Tizi-ouzou-commercxe: La cherté du marché des fruits et légumes à Tizi-Ouzou inscrite dans la durée – 29 Mars 2011 –

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

 Tizi-ouzou-commercxe: La cherté du marché des fruits et légumes à Tizi-Ouzou inscrite dans la durée - 29 Mars 2011 -  dans Accueil daily740_80

gif740bouzeguene dans Accueil .

youtube1dailymotion1

barremilieunew2

barreblanc
Yahoo!.-Google.-Voila.-Hotmail.
Presse.algérienne - Kabylie News. Bouzeguene News

 Tizi-ouzou-commercxe: La cherté du marché des fruits et légumes à Tizi-Ouzou inscrite dans la durée - 29 Mars 2011 – Le  »marché » des fruits et légumes dans la ville de Tizi-Ouzou était marqué encore lundi, certes par un bon approvisionnement en divers produits, mais aussi et surtout par une cherté des prix qui semble être inscrite dans la durée. Ceci place inévitablement les petites bourses dans de bien mauvaises postures pour pouvoir supporter les charges financières qui en découlent.
    Pour l’exemple, il y a lieu de relever déjà qu’une variété un peu plus fraîche de la pomme de terre, cette tubercule largement consommée, souvent en frites, parfois en purée ou encore en ragoût (histoire de varier les plats), était proposée lundi, à pas moins de 50 dinars au marché ‘’informel » situé dans la rue du voisinage du… ‘’marché couvert (vide)’’ du centre- ville de Tizi-Ouzou.
    Prix élevés et changeants … – Une variété de moindre qualité de la pomme de terre était cotée à 40 dinars le kilogramme dans ce même marché alors que paradoxalement le même produit, de la même teneur, est proposé sur les accotements de la route, du côte de Oued Aissi et un peu plus loin à Tamda, à 25 – 28 dinars le kg. Il s’agit de 15 dinars de différence entre la ville et la campagne qui ne trouvent leur explication que dans les facteurs objectifs et subjectifs qui entourent le commerce dans la ville de Tizi-Ouzou. Ceci a fait également que la tomate a pris des ailes actuellement avec des prix allant de 80 à 100 dinars le kg qu’elle a atteint 

Le plus bas prix des végétaux était lundi, celui des cardes, à 35 dinars le kg. Tous les autres légumes sont proposés au delà de 40 DA le kilogramme. Les oignons étaient le même jour à 40, les petits pois à 65 idem pour les artichauts, la carotte à 40 DA, les navets 60, le chou-fleur 75, la salade 50 D,et enfin la courgette entre 60 – 80 DA.
Un monsieur, observé faisant ses courses chez un même marchand de légumes, a payé … »cash » pas moins de 930 dinars pour ses approvisionnements emballés dans des sachets aux multiples couleurs, bien qu’il ait pris une bonne quantité.
Côté fruits, la banane est le produit le plus proposé aux clients pour un prix oscillant entre 140 et 160 DA le kg. Viennent ensuite les pommes du ‘’bled’’, de piètre qualité ou mal conservées, cotées à 80 DA le kg et les oranges qui vont de la variété,  »jadis réservée aux animaux dans les fermes », dira un nostalgique, qui sont cédées ici à pas moins de 50 DA le kg, à celles de moyenne qualité (100 – 130 DA) par contre celles de bonne qualité à 170 dinars et plus le kg. Certains disent acheter ces oranges pour en faire des ‘’jus’’ de fruit.

Les facteurs de la cherté …

Tizi-Ouzou n’a pas au sens réel un vrai marché de fruits et légumes. Depuis que le marché couvert du centre- ville n’en est plus un, parce que déserté par ses occupants pour son insalubrité extrême et son exiguïté, le citoyen est obligé de faire ses courses dans des rues transformées en lieux de négoce de ces végétaux. C’est le cas de la rue jouxtant ce marché couvert, de celle située en face de la clinique Sbihi, et enfin de celle où s’était installé un marché informel à la cité 2.000 logements de la Nouvelle- ville, occupant les trottoirs de long en large. Cette situation n’était pas au départ pour déplaire pour les petites bourses mais ils ont fini par pratiquer des prix alignés sur les autres marchands de la ville. Ce genre de marché était venu au secours du manque de planification en la matière des responsables qui se sont succédés à la wilaya. Ceux-ci n’avaient pas vu venir l’imbroglio d’aujourd’hui en donnant dans leurs stratégies la priorité au béton, à la densification même dans les cités au détriment d’espaces verts et aux projets immobiliers en tout genres. Aucun marché de fruits et légumes n’a été proposé pour répondre aux besoins de la population en la matière. La ville de Tizi-Ouzou paie ensuite le prix du transfert de l’ancien souk et marché de gros vers Talla Athmane et Tadmait. Jadis les gens trouvaient en cet endroit, un lieu où les prix étaient légèrement en baisse par rapport au centre-ville.
A la Nouvelle- ville et en plusieurs endroits, des marchands de fruits ont érigé sur des accotements, des baraques où les prix ont fini par s’aligner sur ceux qui exercent dans les locaux appelés communément les ‘’pharmaciens’’. Cette cherté des produits n’est pas sans conséquence sur les marchands eux-mêmes qui assistent parfois impuissants devant de bonnes quantités de leurs produits en train de pourrir du fait que le citoyen achète peu ou prou.
L’autre facteur de cette cherté est lié au fait que Tizi-Ouzou est visitée par des milliers de personnes par jour. Il s’agit souvent de visiteurs occasionnels qui ne regardent pas à la dépense pour acheter un ou plusieurs bons fruits lorsqu’il s’agit de rendre visite à un proche malade à l’hôpital Nedir Mohamed du coin ou des cliniques de la ville. Et les marchands trouvent là encore une occasion pour élever encore davantage les prix. Et enfin, il ne faut pas oublier “que chez nous, les gens riches achètent leurs fruits et légumes au même marché que celui des pauvres. Et là, ça pose un problème qui ne mérite pas de vous faire un dessin pour le comprendre’’, dira un observateur comme pour relever un autre facteur qui rend le marché dont la cherté est inscrite dans la durée.

Un cas pas comme les autres …

Dans cet imbroglio commercial, certains cherchent le moyen de réduire leurs factures et ils s’en trouvent parfois des endroits pour pouvoir le faire. C’est le cas de ce marchand de fruits et légumes à la Nouvelle- ville de Tizi-Ouzou devenu le passage obligé pour nombre de femmes qui s’en rendent en force pour s’y approvisionner. Il n’y a pas de secret derrière ce succès. Le monsieur préfère vendre de bonnes quantités en concédant des réductions importantes sur les prix.  »S’ils s’en trouvaient une dizaine comme lui dans la ville tout le monde mangera à sa faim sans gémir », dira un citoyen. D’autres recourent aux marchands en gros qui existent en plusieurs endroits de la ville pour s’approvisionner à la condition qu’ils doivent le faire par … cageots. Et un cageot de légumes ou de fruits, à moins de s’organiser en groupe pour le partager, ça reste également …cher payé.

Belkacemi Mohand Said

bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

daily740_80trice

Yahoo!.-Google.-Voila.-Hotmail.Presse.algérienne - Kabylie News. Bouzeguene News

Société-santé: Des médecins du CHU Bab-El-Oued tirent la sonnette d’alarme sur le harcèlement moral et sexuel en milieu professionnel et scolaire – 29 mars 2011 –

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Société-santé: Des médecins du CHU Bab-El-Oued tirent la sonnette d'alarme sur le harcèlement moral et sexuel en milieu professionnel et scolaire - 29 mars 2011 -  dans Accueil daily740_80

gif740bouzeguene dans Accueil .

youtube1dailymotion1

barremilieunew2

barreblanc
Yahoo!.-Google.-Voila.-Hotmail.
Presse.algérienne - Kabylie News. Bouzeguene News

Société-santé: Des médecins du CHU Bab-El-Oued tirent la sonnette d’alarme sur le harcèlement moral et sexuel en milieu professionnel et scolaire - 29 mars 2011 – Des médecins du Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Bab El Oued (Alger) tirent la sonnette d’alarme sur le danger que représente le harcèlement en milieu professionnel et en milieu scolaire.
    Une étude menée par les Drs. Boussayoud, Tahraoui, Abbas, SI Hadj et Laidli du service de médecine légale du CHU, dont les conclusions ont été présentées jeudi dernier aux 11ème journées de psychiatrie, tenues à l’établissement hospitalier (EHS) Fernane Hanafi de Oued Aissi (wilaya de Tizi-Ouzou), relève notamment un nombre jugé inquiétant de cas de personnes qui sont passées au suicide à cause du harcèlement en milieu professionnel.
     »Le nombre de suicides recueilli en cinq ans est de 121 cas sur un total de 1008 autopsies pratiquées. On estime à 13,5 % les cas de harcèlement en milieu professionnel qui poussent les victimes au passage à l’acte suicidaire », relève-t-on dans le texte de la communication dont la Dépêche de Kabylie a obtenu une copie. La même source précise que la répartition selon le sexe est de 2 femmes pour 3 hommes alors que le mode utilisé est, pour les hommes,  »l’ingestion d’acide et de produits caustiques » et pour les femmes  »la défenestration ».
    L’étude statistique portant sur les cinq dernières années relève également que la population de jeunes âgés de moins de 18 ans composée d’écoliers, collégiens, lycéens, victimes de violences volontaires, s’élèvent à 2.250 cas sur un total de 18.957 de consultants pour violences.  »On estime à 12 % les cas d’harcèlement en milieu scolaire avec en plus des violences physiques, des brimades, moqueries, toute sorte d’humiliations, vols d’objets personnels de la part de camarades, ou de bandes organisées qui sévissent à proximité des établissements scolaires », ajoute la même source.
    Pour ce qui est de la population adulte de plus de 18 ans, il est fait état de 15.900 cas sur un total de 18.957 cas victimes de violences.  »On estime que 08 % des cas entrent dans le cadre du harcèlement en milieu professionnel », précisent les chercheurs.
Même la catégorie des personnes âgées de plus de 65 ans n’y échappe pas.  »Chiffrée à 807 cas sur 18.957 cas de violences, on estime à 6 % les cas de harcèlement à type de brimades, insultes, privation d’aliments, de médicaments etc. » Les enquêteurs estiment qu’il ne s’agit là que de la partie visible de l’iceberg et qu’il existe  »un chiffre noir », qui serait donc beaucoup plus important. Le harcèlement est  »un problème complexe, du fait de la difficulté à établir la matérialité des faits… »  »Lutter contre le harcèlement, nécessite la mise en place d’une politique claire de prévention par une sensibilisation des pouvoirs publics à revoir et à étoffer la législation existante, une écoute des victimes par la mise en place d’un numéro vert, une mobilisation des mouvements associatifs et syndicaux, la prise en charge et le suivi psychologique des victimes et la culture de la « non violence » en milieu scolaire et en milieu du travail », recommandent les médecins-chercheurs. S’agissant du harcèlement sexuel en milieu de travail, l’étude note que l’Algérie  »s’est inscrite parmi les pays qui se sont attaqués » au problème. L’Algérie a promulgué l’article 341 bis du code pénal qui stipule que  »toute personne qui abuse de l’autorité que lui confère sa fonction ou sa profession en donnant à autrui des ordres, en proliférant des menaces, en imposant des contraintes ou en exerçant des pressions dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle ,est punie d’un emprisonnement de deux mois à un an et d’une amende de 50.000 à 100.000 DA; en cas de récidive la peine est portée au double ». Cet article vient en appoint à l’article 34 de la constitution qui condamne  »toute violence physique ou morale ou atteinte à la dignité ». Mais pour les mouvements associatifs et les syndicats, ce n’est pas cher payé pour ceux qui commettent ce genre d’actes. ‘’Ils interpellent de nouveau les pouvoirs publics pour qu’ils puissent s’aligner sur les pays Européens’’, précisent les auteurs de l’étude. La communication rappelle que le service de médecine légale du CHU Bab El Oued est structuré en trois unités cliniques. Il s’agit de l’unité de consultation des victimes de violences, celle conseil médico-juridique et celle de thanatologie (autopsies médico–légales). Ces unités reçoivent quotidiennement des enfants et adolescents (écoliers, collégiens, lycéens), des adultes et des personnes âgées victimes de violences psychologiques, morales et physiques. Rappelons que le concept du  »harcèlement moral » a été développé pour la première fois, selon les spécialistes, par la psychiatre Marie-France HIRIGOYEN, qui a consacré un livre au sujet en 1998 au titre  »Le harcèlement moral. La violence perverse au quotidien ». Mme Hirigoyen s’est intéressée au départ au harcèlement moral dans un couple mais c’est la partie consacrée au harcèlement au travail qui a suscité l’intérêt du public faisant exploser les ventes de son ouvrage parce que les gens étaient nombreux à se reconnaître dans ce cas, a expliqué un spécialiste français présent au Congrès de Tizi-ouzou, le Pr Gilbert Ferrey. Ceci a amené Mme Hirigoyen à lancer une étude et publier ensuite un autre livre de référence intitulé  »Malaise dans le travail, harcèlement moral : Démêler le vrai du faux ».
    Le harcèlement moral et sexuel ainsi que le stress étaient les deux thèmes principaux traités par le Congrès de psychiatrie tenu à Tizi-Ouzou avec la présentation d’une trentaine de communications sur le sujet. Il a été organisé par le CHU De Tizi-ouzou en collaboration avec l’EHS Fernane Hanifi de Oued Aissi, un établissement régional qui reçoit plus de 300 patients des wilayas de Tizi-Ouzou, Béjaia, Bouira et Boumerdes.
(BMS)

Belkacemi Mohand Said

bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

daily740_80trice

Yahoo!.-Google.-Voila.-Hotmail.Presse.algérienne - Kabylie News. Bouzeguene News

Tizi-Ouzou-société: La fête au village de Sikh Oumedour (Tizi-ouzou) –

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Tizi-Ouzou-société: La fête au village de Sikh Oumedour (Tizi-ouzou) -  dans Accueil daily740_80

gif740bouzeguene dans Accueil .

youtube1dailymotion1

barremilieunew2

barreblanc
Yahoo!.-Google.-Voila.-Hotmail.
Presse.algérienne - Kabylie News. Bouzeguene News

Tizi-Ouzou-société: La fête au village de Sikh Oumedour (Tizi-ouzou)Le village de Sikh Oumedour était à la fête ce lundi. En effet ce village a pour ainsi dire rejoint le monde de la modernité pour reprendre l’expression d’un des villageois. Et pour cause désormais tout le village a été bitumé. Fini donc la gadoue de l’hiver et la poussière de l’été.
    Pour célébrer l’évènement le comité de village a organisé une grande Waada. Et ce en présence de MM Doumi, chef de Daira, Kolli P/APC de Tizi-Ouzou dont relève ce village à 6 km à l’est  du chef lieu de commune sur la RN12 , Ould Ali Directeur de la Culture et Haddad, patron de l’ETRHB réalisatrice de ce bitumage . Il faut dire que ce village mérite tous les égards pour avoir offert  ses meilleures enfants à la cause nationale et à la guerre de libération nationale.
    D’ailleurs la délégation conduite par le chef de Daira, en l’absence du wali prévu initialement pour la cette cérémonie, elle a eu à visiter la maison de la famille AZZAZ qui servait durant la guerre de libération d’abri pour les moudjahidin  après une opération militaire ou de centre de transit pour d’autres vers d’autres zones de combat dans la périphérie de Tizi-Ouzou et même au delà. Le comité de village de Sikh Oumedour  et les compagnons d’armes du Chahid Azzaz Mohamed dit Méziane ont  exhorté dans une correspondance adressée au wali, les pouvoirs publics pour que  la maison en question soit érigée en musée et que   la future polyclinique du village porte le nom du Chahid. Sur quoi M. Ould Ali El Hadi s’est engagé après accord final de la famille propriétaire de la maison à lancer une étude pour sa réhabilitation et son érection en musée par son introduction au patrimoine culturel et historique de la wilaya de Tizi-Ouzou.
    Enfin et s’agissant de la polyclinique qui avait fait aussi l’objet d’une visite de la part de la délégation, elle  pourrait être opérationnelle dans les prochains jours avant son inauguration officielle pour soulager les villageois obligés de se rendre à celle de M’Douha au chef lieu de commune pour les soins.

Rachid Hammoutène

bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

daily740_80trice

Yahoo!.-Google.-Voila.-Hotmail.Presse.algérienne - Kabylie News. Bouzeguene News

12345...13

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...