Algérie – politique- Armée: Lahouari Addi appelle l’armée à  »se réconcilier avec le peuple » en faisant un  »dernier coup d’Etat pour mettre fin au coup d’Etat permanent » depuis le GPRA – 6 mai 2011 – -

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Kabylie.News. et Bouzeguene News - Des sites d’information générale et de proximité

Algérie - politique- Armée: Lahouari Addi appelle l'armée à ''se réconcilier avec le peuple'' en faisant un ''dernier coup d’Etat pour mettre fin au coup d’Etat permanent'' depuis le GPRA - 6 mai 2011 - - dans Accueil logo740

acceuil1 dans Accueil ci_politique ci_societe ci_culture ci_presse ci_carnet ci_monde ci_videos

daily740_80

barrekab3
barreblanc
Algérie – politique- Armée
Lahouari Addi appelle l’armée à  »se réconcilier avec le peuple » en faisant un  »dernier coup d’Etat pour mettre fin au coup d’Etat permanent » depuis le GPRATizi-ouzou, 6 mai 2011 (bms) - L’universitaire algérien, l’Oranais Lahouari Addi, appelle l’armée algérienne à  »se réconcilier avec le peuple » en faisant un  »dernier coup d’Etat pour mettre fin au coup d’Etat permanent et pour aider, comme en Egypte, la transition démocratique ».
     »Pour éviter une confrontation violente avec la population – car l’Algérie n’est pas à l’abri de la fièvre démocratique qui s’est emparée de la région – l’armée devrait mettre fin à la situation d’exception héritée du passé et permettre à un Conseil de transition d’organiser des élections dans un délai de six mois à un an, des élections libres ouvertes à toutes les sensibilités de la société. L’objectif est de créer une nouvelle légalité reposant sur la légitimité populaire. Le dernier coup d’Etat mettra fin à la mystique populiste qui érige l’armée en souverain », écrit M. Addi dans une contribution publiée jeudi par le quotidien El Watan.
     »Faire appel à l’armée pour une rupture du coup d’Etat permanent n’est pas un appel à un putsch, mais au contraire, une tentative de débloquer la crise née du renversement du GPRA et aussi de la volonté de l’armée de se substituer au corps électoral exerçant en son nom la souveraineté », ajoute l’universitaire algérien comme pour dire que le pays gagnerait à ce que ce soit l’armée qui se saisisse de l’opportunité historique de l’ehure pour offrir la démocratie aux algériens.
     »Les générations nées après l’indépendance sont attachées à leur armée, car elles savent que leurs parents ont souffert pour la créer durant la guerre de Libération nationale. Elle est le seul acquis tangible du mouvement de libération nationale. C’est aux officiers du commandement militaire de montrer qu’ils sont avec leur peuple en prenant deux décisions : la destitution de Bouteflika (abdelaziz, le président algérien en exwercice, ndlr) pour maladie et incompétence, et la dissolution du DRS pour activités illégales », conclut M. ADDI.(BMS - lire la contribution sur le site d’El Watan ou en capture d’écran).    (BMS)

BELKACEMI Mohand Said 

Lahouari_addi_armee

gif740bouzeguene
bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

bas_mars1
daily740_80trice

barreblanc
Belkacemi Mohand Said – Contact: (Algérie) 0772.13.88.88 – kabylienews@yahoo.fr

Algérie-politique: Il y a comme du Ali Abdellah Saleh dans les reformes annoncées par Bouteflika – 3 mai 2011-

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Algérie-politique: Il y a comme du Ali Abdellah Saleh dans les reformes annoncées par Bouteflika - 3 mai 2011-  dans Accueil daily740_80
gif740bouzeguene dans Accueil
daily740_80trice

barrekab3
barreblanc
Algérie-politique: Il y a comme du Ali Abdellah Saleh dans les reformes annoncées par Bouteflika – 3 mai 2011- Permettez-moi au nom de la liberté d’expression dont nous célébrons la journée mondiale ce 3 mai, bmsfondude dire que je sens comme du Ali Abdellah prixpresseSaleh, le président yéménite, dans les reformes politico-juridiques annoncées par le président Abdelaziz Bouteflika.
       Tout d’abord, je remarque, sur le plan de la forme, qu’il a annoncé ces reformes en conseil des ministres et qu’il ne s’agit pas d’un discours que tout le monde aura écouté et enregistré. Il s’agit d’un compte rendu de ses services qui ne l’engage pas sur le plan protocolaire et historique. Il s’agit d’une lecture de ses propos faite par ses services qui peuvent se déjuger particulièrement si des réactions de l’intérieur du système y font opposition.
       Ensuite ce ne sont que de bonnes intentions qui restent formelles car sur le fond, mis à part l’exclusion de l’ex-FIS, rien n’est clair. Toute la démarche visant à réformer la constitution est verrouillée si bien qu’à tout moment on peut arrêter tout et remettre les choses aux calendes grecques. Et puis Bouteflika et surtout ceux avec qui il a gouverné vont rester jusqu’en 2014, voire plus. Ceci ne manquera pas de susciter des tensions notamment en Kabylie où Bouteflika n’a pas la côte, les partis (FFS et RCD) et les organisations (MAK, aarchs) les plus représentatifs de cette région ne lui accordant pas de crédit surtout depuis le printemps noir qui a coûté la vie à 128 personnes dans cette région sans que personne ne soit jugé. La nation est divisée qu’on le veuille ou pas.
         Enfin, ceux qui vont parrainer ces reformes sont tous liés au système et les partis politiques tout comme les personnalités nationales ne seront que consultés. Ils feront, au mieux, de la figuration. Abdelkader Bensalah, du sénat, est connu comme l’est l’institution dont il est le président. Tous les partis d’opposition ne parlent que de chambre ultime d’enregistrement après l’APN.  Même si je me refuse d’insulter l’avenir, je reste pessimiste et comme une bonne partie des algériens, qui pourrait être la majorité, je dirai que nous sommes las d’attendre qu’on nous permette de construire un vrai pays démocratique, fraternel et ouvert, capable de résister aux appétits grandissants du néocolonialisme qui frappe à tous les murs mal construits à travers le monde. Rebbi Yestar, nos murs sont lézardés par l’injustice, la hogra, la corruption, le clientélisme, le piston, l’absence de soins dans les hôpitaux, le chomage des jeunes, l’enrichissement illégal, le voyourisme à tous les coins de rue, la repression des citoyens qui réclament leur droit, les détournements massifs betc.
       Pour éclairage, Ali Abdallah Salah, le président Yémenite, est connu pour ses retournements. Il a annoncé un jour qu’il ne se représentera pas à l’élection présidentielle affirmant  »qu’il vaut mieux se raser soi-même au lieu de se faire tendre par les autres », comprenez les occidentaux. Mais à quelques semaines du scrutin il fait une volte-face spectaculaire et va de volte-face à une autre à ce jour. Pendant ce temps, son pays tombe en ruine et son peuple vit dans la misère et la colère. Faut-il vous faire un dessin pour comprendre mes inquiétudes
.(BMS)
.    

Belkacemi Mohand Said

Sondage BMS – Unblog.fr

emoticone

Etes-vous convaincu de la justesse des réformes annoncées par Bouteflika?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

BMS sites: – Bouzeguene NewsKabylie Newssur Unblog.fr  – Kabylie News

Algérie-presse: Un journaliste d’El Watan:  »Lorsqu’il était à la tête de l’APS, Nacer Mehal n’avait pas fait grand-chose pour libérer les initiatives des journalistes » – 2 mai 2011 -

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

  Algérie-presse: Un journaliste d'El Watan: ''Lorsqu’il était à la tête de l’APS, Nacer Mehal n’avait pas fait grand-chose pour libérer les initiatives des journalistes'' - 2 mai 2011 - dans Accueil daily740_80
gif740bouzeguene dans Accueil
daily740_80trice

barrekab3
barreblanc
Algérie-presse: Un journaliste d’El Watan:  »Lorsqu’il était à la tête de l’APS, Nacer Mehal n’avait pas fait grand-chose pour libérer les initiatives des journalistes »2 mai 2011 -Un journaliste d’El Watan a critiqué, dans l’édition de lundi du journal indépendant algérien, l’action de Nacer Mehal, l’actuel ministre de communication, aps_mehelvi_watan23declorsqu’il était à la tête de l’agence officielle Algérie Presse Service (APS), soit près de dix ans.
     »Lorsqu’il était à la tête de l’APS, Nacer Mehal n’avait pas fait grand-chose pour libérer les initiatives des journalistes et permettre à l’agence, financée par l’argent public, de couvrir convenablement l’actualité du pays », écrit Fayçal Métaoui dans un éditorial où il s’interrogeait sur le sens à donner aux derniers propos attribués au ministre selon lesquels il a dit:  »Nul n’a le monopole des libertés. »
     »A qui s’adressait-il ? Aux journalistes ? Aux partis et syndicats ? (…). En Algérie, tout le monde sait que les libertés démocratiques sont mises entre parenthèses depuis au moins douze ans », écrit M. Métaoui qui fait observer que l’opposition  »est interdite de parole dans les médias dits publics. Les opinions contraires aux thèses officielles, y compris en matière de politique étrangère, sont encore bannies. La levée tardive de l’état d’urgence n’a pas été accompagnée par la libération des champs politique et médiatique ».
    Les critiques de M. Métaoui, qui interviennent la veille de la célébration de la journée mondiale de la presse, renseignent sur la prudence qu’a notamment uen partie de la presse indépendante vis-à-vis des projets défendus par le ministre notamment ceux d’une carte de presse nationale et d’une grille de salaire unique pour les journalistes.Les deux projets risquent fort bien de mettre en difficulté la vraie presse indépendante qui se bat pour sa survie face à un environnement sans cesse hostile et un monopole dans la distribution de la manne publicitaire publique, estiment des observateurs.(BMS
)
.   

Belkacemi Mohand Said

bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

BMS sites: – Bouzeguene NewsKabylie Newssur Unblog.fr  – Kabylie News

1...56789

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...