• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 7 septembre 2010

Kabylie News – Presse: Les journaux L’Expression, La Dépêche de Kabylie et Le Midi Libre reprennent une photo de Kabylie News sans signaler son origine aux lecteurs – 7 septembre 2010 –

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @
Kabylie News - Presse: Les journaux L'Expression, La Dépêche de Kabylie et Le Midi Libre reprennent une photo de  Kabylie News sans signaler son origine aux lecteurs - 7 septembre 2010 -  dans Accueil daily740_80
youtube1 dans Accueildailymotion1

Yahoo!.-Google.-Voila.-Hotmail.El-Watan.- DDK.- Le-Soir.- L’Expression.- Le Jour.- El-Khabar- Bouzeguene.

gif740bouzeguene

Kabylie News – Presse: Les journaux L’Expression, La Dépêche de Kabylie et le Midi Libre reprennent une photo de  Kabylie News sans signaler son origine aux lecteurs (actualisé) - 7 septembre 2010 – Les journaux algériens L’expression, la Dépêche de Kabylie et le Midi Libre, viennent de reprendre une photo de  Kabylie News sans signaler dec2009_17_medjahed_nouara210son origine aux lecteurs, au mépris des conditions fixées par notre site pour avoir le droit de le faire et de l’éthique qui entoure ce genre d’action.
    Les trois journaux n’ont pas signalé l’origine d’une photo qu’ils ont reproduite pour illustrer un récent gala de Nouara à Tizi-ouzou et que nous avons prise lors du retour en scène de la chanteuse Kabyle fin décembre 2009 à la maison de la culture Mouloud mammeri. La même photo a été reprise par Liberté dans sa page Radar il y a quelques mois avec en pire sa signature par DR.
    Nous nous réservons le droit d’interpeller les responsables de ces journaux le moment où ils viendraient à parler d’éthique et du droit d’auteur. Ce qui risque de se produire lorsqu’ils en souffriront un jour. Nous avons clairement indiqué que nous autorisons exclusivement les journaux algériens à reprendre nos articles et nos photos à la conditions de préciser l’auteur du texte et Kabylie News comme site où ils sont puisés. Pour le moment seul Le Midi Libre a respecté cette clause d’éthique dans un seul cas en reprenant dernièrement un article consacré à Ali Djenadi. (BMS – Lire notre couverture photo et vidéo du gala du 17 décembre 2009) 

Belkacemi Mohand said 

bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

Kabylie News  et Bouzeguene News avec BMS – Des infos utiles et vérifiées

Kabylie News : Celle-ci n’est pas la page d’accueil – 7 sept 2010 -

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @
Kabylie News : Celle-ci n'est pas la page d'accueil - 7 sept 2010 - dans Accueil daily740_80
youtube1 dans Accueildailymotion1

Yahoo!.-Google.-Voila.-Hotmail.El-Watan.- DDK.- Le-Soir.- L’Expression.- Le Jour.- El-Khabar- Bouzeguene.

gif740bouzeguene

 

Kabylie News – Presse: Les journaux L’Expression et La Dépêche de Kabylie reprennent une photo de  Kabylie News sans signaler son origine aux lecteurs - 7 septembre 2010 – Les journaux algériens L’expression et la Dépêche de Kabylie viennent encore une fois de reprendre une photo de  Kabylie News sans signaler dec2009_17_medjahed_nouara210son origine aux lecteurs, actu_bentaha_sept1au mépris des conditions fixées par notre site pour avoir le droit de le faire et de l’éthique qui entoure ce genre d’action.
    Les deux journaux n’ont pas encore une fois signalé l’origine d’une photo qu’ils ont reproduite pour illustrer un récent gala de Nouara à Tizi-ouzou et que nous avons prise lors du retour en scène de la chanteuse Kabyle fin décembre 2009 à la maison de la culture Mouloud mammeri. La même photo a été reprise par Liberté dans sa page Radar il y a quelques mois avec en pire sa signature par DR.
    Nous nous réservons le droit d’interpeller les responsables de ces journaux le moment où ils viendraient à parler d’éthique et du droit d’auteur. Ce qui risque de se produire lorsqu’ils en souffriront un jour. Nous avons clairement indiqué que nous autorisons exclusivement les journaux algériens à reprendre nos articles et nos photos à la conditions de préciser l’auteur du texte et Kabylie News comme site où ils sont puisés. Pour le moment seul Le Midi Libre a respecté cette clause d’éthique en reprenant dernièrement un article consacré à Ali Djenadi. (BMS – Lire et commenter) 

Ait Mizare – société – décès: L’enterrement de Si Rezki Ouverkane confirme la solidarité villageoise et le rôle attendu de la jeunesse pour la capitaliser davantage - 7 septembre 2010 -  L’enterrement lundi de Si Rezki Ouverkane a confirmé la préservation de zirezki_enterrementla solidarité au village Ait Mizare dit également Ait Sidi Hand ouali, de la commune de Bouzeguene, mais aussi l’existence d’une jeunesse pleine de bonne volonté qui mérite d’être capitalisée si elle venait à s’organisait pour prendre en charge d’autres besoins de cette petite collectivité enfantée par le saint ouali et ancêre commun Sidi Moussa.
    La solidarité villageoise s’est traduite par le ralliement du village par de nombreuses personnes vivant à Alger et ailleurs en vue de réconforter la famille de Si Rezki Ouverkane notamment ses fils Mohand Said, Ahmed, Malek, Djamal et Samir et son frère Ameziane. Même Cheikh El Hassan et Si Mohand Ameziane n’Ath El Houcine (ath ouadda) ont fait le déplacement malgré leur âge avancé et leur état de santé visiblement fragile.
    Les gens de Bouzeguene, hommes et femmes, ont rendu hommage également au disparu en se déplaçant chez lui la vieille au soir et dans la nuit mais aussi en prenant part pour bien d’autres au cortège funèbre lors de l’enterrement. C’est une tradition dans la région que de se rendre dans les villages se recueillir devant les disparus, les gens du Aarch Ath yedjar se connaissant entre eux en grande majorité en raison d’une imbrication de liens famliliaux assez extraordinaire.
    La jeunesse du village At Mizare s’est distinguée encore une fois en s’occupant du côté matériel comme la préparation de la tombe et de l’enterrement mais aussi de l’organisation du flux des gens et qui se déroulera sans coup férir. Ceci renseigne sur l’existence de capacités dans le village qui méritent seulement d’être organisée pour prendre en charge d’autres aspects de la vie villageoise.
    Si rezki Ouverkane, de la grande famille des Belkacemi, qui comprend deux descendances, les Ath Abdallah et les ath Ouverkane, a été enterré en milieu de journée de lundi au cimetière du village. Il aura réussi à réunir les villageois par deux fois en moins d’une année. La première était lorsqu’il avait fait le don d’un bœuf que les villageois s’étaient partagées le mois de mai dernier.(BMS)    

Kabylie – Illoula Oumalou – Lemsella – société : Le village Lemsella prépare la 4e édition de la Fête de la figue pour le 16, 17 et 18 septembre – 7 septembre 2010 - 7 septembre 2010 –  Le village Lemsella de la commune d’Illoula lamsalla_figues2010Oumalou, daïra de Bouzeguene, prépare d’accueillir la 4ème édition de La Fête de la figue le 16, 17 et 18 septembre dans cette zone de la Kabylie, Wilaya de Tizi-ouzou, Algérie.
    L’Association culturelle “Tighilt Lamsella”, qui l’organise avec le comité de village, a choisi cette date en raison du mois de Ramadan qui s’achève vers le 10 septembre mais aussi du fait que saison de la figue (Lakhrif) ne bat son plein qu’à cette période de la mi-septembre en haute montagne où est situé le village de Lemsella. La figue dans toutes ses variétés arrive à maturation à cette période dans cette zone proche du Djurdjura.
    La précédente édition de la fête de la figue a été organisée du 17 au 19 août 2009 avec un mois de Ramadan qui pointait à l’horizon et un fruit qui n’était pas arrivé à maturité, avait constaté Kabylie News dans les figurerais des environs du village.
    Près de 750 variétés des figuiers sont répertoriées à travers le monde. Les variétés appréciées en Kabylie sont celles dites  »Ajandjar », un fruit rond avec une peau noire,  »Taghanimt », bien cossue à la peau blanche et Taghanimt, de la même corpulence mais à la peau qui tend vers le jaunâtre.(BMS – Découvrir notre précédent reportage)

Algérie – France – histoire – Contribution: Noël FAVRELLIERE, l’homme qui a fui la tourmente des méfaits de l’armée coloniale (Ahmed ARRAD) – 7 septembre 2010 -Qui est Noël FAVRELLIERE ? Il  est certainement vrai que cet Noel_Favrelliere375ahmed_arrad210homme demeuré dans l’anonymat et qui a fui l’armée coloniale de son pays pour ses idées, mérite d’être revisité et ainsi, brièvement, le faire connaître à cette génération montante.
    Il est né en 1934 à la Rochelle en France, en 1956 quand la guerre d’Algérie commençait à préoccuper le gouvernement français, il fut rappelé sous les drapeaux pour y être affecté en Algérie dans un  régiment de parachutistes. Un jour,  en 1956 afin de soustraire un Moudjahed à l’exécution sommaire qui l’attendait, il s’enfuit avec lui en le libérant. Après une longue et harassante marche en plein désert, il réussit avec son compagnon de fortune à rejoindre les combattants de l’Armée de Libération Nationale où il y restera  six pleins mois en plein maquis partageant avec eux la vie combien dure avant de gagner Tunis d’où il partit un peu plus tard à New-York.
    Quelques notes de lecture – Dans son livre paru en 1958, intitulé  « LE DESERT A L’AUBE », il retrace toute cette péripétie combien mémorable et d’actualité aujourd’hui, avec la loi Sarkozyenne sur ‘’la colonisation positive’’. Il commence ainsi : « Le goût du saut. L’impression qu’on est seul et qu’on intervient en avant ligne, au lieu de marcher en avant troupe, quelques semaines  plus tard, il écrivait à ces parents. Nous sommes saufs. Cette nuit, nous avons traversé la frontière à dos de chameau. Nous sommes maintenant chez les parents du jeune que j’ai libéré. La joie qu’ont eue les siens à le revoir alors qu’il le croyait mort, m’a  payé au centuple pour tout ce que l’avenir me réserve… et il poursuit plus loin. Si j’avais agi autrement, si j’avais laissé assassiner Mohammed, je crois que je n’aurais  plus jamais osé vous regarder en face »..(Ahmed ARRAD – Lire la suite et commenter)  

At Mizare -décès: Décès de Si Rezki Ouverkane de la famille Belkacemi: un presque centenaire généreux - 5 septembre 2010 - Si Rezki Ouverkane, de la grande famille des Belkacemi, est décédé dimanche en milieu de journée entouré de sa zirezki_deces375famille au village Ath Sidi Hand Ouali (dit également At Mizare) de la commune de Bouzeguene (Aarch Ath Yedjar). Son enterrement est annoncé pour  avoir lieu lundi en milieu de journée.
    Si Rezki, âgé de 98 ans, était souffrant depuis quelques mois et a été hospitalisé à Azazga puis Draa Ben Khedda dans une clinique avant de poursuivre son traitement chez lui au village at Mizare. Il était resté lucide jusqu’aux derniers instants de sa vie et recevait  les visiteurs avec qui il discutait avec peine mais aussi un grand courage.
    Il s’est distingué tout recemment en offrant un boeuf aux villageois dans l’intention de les réunir. Il permettra alors au village de vivre un événement qu’il n’a plus connu depuis cinq ans lorsqu’alors un autre généreux donateur de la même famille des Belkacemi, en l’occurrence Hadj Nouredine, qui revenait des lieux saints de l’Islam, avait offert un autre bœuf qui avait été immolé et partagé dans un environnement de neige exceptionnel.(BMS -Lire la suite)  

Bouzeguène-religion: Bouzeguène, La Zakat (El fedhra), une aumône obligatoire pour chaque famille – 4 sept 2010 – Les familles de Bouzeguène figues_kabylienews_sept2010s’attellent à s’acquitter de la Zakât El Fitr, une aumône obligatoire pour tout jeûneur pour que son jeûne soit accepté par Dieu, selon de nombreux hadits. Il est en outre tenu de la verser, le cas échéant, pour toutes les personnes dont on a la charge.
    Par ailleurs, cette Zakat permet aux nécessiteux de passer la fête de l’Aïd dans les meilleures conditions possibles. Cette journée étant caractérisée par un climat de joie, de pardon et de fraternité, elle devrait dispenser les pauvres de demander l’aumône. Son montant est fixé en fonction du prix de certaines denrées alimentaires de base.
    Elle a été fixée, cette année, à 100 dinars par personne à charge, même pour un nourrisson qui vient de naître juste avant l’aïd el fitr. On peut la donner dès le début de Ramadan mais c’est généralement, au cours de la troisième dizaine du ramadan que cette aumône est sortie. Elle ne doit pas épasser la prière de l’Aïd, sinon elle est considérée comme une simple Sadaqa.
    A  Bouzeguène, de nombreuses personnes sont dans un besoin accru ; des pauvres, des pères de familles nombreuses sans ressources suffisantes, des handicapés, le croissant rouge, les associations de bienfaisance…etc.  La générosité est une vertu ; nul n’est à l’abri du besoin.(Kamel KACI)  

Algérie-histoire – Contribution: 8 mai 1945  -  8 mai 2010: Il y a 65 ans …, une génocide programmé (Ahmed Arrad) – 2 sept 2010 – Aujourd’hui, 8 Mai ahmed_arrad2102010, plus d’un demi siècle s’est écoulé, nous nous posons la question : (Avons-nous fait l’effort nécessaire pour y apporter les vraies réponses à cet évènement)?
    Oui! aujourd’hui nous nous devons d’interroger nos  consciences et en tirer, au moins, le mérite de faire en sorte que les survivants de ce génocide qui a engendré des handicapés physiques ou mentaux ou ceux qui ont perdu, à jamais, les leurs, à la suite des incendies, des exécutions sommaires, des expéditions punitives organisées par les milices, la police ainsi que la légion étrangère sans en oublier les bombardements.
    Quel mérite aurions-nous, aujourd’hui, si les insurgés de Mai 1945 devaient disparaître sans auréole, broyés par la douleur du mépris et de m’anonymat ?
yahiatene_sept230    Beaucoup reste à écrire sur cette douloureuse date, mais combien glorieuse, par le sacrifice consenti pour que renaisse la Liberté en ce pays si cher en nous tous. En effet, des questions aussi lancinantes les unes que les autres demeurent enfouies dans les pénombres de l’oubli qu’il faut,aujourd’hui, les en extraire pour les porter haut et fort par les générations montantes. (Ahmed Arrad- Lire la contribution et commenter) 

At Mizare-société: La fête de l’Aïd au village entre jadis et aujourd’hui: exemple des Ath Sidi Hand Ouali (At Mizare)- 1 septembre 2010 - La célébration de la fête religieuse de l’Aïd El Fitr ou El-aid Tamechtouht qui marque la fin du mois de carème musulman, comme celle du sacrifice qui suit deux mois et dix jours plus tard (El-Aid El adha ou El-aid Thamokrant) ne sont plus ce qu’elles étaient jadis, comme nous le montre le cas du village Ath Sidi Hand Ouali ou At Mizare, en raison de nouvelles attitudes et autres exigences de l’heure.
sept2010_01_atmizare375    Les moeurs ont évolué de nos jours dans ce village de la commune de Bouzeguene, Aarch Ath Yedjar, situé entre Ihitoussene à l’ouest, Ath Ikhlef au nord et At Semlal à l’est. C’est le signe que la société a changé et a  »changé de main » comme le prédisait si bien Si Mohand Oumhand. Alors que jadis, toutes les familles non résidentes, gagnaient la veille de Laid le village pour célébrer en commun cette fête religieuse, de nos jours ce n’est plus le cas. La raison est liée au fait que des enfants du villages n’habitent plus qu’à Alger mais parfois plus loin encore dans d’autres villes d’Algérie ou en France, voire au Canada. Et les déplacements deviennent coûteux ou problématiques avec des familles qui ont explosé en terme démographique. Les gens préfèrent également rester dans les villes où ils habitent car ils redoutent que leurs logements soient visités par des voleurs s’ils s’absentaient. Le résultat est que l’ambiance de jadis en prend un grand coup.
 (BMS – Lire la suite

Houra- France- Emigration: Mourad Saïbi (Amastan), Loin des routes du show-business – 1 septembre 2010 – Mourad Saïbi  (Amastan, nom d’artiste), amastan180est natif du village Houra (Bouzeguène). Ses premiers balbutiements dans le domaine de la chanson et de la musique se sont effectués au début des années 70. Disciple de Younsi  Mahmoud, et Younsi  Hocine, plus connus  sous les noms  respectifs  de Mahmoud  Ath Youcef et Hocine  Oumeri, amastan ira de l’avant en compagnie d’un autre artiste, Ouahcène Koubi avec qui il se produira, des années durant, dans les soirées de fête de mariages.
    Vie  et parcours de l’artiste: L’enfance d’Amastan fut très dure avec la disparition de sa mère alors qu’il n’avait que 7 an. Privés de la chaleur  maternelle, Mourad et ses deux sœurs devaient être rapatriés en Algérie. Ce fut le choc pour les trois enfants qui ne connaissaient pas un mot du Kabyle et encore moins de la langue arabe qu’ils devaient apprendre à l’école. Deux  années  plus tard, un nouveau choc : Rachida, la jeune sœur de Mourad, décéda subitement. Elle n’avait que quatre ans. En 1973, Mourad rejoignit le lycée  d’Azazga où en plus de ses études se mit à écrire les premières ritournelles de la poésie berbère aidé par son ami de toujours, Mohand  Tahir.(Kaci Kamal – Lire la suite)  

Kaci ABDMEZIEM -Chronique - SMS - 31 août 2010 - J’ai reçu ce matin, sur mon portable, un message par lequel l’opérateur de téléphonie mobile qui me dessert  m’a abdmeziem2demandé si , par hasard , je n’étais pas intéressé de recevoir des SMS religieux.
    J’ai été évidemment interloqué par cette proposition. Ma tension a vite fait de grimper.
    Puis j’ai senti se lever en moi un cri de révolte que vous avez dû entendre.
    Ensuite cela a été, dans ma tête,  un tourbillon de réflexions amères sur l’état du pays.
    Ainsi donc, me suis-je dit, la bigoterie s’est infiltrée jusque dans nos puces électroniques ! Que faire et en quel endroit de ce pays faut-il aller pour
    échapper à ce climat général qui pue l’ordure et l’encens de la mauvaise foi? J’ai  eu envie de m’adresser au Très Haut et de lui dire :«Mon Dieu !!Faites quelque chose !! »
Djedjiga_maouche230    Je me suis cependant abstenu. Car je me suis rappelé, in extremis , le président Zeroual rendant visite , à l’hôpital Mustapha , aux victimes du sanglant attentat  du boulevard Amirouche.
    A une femme grièvement blessée qui lui disait ceci : « Monsieur le Président, faites quelque chose !!! », Monsieur le Président, tout à fait désolé, a répondu : « Mais que dois-je faire , Madame ? »
(Kaci ABDMEZIEM-Lire et commenter)  

Kabylie-religion: Les fidèles de la mosquée Arezki Cherfaoui du centre ville de Tizi-ouzou ressentent l’absence du jeune imam Cheikh Nadir retenu pour des soins à Chlef  – 30 août 2010 - Les fidèles de la mosquée Arezki Cherfaoui du centre ville de Tizi-ouzou ressentent avec regrets l’absence du jeune imam vi_destin2Cheikh Nadir retenu pour des soins à Chlef alors qu’ils étaient habitués à entendre sa voix retentir pendant le mois de ramadan plus particulièrement en récitant le noble Coran lors des prières surérogatoires (Tarawihs).
    Cheikh Nadir est retenu pour des soins ophtalmologique à Chlef laissant l’autre jeune imam, Cheikh Chavane, presque seul sur tous les fronts. Une mission qu’il remplit admirablement en s’occupant des prières ordinaires (el fouroudh au nombre de 5), du prêche hebdomadaire du vendredi, des prières surérogatoires (8 génuflexions) et en dispensant en plus des conseils avant chaque prière (dourous). L’intense activité de Cheikh Chavane mérite d’être soulignée. Sa disponibilité à toute heure dans la mosquée est à saluer également. Il est aidé par un jeune imam nouvellement affecté.
    Les fidèles de la mosquée ne devraient pas oublier de prier pour Cheikh Nadir pour qu’il guérisse et leur revienne vite et pour que Cheikh Chavane soit gratifié pour sa disponibilité. En plus de l’intense activité déjà signalée, Cheikh Chavane, qui officie en kabyle et en arabe, vient d’encadrer dans la nuit de dimanche à lundi les premières prières de la nuit  »Attahadjoud ou qiyam ellil » (14 génuflexions).
aghribs_videos    Les fidèles devraient se mobiliser pour mener une campagne en faveur de Cheikh Nadir en vue de bénéficier d’une prise en charge à l’étranger. Le ministre des affaires religieuses devrait intervenir en sa faveur comme le font d’autres collègues à lui du gouvernement lorsqu’il s’agit de sportifs, de comédiens, de … et de ….(BMS – Lire et commenter)  

Kabylie-chant – portrait: Siham Stiti Chante à Igreb Illoula Oumalou - 30 août 2010 - Dotée d’une voix extraordinaire, Sihem Stiti figure, aujourd’hui, parmi les meilleures siham_stiti140voix de la chanson kabyle. Quand Siham chante, elle fait vibrer tous les cœurs. Siham connaît tout des roueries du cœur ; elle chante à chanter comme elle joue à jouer. Sentimentale à souhait, elle perse les cœurs des plus flegmatiques jusqu’à leur faire couler des larmes.
    En dépit de son handicap de non-voyante, elle voit quand même avec son cœur et avec son esprit. Siham passe sa vie entre les deux rives de la méditerranée. Tantôt en France, tantôt en Algérie, elle vit de son art et de sa voix qu’elle partage avec ses fans et les amoureux de ses chansons.
    Siham Stiti est née à Tizi-Ouzou| en 1980, elle est issue d’une famille d’artistes, son père Rachid Stiti est chanteur auteur/compositeur. En 1995 elle affronte pour la première fois le public en animant des fêtes de mariages. Elle affine son talent, expérimente ses titres et crée un univers singulier. Elle y fait ses premières armes, comme beaucoup d’autres avant elle.
    En 1996, elle est l’invitée de l’émission « Sabahiyate » de l’ENTV où elle interprète ce qu’elle ressent le plus : « Tfiyi Afous » (Tiens-moi la main). En 1997, parmi plus d’une centaine de concurrentes, elle décroche la première place avec la même chanson « Tfiyi Afous » et acquiert,  depuis, une dimension nationale en devenant la coqueluche des médias (Journaux et TV).(Kamel KACI – Lire et commenter)

Bouzerguene – solidarité: Pour que nul n’oublie ceux qui souffrent … 29 août 2010 – En cette dernière dizaine de jours restants du mois de Ramadan, rien ne vaut plus pour un bon croyant et un bon citoyen que de se rappeler les gens qui handicapes375souffrent dans nos villages comme Saïbi Mehand du village d’Amekrez, dans la commune d’Aït Zikki (Bouzeguène) et Fergani Yazid de Mezeguene, à Illoula Oumalou.
    Bouzeguene  News et Kabylie News se font un devoir de vous rappeler leur cas et de vous indiquer le moyen de les aider sans trop le crier sur les toits tout en ayant la conscience très satisfaite.

    Mehend a été victime d’un accident de travail à la carrière d’agrégats d’Aït Zikki le 13 juin 1999 lui causant une fracture thoraco-abdominale droite. Hospitalisé en urgence au CHU Mustapha Bacha le 13 juin 1999, le blessé a subi deux interventions chirurgicales au thorax droit et à la glande hépatique..
    Il est le père de 10 enfants (9 filles et un garçon) et vit avec une pension de 5000 dinars que lui verse mensuellement son ex. employeur. Lire toute l’histoire de Saïbi Mehand et le contacter au village Amekrez, commune d’Aït Zikki, daïra de Bouzeguène wilaya de Tizi-Ouzou. Son compte CCP N° 136942 73 clé 54 centre Alger.
    De son côté, Yazid Fergani a vu sa vie basculer en cette triste journée du 27 février 1989 lorsque à 7 heures du matin, adossé à un mur mitoyen d’un abri bus, à la place de Tajemaat de son village, Mezeguene, à Illoula Oumalou, il a reçu de plein fouet le bus de l’APC qui arrivait pour l’acheminer avec ses camarades vers le CEM d’Illoula Oumalou où ils étaient tous scolarisés.(BMS – Lire la suite et commenter)

Kabylie-Aghribs-religion -réactions: Nasser:  Les torts sont partagés à Aghribs et l’excommunication et l’anathème ont toujours été le ferment de toutes les dérives - 29 août 2010 - Salamuleikom. Je ne aghribs_mosquee10aoutpeux que déplorer cette malheuereuse affaire qui témoigne, une fois de plus, du malaise et du déchirement profond qui ronge notre société dans toutes ces composantes.
    En Kabylie, au delà de la problématique religieuse, dans ses dimensions cultuelle et culturelle, la dissension qui divise la population du village d’Aghrb autour du projet de construction d’une nouvelle mosquée a vite fait de se transformer en un clivage politique entre différends partis antagonistes qui se disputent le leadership de la Kabylie. Il est malheureux de constater combien la sagesse, la tolérence et le respect des anciens qui ont toujours prévalu dans nos villages kabyles ont été abandonnés pour céder la place à l’exclusivisme, l’intolérence et la haine.
    Je crois que les torts sont partagés. Autant je ne peux que condamner fermement le recours à la violence par les opposants au projet, autant je déplore le manque d’esprit de dialogue et de concertation des membres de l’association religieuse envers leurs détracteurs alors que leur connaissance des pricipes de l’islam, à l’origine, me semble-t-il, de leur attachement à la réalisation de ce nouveau lieu de culte, aurait du les inspirer pour adopter une démarche plus conciliante et moins provocatrice eu égard à la sensibilité du sîte et du moment.
(Nasser – Lire et commenter)  

artistes_aout2010b200Bouzeguene-chant: Soirée artistique, poétique et humoristique jusqu’à 3 heures du matin à Bouzeguene – 28 août 2010 – La grande cour du centre culturel Ferrat Ramdane de Bouzeguene a été marquée dans la nuit de jeudi à vendredi et jusqu’à 3 heures du matin par la tenue d’une soirée artistique, poétique et humoristique en présence d’un nombreux public.
    Organisée par l’APC, cette soirée a vu près d’une dizaine de chanteurs de la région que sont notamment Ahmed Chabi, Ouhitos, Mohand Amokrane Arab, Mhenni At Amirouche, Mhand Azazgui, Fergani Khellaf, Massa Yous, Ait Semlal et Amouchas Akli, égayer le public de leurs riches répertoires.
    Les artistes ont chacun chanté trois à quatre chansons au cours de la soirée marquée également par la sortie humoristique de Mhenni qui a improvisé des sketchs sur la rupture du jeune et sur le gâteau le plus prise en ce mois de carême pour les musulmans: le qalb ellouz. Mhenni est connu comme chanteur mais aussi comédien à la radio chaîne 2 avant de prendre sa retraite il y a quelques années.
   Enfin le poète Messaoud Akkou a déclamé plusieurs de ses poèmes au cours de la même soirée offerte par l’APC aux habitants.(BMS et Cherifi Djaffar - Lire et commenter)  

Algérie-kabylie-Raï: Cheb Khaled réussit à drainer un nombreux public à Tizi-ouzou (Version définitive) - 27 août 2010 - Le King du Raï, l’Oranais  »cheb » Khaled (ouest algérien) ou la star mondiale du genre, a réussi à drainer un khaled375nombreux public dans la nuit de jeudi à vendredi au stade oukil Ramdane de Tizi-ouzou pour un gala, le premier de sa carrière dans la capitale du Djurdjura (Kabylie), a-t-on observé.
    Le roi du raï s’est fait attendre jusqu’au delà de 23 h et 20 minutes environs pour Tewfiq_ighrayennequ’il apparaisse enfin sur l’écran géant installé dans le stade sous forte escorte policière. Il a été annoncé ensuite brièvement par le directeur de la culture et de la maison de la culture de Tizi-ouzou, Ould Ali El Hadi. Il était temps, car le public juvénile dans son écrasante majorité commençait à s’impatienter et à l’exprimer en jetant quelques bouteilles d’eau minérales vides devant la scène.
    Les familles devaient suivre le gala, pour leur part, à partir des tribunes alors que le terrain était réservé aux jeunes non accompagnés. L’entrée au stade se faisait sous un double et stricte contrôle, celui de la police pour éviter l’entrée de tout objet dangereux et celui du droit d’accès pour 300 dinars le ticket. Des guichets avaient été improvisés en cisaillant la clôture de la maison de la culture donnant sur la rue. Un simple  »Azul » (Bonjour en berbère ou tamazight) adressé au public et puis voilà Khaled entrant vite dans le vif du sujet…(BMS – Lire la suite et commenter)  

Kabylie-Poésie: Récitals poétiques de Azouaou Mohand et Cherifi Djaafar – 26 août 2010 (bms)- Azouaou Mohand du village Tazerout et son condisciple et non azouaou_cherifi375moins voisin Chérifi Djaafar d’Ighil Tizi Boa ont co-animé mardi dans la soirée une rencontre poétique dans le cadre du programme des activités ramadanesques de l’APC de Bouzeguene.
    Deux heures durant, les deux amoureux du verbe kabyle ont régalé l’assistance de poèmes tirés des entrailles.  La langue Amazigh, la nature, la liberté  mais aussi l’intrigue et tout ce qui fait le paradoxe de l’homme ont été traités par les deux poètes qui ont fait la part belle aux hommages des précurseurs et militants de la langue berbère comme Slimane Azem ou encore Muhand Uharun et de tous ceux sans qui Tamazight n’aurait pas lieu de cité aujourd’hui en Algérie.
    Un hommage est également rendu à la presse indépendante dont chaque titre a été gratifié d’un refrain qui donne le ton de la ligne libre du journal. Sous la flûte enchantée et enchanteresse de Djaafar Chérifi, les vers chantent les complaintes du temps perdu dans les méandres de la terre et du ciel tantôt lumières, tantôt ombres. Et ce cela qui a suscité ce poème sur la nature et ceux qui font tout pour la préserver à Bouzeguene, une belle région  défigurée par les ordures?(Hammoum Salem – Lire la suite et commenter)  

akli_tresor Algérie-Histoire: Initiative inédite: le fils de feu colonel Mohand Oulhadj révèle le document par lequel il a remis le trésor de la Wilaya 3 à la présidence algérienne – 26 août 2010 - L’initiative inédite de M. Mohand Said Akli de révéler le document par lequel son père, feu le colonel Mohand Oulhadj avait remis tout un trésor de la Wilaya 3 à la présidence de la république, est bien partie pour connaître des rebondissements liés au devenir du pactole et celui de Sandouk Ettadhamoun, une caisse de dons en bijoux de toute nature alimenté par algériens et des algériennes solidaires à l’indépendance nationale en 1962.
   En révélant le document, M. Mohand Said Akli, a du coup honoré sa famille, celle de Mohand Oulhadj, chef de la wilaya 3 historique, qui a succédé au colonel Amirouche et dont c’est le fils de ce dernier, Nouredine Ait Hamouda qui a provoqué cette sortie peu commune dans les annales du pays. C’est Nouredine Ait Hamouda qui avait interpellé le 20 août, d’après la presse, le fils du colonel Mohand Oulhadj qui n’a pas mis longtemps ainsi à le satisfaire.(BMS – Lire la suite et commenter) 

bas_bouzeguene3

Kabylie-chant:  »Cheb » Khaled à Tizi-ouzou : qu’est-ce que ce sera ce soir après la petite ruée pour le gala de Mohamed Allaoua mercredi soir – 26 août 2010 -  »Cheb » Khaled aura-t-il plus de public ou moins que celui nombreux que l’enfant de la région Mohamed Allaoua a réuni mercredi soir au stade Oukil Ramdane de Tizi-ouzou.
allaoua_25aout2010    C’est la grande question qui se pose certainement aux organisateurs du gala qui font un pari audacieux quant on sait qu’il n”y a pas que des amoureux du genre raï en Kabylie, bien au contraire. Aux tenants de la chanson traditionnelle kabyle qui ne voudraient pas laisser un iota de l’espace artistique dans leur cœur à tous les autres genres de la chanson algérienne autre que kabyle, s’ajoutent ceux qui n’oublient pas les mauvais rapports qu’à eu Khaled avec feu Matoub Lounes, le chanteur icône de la région, assassiné le 25 juin 1998 sur la route de son village à Ath Douala. Mais ces derniers sont certainement peu nombreux.
    Ensuite le fait que le gala soit organisé pendant le ramadan n’arrange pas les choses du fait qu’il exclut de fait les fans de Khaled qui résident dans les régions limitrophes y compris Alger. La ville de Tizi-ouzou est connue pendant le ramadan pour ses quelques petits restaurant payants qui restent ouverts et quelques autres gratuits dits de Rahma, qui laisseraient sur leur faim bien du monde à l’Iftar (rupture du jeûne) si grande foule voudrait faire le déplacement au col des genêts.(BMS-Lire la suite et commenter) 

Ahmed ARRAD-Contribution: Le 25 Août 1958 en France comparable au 20 Août 1955 dans le nord constantinois (Ahmed Arrad) – 26 août 2010- C’est  le mois de Juillet 1958 arrad_carte200qu’eut lieu dans la banlieue de Cologne en Allemagne une arrad_aout2010réunion regroupant des membres du Comité fédéral avec les quatre chefs de Wilaya en France, réunion où Boudaoud explicite les objectifs qui lui ont été confiés par Abane Ramdane.
    Et c’est lors, justement, de cette réunion que la date du 25 Août 1958 a été choisie pour passer à l’action puisque l’ensemble des éléments concernant l’opération sont réunis. Hommes, moyens matériel, moyens d’acheminement, moyens armés sans compter les cibles choisies qui sont, pour rappel, économiques, militaires et policiers. Des ordres fermes sont donnés pour éviter d’atteindre les populations civiles.
    Le 22 Août, c’est dans une banlieue parisienne, plus exactement, à Sceaux, lors de la réunion ordinaire de la Fédération regroupant 3 membres du comité fédéral :Bouaziz,Haroun et Ladlani en compagnie des 4 chefs de Wilayas : Kebaili, Ghezali, Haddad et Souami pour l’ultime vérification avant l’heure H des dispositions prises. Tout a été passé au crible et le résultat en est concluant, aucun imprévu n’est signalé, le planning élaboré est confirmé et tout le monde se quitte pour la mise en œuvre de  l’opération.
    Pour chaque région de France des hommes aguerris son prêts et attendent impatiemment mais avec ferveur l’heure ultime qui doit sonner : ce sont près de 500 hommes répartis en commandos, je citerai pour mémoire quelques-uns d’entre eux… (Ahmed ARRAD – Lire la suite et commenter)
 

Société-religion: Les tarawihs dans les mosquées de Bouzeguène – 26 août 2010 - A Bouzeguène, mis à part ceux qui affectionnent les longues parties de cartes et de tarawihs_375_aout2010dominos ou le loto kabyle, une grande partie des citoyens rejoint les mosquées qui accueillent, en grand nombre, les fidèles de tous les âges et des deux sexes.
    Avant le début de la prière et juste après El Adan d’El Aïcha, les fidèles écouteront comme chaque soir, et avec un grand intérêt les hadiths et autres Dourousses animés par l’imam.
    Les tarawih sont les prières quotidiennes du soir, exécutées après celle d’El Aïcha, pendant le mois de jeun du Ramadan. Ces prières surérogatoires sont effectuées par paires de rakaa, avec en tout 8 rakaates selon les traditions. Après les Tarawihs, on conclue par les trois Rakaate de chefaa et el witr. À la fin du mois de Ramadan, l’Imam est censé avoir lu la totalité du Coran durant ces prières.
gensdebouzeguene230_aout2010    Une grande ferveur règne dans les mosquées de Bouzeguène. La mosquée du chef-lieu accueille près de 600 fidèles chaque soir. L’organisation religieuse est l’affaire exclusive des associations religieuses qui activent selon les règles énumérées dans les statuts, entre autres, construction, agrandissement et équipement des mosquées ainsi que la réalisation de l’habitation de l’imam. Les tarawihs s’achèvent généralement au 27ème jour du ramadan.(Kamel KACI – Lire et commenter)  

Kabylie-chant: Gala de Allaoua et Khaled à Tizi-ouzou : les organisateurs s’attendraient à une ruée du public - 25 août 2010 - Les organisateurs des galas du chanteur de allaoua_25aout2010variétés Kabyle Allaoua et du Raï Oranais Khaled, annoncés pour respectivement le 25 et le 26 août, ont prévu une demie-dizaine de guichets à même le mur d’enceinte de la maison de la culture mouloud Mammeri de Tizi-ouzou parce qu’ils s’attendraient à une ruée du public.
    Les guichets ont été créés en cisaillant visiblement la clôture qui donne sur la rue. Le prix de l’entrée est fixée à 300 dinars. Les organisateurs avaient annoncé pourtant qu’il n’y aurait pas de vente de billets le jour des galas qui se dérouleront au stade Oukil Ramdane, tout mitoyen. Deux entrées ont été prévues pour le public, dont l’une pour les familles, du côté de la Sonade (Ade).
    Le public a le choix d’assister debout sur le terrain en tartan protégé par une moquette rouge et être proche ainsi des artistes avec possibilité de danser ou aller dans les gradins du stade et apprécier de loin les spectacles des chanteurs.(BMS -Lire la suite et commenter – Photo

Kaci ABDMEZIEM-Chronique: Chronique fêlée d’une  Harga à l’envers - 25 août 2010 - abdmeziem2De tout Marseille, Marius était seul à le savoir. Non pas qu’il eût été plus intelligent que les autres mais tout simplement parce qu’il avait fait  un songe explicite où il était question de la Chose.
    La teneur de ce songe lui avait été d’ailleurs confirmée par une façon d’être de Notre Dame de la Garde qui émettait ces derniers temps des signaux bizarres dont le sens n’était accessible qu’à lui seul.
    Aussi, Marius avait-il pris les devants. En catimini, il fit l’acquisition de quatre puissants Rennes aux bois immenses, leur aménagea , en guise d’écurie, un grand garage sur La Canebière.
    Chaque jour que le Bon Dieu avait la bonté d’ajouter à ceux qui venaient de passer, il les menait sur le grand Boulevard pour amuser les enfants et tirer de leurs parents de quoi mettre du beurre sur ses épinards.
(Kaci Abdmeziem - Lire la suite et commenter)

Kabylie-Humour-Portrait: Abdenour Djaoui : éducateur, acteur et humoriste – 24 août 2010 - Avec Abdenour Djaoui, on ne s’ennuie jamais. Ce Djaoui_aout2010quinquagénaire aux yeux rieurs et à l’allure fière et faussement altière  sait dégripper les situations les plus délicates et transformer en un parc de rire les assemblées les plus moroses. Il est éducateur à la formation professionnelle, comédien à la radio et à la télévision et humoriste. Pour vous faire rire, souvent aux larmes, Abdenour n’a pas besoin de se concentrer sur son sujet car chez lui le rire n’a pas besoin de mise en scène. 
        Candidat aux élections législatives de 1991, Djaoui Abdenour avait déclaré à l’époque «  je suis candidat indépendant indépendant ». Une phrase lourde de sens pour la jeune démocratie algérienne. Crédité d’un score intéressant (650 voix ) en dépit de la rude concurrence des poids lourds locaux de la politique, il a eu cette phrase dans l’assemblée d’un village ami où il a eu seulement 15 voix :  «  je ne serrerai la main qu’à 15 personnes ! ». Ou encore «  le jour où vous vous partagerez le patrimoine foncier du village, ne m’oubliez pas, j’ai ma part parmi vous ! ».
         Abdenour ne se trompait pas en déclarant cet amour aux villageois car il est effectivement l’ami de tous les bouzeguénois et même de tous les kabyles et de tous les algériens. (Hammoum Salem – Lire la suite et commenter

Kabylie News-Entv – Il y a comme un parfum de plagiat des reportages imaginaires de BMS dans le numéro de la caméra cachée de dimanche soir sur l’Entv (la 3) - 24 août 2010 - C’est sérieux: il y a bien comme du plagiat des gr0059dzreportages imaginaires de BMS le numéro de la caméra cachée diffusée dimanche soir sur l’Entv (la 3) où un grand reporter, tout aussi sûr de lui jusqu’à être prétentieux, comme l’est BMS lorsqu’il fait ses virées à Ath Seksou Sezviv, et avec un humour caustique lorsqu’il traitait des personnages qu’il y rencontre.
halit_pub_230B    La seule différence est que le grand reporter secouait les gens du monde sportif et de la chanson comme Bertrouni, l’ancien joueur du MC Alger ou Sadek Djemaoui l’auteur de la célèbre chanson  »Djbouha Ya Loulede » avec une caméra en appoint.
    Après avoir terminé sa tournée, et comme le fait BMS pour ses reportages, le Grand reporter de la caméra cachée, raconte comment en rentrant, le carnet_une_bmssecrétaire de rédaction et non le rédacteur en chef n’lakhar nezman (de l’ère décadente), le reçoit mal et lui dit de ne plus revenir. BMS était chaque fois quitte avec des mises à pied de trois jours, administrée abusivement et dicatorialement. Lisez un reportage imaginaire de BMS et revoyez surtout la chute du numéro de la caméra cachée et vous comprendrez qu’il y a bien du plagiat quelque part. Vous comprendrez que les gens de la caméra cachée se sont bien inspirés de l’idée générale des reportages imaginaire de BMS, celle de prendre à la légère les acteurs de la vie publique  et … le journalisme n’lakhar nezman (de lère décadente), symbolisé par le RedChef n’lakhar taswiâat (de l’ère décadente), qui la véhicule.(BMS – lire et commenter)  

Bouzeguene-mérite: Les autorités de Bouzeguene récompensent les jeunes méritants dans les études et dans les activités sportives – 23 août 2010 -  Les aout2010_20_laureats375autorités de Bouzeguene ont honoré vendredi 20 août les jeunes filles et les jeunes garçons de la commune qui se sont distingués par de très bons résultats dans leurs études, notamment le baccalauréat, et dans des compétitions spotrtives, a-t-on appris du maire de cette commune de l’est de la Wilaya de Tizi-ouzou, M. Sadji Mourad.
    La cérémonie qui s’est déroulée au centre culturel Ferrat Ramdane a vu ces jeunes méritants de la commune recevoir des récompenses constituées notamment de micro-ordinateurs portatifs et d’autres cadeaux de valeur consistante coûtant pour la commune un budget de plus de 400.000 dinars, selon la même source.
    L’événement s’est déroulée notamment en présence du maire, du chef de la Daira et d’autres responsables de services publics locaux. Il s’agit d’une opération inédite qui mérite d’être renouvelée régulièrement. Nous devons les photos de l’événement à M. Cherifi Djaffar, d’Ighil Tziboa. Qu’il en soit remercié. Par ailleurs M. Sadji a annoncé un grand gala pour jeudi 25 août à Bouzeguene. 10 chanteurs sont annoncés pour prendre part à ce gala à partir de 22 heures au centre culturel Ferrat Ramdane. L’entrée est gratuite. Le gala est financé entièrement par l’APC.(BMS – Lire et commenter)

 Algérie-histoire: Akli Mohand Said annonce une version corrigée de son ouvrage sur son père, le colonel Mohand Oulhadj   »Si Mohand Saïd raconte simohandsaid_aout2010Amghar » et sa traduction en langue en arabe - 23 août 2010 - M. Akli Mohand Said annonce la publication incessamment d’une version corrigée de son ouvrage  »Si Mohand Saïd raconte Amghar » et sa traduction en langue en arabe, a rapporté Le soir d’Algérie dans on édition du dimanche.
    M. Akli, fils de feu colonel Mohand Oualhadj et lui même officier de l’ALN, a fait cet annonce à l’occasion d’une conférence qu’il a animée à Bouzeguene à l’occasion du 20 août où il est revenu sur l’erreur qui s’est glissée dans son livre qui a suscité une mise au point de M. Ahmed Arrad, cadre de l’ex- Fédération du FLN en France et secrétaire national à l’ONM. M. Akli a cité Ali Chekkal, condamné à mort par le FLN et exécuté au stade de Colombes à Paris le 26 mai 1957 par Mohamed Bensadok. Il l’avait cité parmi des compagnons vivants ou morts à qui il a rendu hommage à la page 197 de son ouvrage.
    Mohand Saïd Akli considère ce passage comme  »une malencontreuse erreur d’édition » et  »présente à ses lecteurs, aux moudjahidine et à la nation algérienne toutes ses excuses ». Par ailleurs il a indiqué qu’il entend publier un autre livre  »qui relatera la vie de Mohand Oulhadj de 1962 à 1972, date de sa mort », selon Le Soir.(BMS – Lire et commenter)

 Ihitoussene-social: D’Amekrez  à Ihitoussène Lalla Jouhra ou Si Amar : Santé en déclin d’une femme forte et courageuse – 23 août 2010 - Semah Djouhra2_aout2010_375bDjouhra dite Lalla Jouhra ou si Amar, veuve de Sidi El Hadj Amar At Cheikh d’Ihitoussène, décédé au début des années 60 est une femme qui a enduré des moments pénibles durant sa vie. Veuve très jeune, elle se devait d’élever ses deux filles, Ounissa et Hnia avec de menus travaux qu’elle consentit auprès des familles qui la sollicitaient quotidiennement.
    Elle était pourvue d’une force hors du commun. Elle pouvait par exemple transporter deux sacs de ciments à la fois au lieu d’un et cela afin de terminer rapidement le travail qu’on lui demandait de faire moyennant un crouton de pain pour ses deux enfants.
    Hélas, sa fille cadette, Hnia, toute fraîchement diplômée de l’école de formation para médicale et qui venait juste de commencer le travail à l’hôpital d’Azazga, fut mortellement blessée dans un accident de voiture entre Yakouren et Azazga. L’espoir de Lalla Jouhra s’envola et depuis, elle perdit tout désir à la vie.(KACI Kamal – Lire la suite et commenter)

Algérie-Histoire: L’Auteur de  »Si Mohand Saïd raconte Amghar » impute à son éditeur  »Le Savoir » l’erreur débusquée par Ahmed Arrad - 22 août 2010 -  L’Auteur de  »Si Mohand Saïd raconte Amghar », Akli Mohand Said, le fils de feu colonel Mohand Oulhadj, a imputé à son éditeur la maison d’édition  »Le savoir » ce qu’il considère comme une  »erreur technique’, que Ahmed Arrad, secrétaire national à l’organisation des Moudjahidine (ONM) a débusquée.
    C’est ce qu’affirme le site tamurt.info, qui cite une lettre que l’auteur aurait adressée à l’ONM, dans laquelle il a présenté des excuses  »au nom de la maison d’édition « Le Savoir » auprès des combattants de la guerre de libération et de tous les lecteurs » pour cette erreur liée au nom de Ali Chekkal, cité parmi une liste de combattants à qui il rendait un hommage particulier, alors qu’il s’agissait du vice président de l’assemblée algérienne, tué dans un attentat du FLN à Paris.
halit_pub_230B    M. Akli Mohand Said a précisé qu’il n’avait « aucunement l’intention de rendre hommage à quelqu’un qui n’a pas servi sa patrie et, qui, en plus, a rejoint les rangs ennemis ». Toujours selon Tamurt.info, Pour M. Akli, le passage où est cité Ali Chekkal devait être inséré dans le chapitre consacré aux «exécutions».(BMS – Lire et commenter)

Kabylie-religion-Aghribs: L’affaire du projet de mosquée d’Aghribs va d’un dérapage à un autre sur fond de manipulations et de désinformation (Point de situation) - 22 août 2010 - L’affaire du projet de mosquée du village Aghribs, Wilaya de Tizi-ouzou, vient de connaître de nouveaux rebondissements allant dans le sens d’un dérapage à un autre où tout le monde semble s’initier à la aghribs_mosquee10aoutmanipulation ou à la désinformation, la presse comprise ou … complice.
    Face à l’évolution dangereuse de la situation et pointé du doigt par des adversaires politiques, notamment le FFS et le MSP, dans les  »violences » liées à la destruction du chantier de la nouvelle mosquée, le RCD de Said Sadi semble s’en laver les mains et répond qu’il n’a fait que se  »solidariser » avec les citoyens de ce village. 
    Le FFS parle d’une  »grossière manipulation » orchestrée de toute pièce par des pyromanes aux ordres qui veulent, encore une fois, entraîner toute la région dans le chaos ».  
      La presse francophone a vite fait de soutenir pour sa part les tenants de la rénovation de la mosquée de Sidi Djaffar, ignorant, ou faisant fi d’ignorer, le problème d’ordre religieux soulevé par l’association qui veut une nouvelle mosquée.
    Sur le site d’un journal arabophone, est diffusée une vidéo de la violente destruction du chantier de la nouvelle mosquée sur un fond sonore d’un récitant du noble Coran, au mépris de l’éthique, parce qu’il s’agit d’un montage. Dans les comptes rendus de la presse francophone, c’est le positionnement clair derrière les tenants de la mosquée Sidi Djaffar, saluant même les actes de violences comme ceux  »une résistance ».
    Ce n’est ni musulman, ni kabyle tout ça et les gens d’Aghribs seraient bien avisés de se ressaisir pour s’asseoir autour d’une même table et discuter de leur différend et de l’avenir de leur fraternité pour stopper tous les manipulateurs qui les poussent à s’entre-déchirer.(BMS – Lire le point de situation

Kaci Abdmeziem-Chronique: Leurs augustes narines…. - 22 août 2010 – Ces jours ci j’ai été obligé de couper à travers   des  champs de chardons pour me rendre à abdmeziem2mon travail. La rue que j’emprunte d’habitude est devenue impraticable en raison des amoncellements d’ordures , dunes exécrables, qui longent les trottoirs et qui , pressées par le soleil, rejettent sur la chaussée un jus visqueux et noirâtre dont vous devinez le parfum.
    Jamais de ma vie de demi citadin  je n’ai vu autant de crasse dans mon quartier. Une crasse qui vous met le moral zéro et qui vous donne envie de fuir. Pour ne plus voir ce spectacle de ville du Moyen Age où rôdent des rats si gros qu’ils font peur aux chats, où à un mètre du sol, circule un courant d’air nauséabond chargé de toutes les pourritures de l’Univers, presque palpable, qui devrait d’ailleurs être facile à recueillir dans quelque récipient aux fins d’analyse.
    Au train où va la saleté il viendra sans doute le jour où chaque  citoyen se verra contraint d’incinérer lui-même , chaque matin, les  ordures qu’il aura produites , pour se mettre à l’abri du Choléra.
    On verra alors s’élever de tous les quartiers de la Capitale des volutes de fumée .On les verra s’élever et s’élever encore jusqu’à atteindre les hauteurs d’Alger , jusqu’à s’insinuer à l’intérieur des demeures  des tenants de la Décision. Du frémissement des augustes  narines de nos dirigeants viendra peut-être, alors, le salut de nos Cités. Amen !(Kaci Abdmeziem- Lire et commenter)

BMS – Quiproquo: Ya Khi el Khalouta ou la grande pagaille … 21 août 2010 - Je ne sais pas si, comme moi, vous observez la grande  »Khalouta », la grande anarchie ou la grande pagaille, qui gagne même nos intellectuels et nos bms_aout2010_khaloutahommes politiques. Ils parlent de tout. C’est leur droit d’avoir des avis. Mais malheureusement ils veulent imposer leurs points de vue en spécialistes dans des domaines qui ne sont pas les leurs.
agni_fourou_studioecole21    Ne voilà-t-il pas qu’à peine quinze jours après que M. Said Sadi, le respectable homme politique qui dirige le RCD (parti d’opposition algérienne), s’eut posé en spécialiste des mosquées dans son village, lui le laïc par excellence, que Houari Addi, se mêle de la graphie de la langue amazigh pour peser de tout son poids d’universitaire de l’ouest du pays, en vue d’opter pour la graphie arabe, lui qui est loin du combat que d’autres ont menés des dizaines d’années et qui connaissent mieux de quoi retourne la question.
    Ceci prouve qu’intellectuels ou pas, hommes politiques ou pas, nous ne connaissons pas, nous autres Algériens, nos limites. Nous avons tous et toujours un avis à donner en politique, en médecine, en industrie nucléaire, en questions stratégiques etc.etc… Observez bien ce truc: il arrive que quelqu’un rejoigne un groupe et avant même de savoir de quoi ça parlait, il se met à donner son avis même s’il n’aura saisi que quelques mots et qu’il est hors sujet.
    Puisque c’est ainsi, je vais pour ma part vous entretenir dans quelques jours de recettes de cuisine. Je vous donnerai quelques unes et vous verrez que même si je suis … nul en la matière, je peux en composer.(BMS – Lire et commenter

Algérie-presse: Le nouveau site d’El Watan risque de pâtir de la condition qu’il pose pour découvrir ses éditions au format PDF - 21 août 2010 -  Le nouveau site web du journal algérien El watan (en français), affiché il y a quelques jours, risque de pâtir de elwatanj_site_aout2010l’exigence d’une inscription qu’il impose pour pouvoir découvrir les versions PDF ou le format des éditions papier. Les versions PDF des journaux sont les plus prisées par les internautes.
     De plus, en choisissant de s’inscrire, vous devez valider un texte qui dit  »J’ai pris connaissance et j’accepte les conditions Générales d’Utilisation » qui renvoi à un autre texte qui dit …  »La page que vous demandez est indisponible ». Il s’agirait des premiers accrocs, de cette nouvelle version du site d’El Watan, comme celui de ne pas découvrir les pages régionales  »Kabylie ».
    Le site comprend quelques nouveautés comme celle l’introduction de l’image pour accompagner les textes en html. Il comprend également une lucarne pour les sondages dont le premier porte sur  »les auditions des ministres par Bouteflika ».  »Pensez vous que les auditions des ministres par Bouteflika puissent avoir un impact positif sur la situation du pays », interroge le premier de ces sondages pour lequel 303 personnes seulement ont voté jusqu’à samedi à midi.
    L’autre nouveauté est celle liée au contacts. Le journal offre la possibilité aux lecteurs de contacter les rédactions centrales mais sans les coordinations régionales ou les journalistes. Elle rappelle une situation identique que pratique le journal El Khabar qui fait que le lecteur ou les sources d’informations ne peuvent contacter directement les journalistes. El Khabar a été interpellé par kabylienews dans un courriel datant de plusieurs mois et à ce jour, aucune réponse n’a été reçue sur le sujet.(BMS – Lire et commenter)  

infos

cadeau2

notabene

Proverbes kabyles circonstanciés par BMS

  »Kabylienews ou ma façon de ne pas être un trois quarts de journaliste’‘ (Belkacemi Mohand said)

fev2010_comments1

gif740bouzeguene

Le poète a dit:   »N’abusez pas de votre pouvoirA tout abus succède le regret
Vos yeux fermés la victime reste éveillée - priant Dieu qui ne s’Assoupit jamais ». 

Email BMS – kabylienews@yahoo.fr – Mobile BMS : 0772.13.88.88

Algérie – France – histoire – Contribution: Noël FAVRELLIERE, l’homme qui a fui la tourmente des méfaits de l’armée coloniale (Ahmed ARRAD) – 7 septembre 2010 –

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Accueil – Site Socio-culturel de Bouzeguene – Infos et images des villages de Aarch Ath Yedjar.
Algérie - France - histoire - Contribution: Noël FAVRELLIERE, l’homme qui a fui la tourmente des méfaits de l’armée coloniale (Ahmed ARRAD) - 7 septembre 2010 -  dans Accueil daily740_80
gif740bouzeguene dans Accueil
daily740_80trice

Algérie – France – histoire – Contribution: Noël FAVRELLIERE, l’homme qui a fui la tourmente des méfaits de l’armée coloniale (Ahmed ARRAD) – 7 septembre 2010 -Qui est Noël FAVRELLIERE ? Il  est certainement vrai que cet homme demeuré dans l’anonymat et qui a fui l’armée coloniale de son pays pour ses idées, mérite d’être revisité et ainsi, brièvement, le faire connaître à cette génération montante.
Noel_Favrelliere375    Il est né en 1934 à la Rochelle en France, en 1956 quand la guerre d’Algérie commençait à préoccuper le gouvernement français, il fut rappelé sous les drapeaux pour y être affecté en Algérie dans un  régiment de parachutistes. Un jour,  en 1956 afin de soustraire un Moudjahed à l’exécution sommaire qui l’attendait, il s’enfuit avec lui en le libérant. Après une longue et harassante marche en plein désert, il réussit avec son compagnon de fortune à rejoindre les combattants de l’Armée de Libération Nationale où il y restera  six pleins mois en plein maquis partageant avec eux la vie combien dure avant de gagner Tunis d’où il partit un peu plus tard à New-York.
    Quelques notes de lecture – Dans son livre paru en 1958, intitulé  « LE DESERT A L’AUBE », il retrace toute cette péripétie combien mémorable et d’actualité aujourd’hui, avec la loi Sarkozyenne sur ‘’la colonisation positive’’. Il commence ainsi : « Le goût du saut. L’impression qu’on est seul et qu’on intervient en avant ligne, au lieu de marcher en avant troupe, quelques semaines  plus tard, il écrivait à ces parents. Nous sommes saufs. Cette nuit, nous avons traversé la frontière à dos de chameau. Nous sommes maintenant chez les parents du jeune que j’ai libéré. La joie qu’ont eue les siens à le revoir alors qu’il le croyait mort, m’a  payé au centuple pour tout ce que l’avenir me réserve… et il poursuit plus loin. Si j’avais agi autrement, si j’avais laissé assassiner Mohammed, je crois que je n’aurais  plus jamais osé vous regarder en face ».
    Plus loin encore, il raconte « J’ai déserté parce que je n’en pouvais plus des bavures continuelles, des massacres de civils présentés comme des exploits ». Chaque jour que Dieu fait, sa révolte s’intensifie
    Il y a les pratiques à plat sans porter aucun jugement sur ses camarades qui, pourtant, les acceptaient.
    Livre poignant de faits tout au début de la guerre et qui, par la suite devinrent plus grands et  banals.
    Ecoutons le : «Une petite fille en robe blanche courrait. Comme dans un stand de foire, le capitaine a promis cinq cents francs à celui qui l’atteindrait. Elle a tourbillonné sur elle-même. Ca se voyait, pourtant, que c’était un enfant ». Il poursuit écoeuré ce récit macabre et qui nous démontre, plus que jamais le vrai visage de la soldatesque coloniale et de  ses pourvoyeurs de la pacification que criaient au monde entier les tenants du pouvoir en France et que certains nostalgiques actuels de l’Algérie de papa qui glorifient la colonisation positive. C’est celui-ci le vrai visage de la France coloniale. C’est de la fiction.
    Nous n’allons pas nous en arrêter là ; ce livre nous démontre la façon immonde de mener une guerre sans nom à un peuple constamment dominé et qui n’aspirait qu’à sa liberté. Voici la pacification, voici le vrai visage de la France des droits humains et qu’on nous gargarisait de France civilisatrice. La  « pacification »  était à son apogée dans les discours, on continue… écoutons Noël : « On était quelques-uns à ne pas  supporter.  Avant que je ne déserte, mes amis me répétaient ‘’Noël, calme-toi…il ne reste que 83 jours ». La torture ? Le mot n’était pas employé, mais on entendait des hurlements qui provenaient d’une grande. Il y avait une autre méthode, beaucoup plus rapide que la gégène, pour faire avouer n’importe quoi. On faisait venir un indigène, son épouse, sa fille. On déshabillait les femmes. Ca ne suffisait pas ? Du déshabiller l’homme et ou le collait contre sa fille. Il craquait immédiatement.
    Un jour le jeune homme comprend qu’un prisonnier a été balancé d’un hélicoptère dans le vide. « J’étais éberlue. Je me suis dit : puisque j’ai la garde de l’autre prisonnier, je vais vraiment le garder, c’est-à-dire le protéger ». C’est là, la nuit venue que Favrelliere s’enfuit avec le Moudjahed prisonnier, en emportant des armes.  Le prisonnier pieds nus et il narre, il narre pour décrire cette situation de salut cers la liberté : « Je n’ai jamais été aussi joyeux. Je riais en courant. Ma seule crainte était de perdre le prisonnier parce qu’il ne courait pas, il détalait. ».
    C’est ainsi que dans ce livre, Noël, décrit sa marche combien périlleuse, avec le Moudjahed Mohammed, jusqu’à leur arrivée en Tunisie. Le texte a été saisi et interdit de publication.
    Dédicace exemplaire du livre – On retrouve une anecdote d’un jeune. « C’était le matin du mardi 28 août 1956. Tu étais chasseur et j’étais le gibier. Par hasard, tu m’as surpris dans la crevasse pour attendre la nuit. Tu m’as souri. Sans doute, avais tu peur de mourir. J’étais un transfuge et je pointais mon arme sur toi. T’ai-je souri en retour, je ne le sais plus. Mais je t’ai laissé repartir pour rejoindre ceux qui, comme toi, avaient mission de m’abattre…et tu ne leur a rien dit.»
    L’auteur tient beaucoup à cette dédicace, survivre entre deux camps ennemis qui s’affrontaient montre combien que l’action juste tient souvent à un basculement : une désobéissance imprévue.
    Noël ajoute : « moi-même, j’avais tout pour être un plouc (paysan). Qu’est ce qui m’a pris ? Mes parents tenaient un petit hôtel près de la Rochelle, et j’ai grandi dans l’admiration pour les résistants. En Algérie, j’ai pensé : ici c’est nous, les Boches ».
    Quand les morts parlent … -  En 1957, Noël en Tunisie est condamné à mort pour la seconde fois par le tribunal militaire de Constantine. Il précise « Pour l’exemple, les troupes étaient passées devant mon supposé cadavre en Algérie et quelques temps après, j’ai donné une interview dans la presse tunisienne. Comme dans la première condamnation, c’est François Mitterrand qui est ministre de la justice. «Ca m’a amené d’apprendre que j’étais de nouveau condamné à mort. Pour ma famille, c’est moins drôle. »
    Le ridicule et le simulacre étaient de mise pour le pouvoir colonial qui n’était pas à son premier mensonge et ses innombrables mises en scène dont foi.
    A New-York, il est devenu laveur de carreaux, mais dès la parution de ses écrits son patron le somme de choisir entre écrire et travailler, livre rédigé en vingt jours. De New-York, il envoie son écrit au journal « L’Humanité » dont les dirigeants s’empressent de l’égarer. Il est à noter que de 1956 à 1958 aucun intellectuel ne s’est intéressé à sa disparition. Les auteurs de la déclaration dite « des 121 » ont attendu 1960 pour y rédiger un texte très courageux.
    Le cinéaste René Vautier signe un premier papier intitulé « Noël nous reviendra ». Pierre Vidal Naquet dans son livre « La Raison d’Etat » le lui dédie et prend régulièrement le relais dans les colonnes du célèbre journal « Le Monde ».
    En 1963, c’est l’apogée de son action, qui est d’actualité : Simone de Beauvoir écrit ceci : « L’illégalité serait-elle un crime plus impardonnable que le crime mère ? Aux yeux de la justice, il semble que oui. L’indépendance de l’Algérie est reconnue, mais la poignée d’hommes et de femmes qui ont lutté pour une certaine idée de la France, est en prison ».
    A ces français là qui ont sauvé l’honneur de la France il serait utile que nous en tenions compte pour leur rendre un hommage et les soustraire à l’anonymat. 
 
barreblanc
 

Ahmed ARRAD
Secrétaire National à l’O.N.M

ahmed_arrad375

bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

BMS sites: – Bouzeguene NewsKabylie Newssur Unblog.fr  – Kabylie News

12

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...