• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 11 mai 2011

Bouzeguene-histoire : L’ex-SAS de Bouzeguene un lieu historique sensible non protégé … 11 mai 2011 –

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Kabylie.News. et Bouzeguene News - Des sites d’information g?n?rale et de proximit?

Bouzeguene-histoire : L'ex-SAS de Bouzeguene un lieu historique sensible non protégé ... 11 mai 2011 -  dans Accueil logo740

acceuil1 dans Accueil ci_politique ci_societe ci_culture ci_presse ci_carnet ci_monde ci_videos

daily740_80

barrekab3
barreblanc
Bouzeguene-histoire
L’ex-SAS de Bouzeguene un lieu historique sensible non protégé …exsas_Bouzeguene215BOUZEGUENE, 8 mai 2011 (bms) -Le terrain qui accueillait pendant la guerre de libération nationale l’ex-Section Administrative Spécialisée (SAS) de Bouzeguene, créée par la France comme bon nombre d’autres en Algérie dans le cadre de sa gestion de la guerre contre les combattants de la liberté (les Moudjahidine), reste encore mal protégé alors qu’il s’agit d’un lieu d’une grande sensibilité et de mémoire, qui hante encore individuellement ceux qui y ont vécu des moments terribles notamment dans sa salle de torture dit TASRAFT.
    Et ils sont nombreux parmi la population locale de Bouzeguene qui sont encore vivants à se rappeler des moments terribles de torture et d’humiliation en passant près de cet endroit qu’ils évitent pour ne pas raviver leur douleur. Que de personnes y ont été emprisonnés des jours et des nuits dans le cachot dit à Tasfrat, les pieds dans l’eau. Que de personnes se sont fait boire de l’eau au savon pour leur soutirer des renseignements sur les moudjahidine.
    Pour certains moudjahidine de la région, l’ex-SAS n’avait rien d’une section administrative qui distribuait des denrées alimentaires à la population mais bien le 2ème bureau du service de renseignement français qui utilisait des méthodes psychologiques et parfois de la torture pour obtenir des renseignements.  »La SAS avait ses indicateurs dans tous les villages et faisait du chantage aux populations qui ne se pliaient pas à ses directives en lui interdisant de sortir du village et de souffrir, voire de mourir de faim », a affirmé un moudjahid.
    Bien que la guerre soit maintenant loin derrière, il est désolant de constater que les lieux ou devraient être érigés une bibliothèque, un musée et d’autres espaces de recueillement à la mémoire de ceux qui y ont perdu leurs vies sous la torture, devienne aujourd’hui un parc communal envahi par des engins de travaux publics et des bureaux administratifs et même un cabinet médical. Décidément, l’ex SAS reste toujours un endroit lugubreet le sang des martyrs crie à la face de tout le monde ce manque d’irresponsabilité dans la négligeance des lieux.(BMS)

BELKACEMI Mohand Said 

La vidéo des lieux

     Le commentaire, dit en franco-kabyle, était improvisé et portait sur la description des lieux et le rappel des souffrances vécues par ceux qui étaient emprisonnés dans Tasraft (le cachot), sous ce qui était appelé la garette du camp.
     L’actuel centre de Bouzeguene continue à être appelé LEKA (le camp) notamment parmi les anciens de la région. Il avait d’autres noms comme Zemaa, Ighzer netlata.    

gif740bouzeguene
bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

bas_mars1
daily740_80trice

barreblanc
Belkacemi Mohand Said – Contact: (Alg?rie) 0772.13.88.88 – kabylienews@yahoo.fr

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...