actuellement pour trouver  1700 dollars canadiens  pour payer les frais d’inscription de sa communication au Congrès de Montréal. La date limite pour  l’acquittement de ces frais est le 15 juin.Elle affirme avoir frappé , en vain , à toutes les portes pou bénéficier d’un sponsoring. 
    – Djalila cherche des membres fondateurs pour son  association nationale  RAFA pour le développement durable et l’environnement. Les personnes intéressées peuvent contacter kaciabdmeziem@yahoo.fr qui transmettra. 

bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...