• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 2 septembre 2010

Algérie-histoire – Contribution: 8 mai 1945 – 8 mai 2010: Il y a 65 ans …, une génocide programmé (Ahmed Arrad) – 2 sept 2010 -

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Accueil – Site Socio-culturel de Bouzeguene – Infos et images des villages de Aarch Ath Yedjar.
Algérie-histoire - Contribution: 8 mai 1945  -  8 mai 2010: Il y a 65 ans …, une génocide programmé (Ahmed Arrad) - 2 sept 2010 - dans Accueil daily740_80
gif740bouzeguene dans Accueil
daily740_80trice

Algérie-histoire – Contribution
8 mai 1945  -  8 mai 2010: Il y a 65 ans …, une génocide programmé (Ahmed Arrad)
barreblanc
ahmed_arrad375Alger, 2 sept 2010 (bms) – Aujourd’hui, 8 Mai 2010, plus d’un demi siècle s’est écoulé, nous nous posons la question : (Avons-nous fait l’effort nécessaire pour y apporter les vraies réponses à cet évènement)?
    Oui! aujourd’hui nous nous devons d’interroger nos  consciences et en tirer, au moins, le mérite de faire en sorte que les survivants de ce génocide qui a engendré des handicapés physiques ou mentaux ou ceux qui ont perdu, à jamais, les leurs, à la suite des incendies, des exécutions sommaires, des expéditions punitives organisées par les milices, la police ainsi que la légion étrangère sans en oublier les bombardements.
    Quel mérite aurions-nous, aujourd’hui, si les insurgés de Mai 1945 devaient disparaître sans auréole, broyés par la douleur du mépris et de m’anonymat ?
    Beaucoup reste à écrire sur cette douloureuse date, mais combien glorieuse, par le sacrifice consenti pour que renaisse la Liberté en ce pays si cher en nous tous.
    En effet, des questions aussi lancinantes les unes que les autres demeurent enfouies dans les pénombres de l’oubli qu’il faut,aujourd’hui, les en extraire pour les porter haut et fort par les générations montantes. S’il est admis que la France coloniale à tout fait pour que les criminels de guerre ne puissent être jamais poursuivis pour leurs forfaits, se permettant même de distribuer des promotions à bon nombre d’entre eux, qu’est-il advenu de ceux qui se sont insurgés contre ces ignobles bourreaux ?
    Nous avons le devoir de mémoire envers ces victimes et nous devons tous interroger nos consciences : Quel statut, avons-nous octroyé à ces martyrs ? Sont-ils des Moudjahidine de la Liberté autant que ceux de Novembre 1954 ou bien des victimes anonymes ?
    L’Algérie a perdu trop de temps envers ces martyrs et qu’il y a nécessité à les rétablir dans leurs droits, seule décision, à même de nous réconcilier avec notre passé, notre histoire….
    MAI 1945, UN  GENOCIDE PROGRAMME  -  Nous sommes à la fin de la seconde guerre mondiale et comme tous les peuples colonisés qui avaient participé à l’effondrement du nazisme et du fascisme, les Algériens considéraient, à juste titre, non sans raison, la victoire des Alliés comme étant, en partie, la leur. Le prix du sang, élevé pour le triomphe de la liberté et de la démocratie, ne pouvait ne pas leur en donner le droit. Du moins, c’était ce qu’ils pensaient ; le peuple avait été fort imprégné par la charte de l’Atlantique et croyait vraiment aux promesses de libération. La certitude de la libération paraissait évidente par la présence des Alliés et par la perte de prestige de la France due à la défaite, ne faisait que confirmer la conviction des Algériens par le sacrifice du sang pour libérer la France. C’était, encore un fois, méconnaître la France coloniale. Les Algériens, une nouvelle fois, venaient d’être dupés.
    En Novembre 1944, 134.OOO Algériens étaient alignés dans les rangs des troupes de la « grande France » ce qui a permis à celle-ci de faire l’économie du sang français.
    La seconde guerre mondiale avait remis en cause l’équilibre politique et économique existant entre les puissances coloniales et leurs possessions d’outre-mer. Les courants nationalistes se propagent un peu partout. La France vaincue en 1940 a montré sa fragilité aux yeux de ses colonisés. Libérer la France, pour ceux-ci, c’était lui demander de tenir compte de leur spécificité, voire préparer leur propre émancipation.
    Comme l’écrivait, Abdelmalek BENHABYLES : «  Le conflit mondial s’achevait avec la victoire des Alliés. La participation conséquente des Algériens à ce conflit à leur côté, mais à titre d’anationaux et de non-citoyens dans le cadre d’une souveraineté française disloquée, devait mener la logique de la tutelle coloniales jusqu’au bout de l’absurde ; Le colonisé appelé à la libération de son propre colonisateur . »
    Le 25 Mai 1944, Gaston MONERVILLE par cette phrase pleine de sens proclamait :  «Sans  l’Empire, la France ne serait qu’un pays libéré, grâce à son Empire, elle est un pays vainqueur ».
    Si pour la France, la reconstruction de la mémoire nationale devait inévitablement passer par l’évacuation de l’apport de l’armée d’Afrique, ce qui, sans  être juste, pouvait s’expliquer, pour les Algériens, par contre, l’omission n’est point pardonnable. Pour montrer à quel point cette participation nous a été préjudiciable, il faudrait citer à titre d’exemple l’effort déployé par la propagande sioniste dans les conflits Israelo-Arabe ayant abouti  à faire admettre l’idée selon laquelle les juifs  étaient dans le camp de la liberté et les Arabes dans celui du nazisme.
En sous-estimant cette dimension de notre contribution à l’effondrement du fascisme, nous avons réduit considérablement notre marge de manœuvre dans le monde. Nous avons été partie prenante. En Algérie, plusieurs de nos dirigeants nationalistes étaient condamnés ou assignés à résidence  dans le sud par le gouvernement de Vichy.
    Contrairement à la majorité des colons pour laquelle le régime de Vichy avait constitué un âge d’or, les Algériens ont eu à vivre en plus de l’oppression accrue, les contrecoups occasionnés par l’effort de guerre, la crise économique et l’exploitation honteuse et sournoise du système colonial. Alors que la campagne algérienne subissait l’épouvante de la famine, de nombreux trafiquants parmi les colons doublaient ou triplaient leur fortune en exportant, en plus des minerais de toutes sortes, des produits alimentaires : blés, fruits et vins, vers le Reich. La situation des Algériens était des plus critiques ; rations dérisoires de 7,5 kg d’orge dans les campagnes alors que les colons recevaient pour leurs cochons un quintal par tête d’animal.
    La montée du mouvement national et la radicalisation de ses revendications avaient commencé à donner des sueurs froides aux colons et l’administration acquise aux  thèmes ultra-colonialistes s’est mise à endiguer les réformes annoncées et obliger ainsi Paris à dissoudre les A.M.L ( Amis du Manifeste pour les Libertés ) initiateurs du projet des réformes.
     LA PREMEDITAION - C’est ainsi que le 8 Mai 1945 des manifestations organisées avec la complicité de la police un jour de marché afin de tirer dans le tas et d’en provoquer l’éclatement annoncé et ce afin que Paris renonce au projet des réformes soumis par les A.M.L ( Ferhat ABBAS). C’est ainsi que l’on a vu le gouverneur général de l’époque Yves CHATAIGNEAU dire ceci : « On est venu me dire : Les extrémistes des A.M.L sont en train de s’armer. Il faut les inciter à passer à l’action, ici ou là, de manière à les démasquer, les réprimer, et à créer en Algérie un climat qui obligera Paris, le Ministère de l’intérieur à interdire le mouvement séditieux. »
    La préméditation était là, flagrante et malgré les directives des A.M.L et du P.P.A de ne pas faire de provocations et de ne pas se munir d’armes et ne point transformer les manifestations en émeutes.
    Il est impossible de faire le récit de ces massacres de Mai 1945 sans en avoir la gorge nouée, sans en ressentir au plus profond de soi un sentiment d’une immense révolte.
    Il est également très pénible d’énumérer l’ensemble de ces crimes dont se sont rendus coupables les forces coloniales sous le régime de de Gaulle.
    Tout a débuté lorsque les policiers ont exigé la disparition des slogans nationalistes et de l’emblème national devant le refus, les policiers tirent sur la foule. Le jeune SAAL Bouzid portant le drapeau national tombe sous les balles assassines et c’est l’étincelle. Polices, gendarmes et gardes mobiles ouvrent le feu une nouvelle fois, des manifestants tombent, la foule s’éparpille sous la fusillade, confusion totale, et c’est l’émeute qui débute. Divers groupes en réponse, s’arment de couteaux et de hâches et se répandent en ville en s’attaquant aux Européens.
    La nouvelle, telle un tonnerre, se propage à Sétif, Guelma et se sont d’autres soulèvements à Ain El Kébira, Arbaoun et les Amouchas. Certains militants crurent que l’heure était venue de passerf à l’action directe.
    Le soir du 9 Mai 1945, les autorités coloniales annoncent le chiffre de 103 morts et 110 blessés du côté européen et taisent le nombre de victimes du côté algérien plus de 45.OOO morts ( soit un Français pour 4OO Algériens).
    La répression a été instantanée, sans commune mesure, une effroyable sauvagerie, rappelant les tristes souvenirs de la conquête coloniale. Blindés et artillerie, aidés par l’aviation pilonnent la zone de dissidence. Depuis la côte de Bougie, les canons écrasent les douars de toute la région d’Oued Marsa et  Timimoun. On tire à vue, c’est la chasse aux Algériens. A Sétif, la plupart des civils européens sont armés . L’exécution individuelle est même tolérée. Dans un jardin, un bambin cueille des fleurs, un sergent français passe et le tue comme on tire sur un carton lors des fêtes foraines.
    On tue les Algériens trop instruits, ceux qui font de la politique, les syndicalistes, les scouts, les Oulémas. A Perigotville, ils fusillent tous les Algériens qui savent lire et écrire. A Chevreuil, la milice exécute les « suspects » par groupe de vingt.
    Avant de mourir, les hommes sont contraints de creuser les fosses de ceux qui viennent d’être tués.
    L’élimination physique «  indigène » prend très tôt l’allure d’un véritable génocide.
    C’EST UN VERITABLE NUREMBERG – 8 Mai 2010, ils sont plusieurs milliers : hommes, femmes, jeunes à battre le pavé dans cette rue qui a vu SAAL Bouzid tombé en martyr sous les balles de l’armada française, dans un silence digne à commémorer ce souvenir mémorable, à plus d’un titre, pour que nul n’oublie.
    Ce mémorable souvenir qui nous rappelle à chacun d’entre nous «  la colonisation positive. » La colonisation positive à la sarkozyenne et des tenants de l’Algérie de papa.
    L’Assemblée Populaire Nationale qui a initié un projet de loi sur la criminalisation  coloniale se doit d’aller jusqu’à l’aboutissement de celle-ci.
    Le 8 Mai 2010 un documentaire sur les tortures pratiquées par la France montrant les témoignages poignants de moudjahidine ayant subi ces dernières a été éloquent et montré un des visages de la France «  grande, belle et généreuse » de de Gaulle. Ces méfaits ne peuvent et ne doivent demeurer impunis. Beaucoup de moudjahidine victimes de ces forfaits ont souhaité que la cour prévue dans ce texte de loi puisse être instituée et que le siège de celle-ci soit  SETIF en mémoire à ces massacres.
    Mai 1945 n’est pas seulement un crime de guerre, mais un crime programmé pour étouffer tout esprit de révolte et qui s’était étalé jusqu’au 24 Mai 1945.
    Mai 1945 n’est pas seulement un crime contre les Algériens mais un  VERITABLE CRIME CONTRE  L’HUMANITE.
    Que tous ces martyrs connus et combien d’autres anonymes reposent en Paix devant l’Eternel.   GLOIRE A NOS MARTYRS.

    Ahmed ARRAD
    Secrétaire National à l’O.N.M

bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

BMS sites: – Bouzeguene NewsKabylie Newssur Unblog.fr  – Kabylie News

Kabylie News: page d’annonce spéciale

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Kabylie News: page d'annonce spéciale dans Accueil daily740_80 

barrekab3 dans Accueil
Histoire – Edition
Sortie de la version en langue arabe du livre témoignage du fils du colonel Mohand Oulhadj 

juillet2011_24_akli375livreTizi-ouzou, 24 juillet 2011 – La version en langue arabe du livre témoignage du fils du colonel Mohand Oulhadj  »Akli Mohand Said raconte  »Amghar » (le colonel Mohand Oulhadj) », vient d’être publiée en cette fin de mois de juillet par les Éditions  »Le savoir », alors que l’édition originale, en langue française, tirée à 2.700 exemplaires,  »est totalement épuisée », a affirmé son auteur.
juillet2011_24_akli200    5.000 exemplaires ont été tirés pour la nouvelle version alors que l’Editeur envisage de faire un nouveau tirage d’autant d’exemplaires pour la version française de cet ouvrage qui raconte le combat mené par toute la famille du chef de la Wilaya 3 historique, qui a succédé avec succès au héros de la révolution algérienne, le colonel Amirouche, tombé au champ d’honneur. 
    L’ouvrage de M. Akli Mohand Said qui, écrit-il, dans une notre de présentation, intervient pour satisfaire une dernière volonté de son père, comprend plusieurs chapitres mais dont les plus significatifs sont liés à la famille du chef de la Wilaya 3 historique, qui n’a pas fui la région mais qui a souffert le martyrs dans ses déplacements d’un refuge à un autre et d’un village à un autre, ainsi qu’à la gestion avec sagesse et intelligence d’un conflit né de la succession du colonel Amirouche, tombé au champ d’honneur au lieu dit Djebel Thameur le 29 mars 1959.
    L’ouvrage comprend également un certain nombre de documents, bien que de qualité de mauvaise d’impression, de date d’opérations de combat menées par les moudjahidine, qui peuvent être sujet à enquête approfondies aujourd’hui dans les régions où elles s’étaient produites, et des photos de révolutionnaires avec qui l’auteur a combattu, comme une façon pour lui, visiblement, de leur rendre un hommage supplémentaire.
    Traduit par Abdelkader Abdi et Hocine Toumi, l’ouvrage  »Akli Mohand Said raconte  »Amghar » le colonel Mohand Oulhadj », comprend 256 pages. 
    L’auteur, officier de l’armée de libération nationale  (ALN), était partie prenante des combats menés par son père et toute sa famille. Il est  membre du conseil national de l’organisation nationale des moudjahidine (ONM) dont il dirige la Kasma de son lieu de résidence, Bouzeguene (Wilaya de Tizi-ouzou)
.(BMS)

Belkacemi Mohand Said

 

bas_bouzeguene

BMS sites: – Bouzeguene NewsKabylie Newssur Unblog.fr  – Kabylie News

Kabylie News: annonces classées

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Les généreux donateurs de Kabylie News et Bouzeguene News.

Kabylie-presse: BMS n’a pas inventé l’appel aux dons dans la presse: Le monde Diplomatique y recourt depuis des années … – 8 août 2011 - Mes chers amis (es) internautes et visiteurs du site. Je tiens absolument à vous préciser ici que je n’ai pasKabylie News: annonces classées dans Accueil aout20118don215b1 bmsmai2009bis dans Accueilinventé le recours aux dons pour aider le travail de presse. Bien des médias américains et notamment le géant français du  »Le Monde diplomatique » y ont recourru et y recourrent encore. 

    Je ne vais pas vous faire un dessin sur les raisons qui m’ont poussées à cette action, mais permetttez moi de vous présentez celles du Le Monde Diplomatique, qui a créé tout un site pour cela avec la possibilité de faire des dons par carte bancaire Visa ou MasterCard.

    Je partage complètement la vision du « Monde diplomatique » lorsqu’il affirme que faire un don est destiné à  »garantir notre indépendance financière et éditoriale, rare dans le monde de la presse  ».

    Je vous invite à visiter ce site du Le monde Diplomatique pour comprendre un peu plus le sujet auquel adhèrent plein de financiers et industriels ainsi que de simples lecteurs de par le monde.

    Dans notre cas, il s’agit d’un simple site personnel transformé en un site communautaire très actif. Continuer sur cette lancée m’empêche de faire autre chose, donc au détriment de mes intérêts. Mais l’arrêter, c’est décevoir tant de visiteurs du site qui ne cessent de nous déclarer leur satisfaction. Votre soutien avec des dons est la seule façon de satisfaire les uns et les autres. Soyons réalistes et surtout ne m’en voulez-pas si des fois je venais à vous décevoir.(BMS)

Belkacemi Mohand Said

aout20118don740

 
Modele dans Accueil 950_photo_cadeau

12

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...