• Accueil
  • > Accueil
  • > Les reportages imaginaires de BMS: Un vieux harraga de 73 ans rentre au village Ath Seksou Sezviv à l’heure du débat sur la pomme de terre canadienne

Les reportages imaginaires de BMS: Un vieux harraga de 73 ans rentre au village Ath Seksou Sezviv à l’heure du débat sur la pomme de terre canadienne

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Les reportages imaginaires de BMS: Un vieux harraga de 73 ans rentre au village Ath Seksou Sezviv à l’heure du débat sur la pomme de terre canadienne  dans Accueil reporter2

daily74080 dans Accueil .

youtube1dailymotion1

barremilieunew2

barreblanc

Un vieux harraga de 73 ans rentre au village Ath Seksou Sezviv à l’heure du débat sur la pomme de terre canadienne  (Reportage imaginaire du 28 sept 2007, remis au goût du jour le 10 novembre 2010)

Tizi-ouzou - La place du village Ath Seksou Sezviv (Le village du couscous aux raisins secs) m’a été très utile pour une fois puisqu’il m’a offert le scoop du mois que je cherchais depuis des …années, par lequel, …..ennnnfin, le rédacteur en chef  »n’lakhar nezman » (de l’ère décadente), de kabylienews, devrait se rendre à l’évidence et reconnaître que je suis un grand reporter  »dénafs (et demi) » dont il ne pourra se passer.

    Figurez-vous que je viens d’obtenir confirmation que le plus vieux  »harraga (émigrant clandestin) » du pays est non seulement issu du village Ath Seksou Sezviv mais qu’il est âge de pas moins de … 73 ans.
    La nouvelle m’est parvenue de Thala Ucharchour (la fontaine du village), mitoyenne de la place du village, lorsqu’un cri de joie d’une femme, ou un  »youyou », si vous vloulez, a retenti.
   Le cri, ou le youyou, a été poussé par l’épouse de Dda Mokrane Uqachuch (de la colinne) pour exprimer sa joie de voir celui-ci rentrer après être parvenu sur les côtes italiennes sain et sauf avec un groupe de harragas (immigrants clandestins) mais qui a été réexpédié illico presto au pays pour arriver en fin d’après-midi au village.
    Dès que j’ai obtenu confirmation de la nouvelle j’ai sollicité un entretien de Dda Mokrane avant que la télévision satellitaire privée d’expression kabyle,  »l’E.N.T.W », ne se saisisse du sujet.
    Dda Mokrane me fit répondre par un parent qu’il entend sortir ce soir pour raconter sur la place du village ce qu’il a vécu et réserver l’exclusivité du récit de son aventure-mésenventure aux villageois. Il a ajouté qu’il ne voit pas d’inconvénient à ce que la presse y assiste.
      J’étais comblé parce que je sais que les reporters de l’E.N.T.W ne parviendront certainement pas à l’heure puisque la tombée de la nuit pointe déjà à l’horizon. J’aurais donc l’exclusivité et le scoop.
    L’annonce de la conférence de Da Mokrane a fait sortir tout le monde sur la place du village. Les plus chanceux ont déjà occupé les pierres polies par des générations de villageois qui s’assayaient dessus alors que d’autres devaient se rabattre sur quelques briques rouges ou des parpaings pour assister à l’événement assis ou rester debout.
    Dans l’attente de l’arrivée de Da Mokrane, le débat s’engagea sur quelques sujets d’actualité à commencer par cette histoire de pomme de terre importée du Canada mais dont la qualité est douteuse.
    Dda Ouidir, en éternel plaisantin attitré de Tajmâat, clame à qui veut l’entendre que c’est le mal de mer qui a rendu les pommes de terre malades.  »Vous, vous imaginez, elles ont fait un long voyage dans des cales. Et puis dès qu’elles sont arrivées (les pommes de terre) elles ont été surprises par la qualité de l’air du pays et de ses…gens », s’est-il cru obligé d’ajouter.
    – Comment ça  »et de ses gens »….? commente Dda Amar.
    – Ben oui … ces pommes de terres viennent du nord, d’un pays développé et tu veux qu’elles soient vendues à un prix inférieur à celui des autochtones … Tu comprends mieux maintenant  »a mimi » (mon petit)…
    C’était le mot de trop du jour sur la place du village qui poussera Dda Amar, la soixantaine, à se lever d’un geste brusque pour se diriger menaçant vers Dda Ouidir en lui disant:  »je vais te montrer qui est mimi (petit) ici … »
    Bien sûr qu’il y avait des sages sur la place du village. Mais ils étaient sages … comme des images et c’est pour cela qu’ils n’ont pu empêcher une empoignade générale qui s’est achevée par des hématomes sur les visages (ça rime).
    C’est ainsi que la conférence de Da Mokrane fut annulée d’autorité par le chef du village qui invita tout le monde à rentrer chez soi … sauf moi. Parce que le chef du village est très respectueux de la presse. Il fête son anniversaire prochainement et je lui ai promis un message avec photo sur kabylienews. Et puis il a l’ambition de se présenter aux élections locales et il veut que je l’aide dans sa campagne électorale. Il se gourre là, bien sûr. Je dirais même qu’il se fourre le doigt dans … les yeux sur cette question (pour que vous ne compreniez pas l’expression connue autrement)!
    C’est ainsi que j’ai eu l’exclusivité  de l’histoire de Da Mokrane parvenu sur une place du village toute vide.
    Il m’apprit ainsi qu’il s’est retrouvé dans la galère des harragas volontairement pour voir quel risque prennent les jeunes pour aller vivre en Europe et pour vérifier si tout le monde peut le faire…
     »Assurément oui », m’a-t-il affirmé. Il a ajouté toutefois qu’il pense que prendre  »le risque de mourir à 73 ans peut apparaître chose naturelle mais pour ces pauvres jeunes, c’est pas normal … c’est pas normal … c’est pas normal…. », répétait-il.
    Le rédacteur en chef de kabylienews a refusé net mon reportage et a trouvé un pretexte superflu pour me coller une mise à pied de trois jours parce qu’il a cru que ma conclusion suggérait que les harragas doivent être des vieux comme il l’est. Parce que, je ne vous l’ai jamais dit … il est âge de plus de 65 ans et entend rester pour longtemps encore aux commandes de kabylienews et y tient comme tenait Djeha à son clou Ya siâaqa (tonnerre de …). 
                            

Belkacemi Mohand said

gif740bouzeguene3

reporter2

Les reportages imaginaires de BMS sont recommandés à ceux qui ont de l’humour. Il s’agit de récits imaginaires liés à l’actualité de tous les jours en Algérie, celle des villages et des moeurs dans les médias algériens. Gens insensibles, s’abstenir… N’est-ce pas Jean-Paul OUDOT? 

Yahoo!.-Google.-Voila.-Hotmail.- Presse.algérienne -Kabylie.unblog.fr.- Kabylienews.Bouzeguene News..

2 réponses à “Les reportages imaginaires de BMS: Un vieux harraga de 73 ans rentre au village Ath Seksou Sezviv à l’heure du débat sur la pomme de terre canadienne”

  1. jade et teah dit :

    bonsoir pourquoi ,n’ya t’il pas assez d’activité pour les filles?, il y’a tant de choses à faire en kabylie et vous savez quoi? l’ennuie tue et je comprend pourquoi la jeunesse algérienne fuit leur pays …..ils sont à la recherche du reve américain ….et qui peut les blamer ……..

  2. Anonyme dit :

    Attention au  »Reve Americain’ il devient vite cauchemard…
    le travail est celui des main souvent dans lea restauration ou gardinage rarement de la tete, la paye minable
    deux ou trois boulots pour se payer un voyage au bled et 7 sur 7 pour les fanfarants vehicules…  »Be all you can be »
    a condition d’avoir du fric. et encore…
    Oui pour les acticites pour les filles, elles semblent etre abscentes du site…Sujet encore epineux je pense…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...