Kabylie News: nos généreux soutiens …

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Kabylie News: nos généreux soutiens ... dans Accueil daily740_80

gif740bouzeguene dans Accueil

Kabylie News – Bouzeguene News
M. HAMMAR Hacène du village IHITOUSSENE fait un don de 5.000 DA en soutien à l’activité de  nos sites internet

Bouzeguene, 9 novembre 2011 – M. HAMMAR Hacène du village IHITOUSSENE, établi à Hydra fait un don de 5.000 DA en soutien à l’activité de nos sites internet. Voici le message que nosu avons reçu:
    « Bonjour M. Belkacemi, »
    « Je suis natif d’IHITOUSSENE, je mets à votre disposition cette modeste somme en espérant contribuer, même avec peu, de vous permettre de persévérer dans vos actions. Je vous souhaite une bonne continuation et que votre site aura de longues décennies devant lui et perpétiuer la langue berbère. »
    « Je vous prie de passer le bonjour à KACI Kamel et dites que c’est Hacène de Hydra. Bon courage et bonne continuation. Cordialement. »
   HAMMAR Hacène
   Nous vous adressons, Cher M. HAMMAR, nos vifs remerciements pour ce geste qui, ajouté à d’autres, sont d’un réel soutien à notre activité qui permet d’offrir à la planète web des nouvelles, des photos et des vidéos de notre région. Grand Merci.(BMS)   

statut2 

N.B – Si vous êtes un chef d’entreprise ou un commerçant ou une activité libérale, nous vous proposons un publireportage pour seulement 5.000 dinars. Vos annonces et le publireporage sont annoncés pendant 15 jours à l’accueil de nos sites et sur des pages internes  pendant au moins 3 mois. Contactez BMS au 0772.13.88.88.

barreretableau 

barreaitferhat 

barre6et4mille 

barremhammache

barremkarim

barrekab3
deuxNvAout
barrekab3
barrebelkacem
barrekab3
barrefadela
barrekab3
barremadjid
barrekab3
barreAhriq
barrekab3
barreAnonyme
barrekab3
barreAzzedine
barrekab3
barreFerrat
barrekab3
barreAzzouaoui
barrekab3
barreMokrane
barrekab3
barreHadj
barrekab3
barreAide
barrekab3
barreblanc

daily740_80

Kabylie-presse
aout2011_8_don215bBMS n’a pas inventé l’appel aux dons dans la presse: Le monde Diplomatique y recourt depuis des années …    Tizi-ouzou, 8 août 2011 – Mes chers amis (es) internautes et visiteurs du site. Je tiens absolument à vous préciser ici que je n’ai pas inventé le recours aux dons pour aider le travail de presse. Bien des médias américains et notamment le géant français du  »Le Monde diplomatique » y ont recourru et y recourrent encore. 
    Je ne vais pas vous faire un dessin sur les raisons qui m’ont poussées à cette action, mais permetttez moi de vous présentez celles du Le Monde Diplomatique, qui a créé
tout un site pour cela avec la possibilité de faire des dons par carte bancaire Visa ou MasterCard.
    Je partage complètement la vision du « Monde diplomatique » lorsqu’il affirme que faire un don est destiné à  »garantir notre indépendance financière et éditoriale, rare dans le monde de la presse (…) soutenir un journal singulier qui couvre l’actualité internationale et propose des enquêtes longues et fouillées (…) pour développer un site Internet qui offre des éclairages à chaud sur l’actualité et l’accès à deux années d’archives ; parce que l’information approfondie a un coût ». 
    Je vous invite à visiter ce site du Le monde Diplomatique pour comprendre un peu plus le sujet auquel adhèrent plein de financiers et industriel de par le monde. Dans notre cas, il s’agit d’un simple site personnel transformé en un site communautaire très actif. Continuer sur cette lancée m’empêche de faire autre chose, donc au détriment de mes intérêts. Mais l’arrêter, c’est décevoir tant de visiteurs du site qui ne cessent de nous déclarer leur satisfaction. Votre soutien avec des dons est la seule façon de satisfaire les uns et les autres. Soyons réalistes.(BMS)
    Belkacemi Mohand Said 
 
aout20118don740   barrekab3

Presse-France: Le Monde diplomatique a reçu en deux ans 2 923 dons pour un montant de 288 510 euros – 7 octobre 2011 -  Le mensuel français Le Monde diplomatique a reçu en deux ans 2 923 dons pour un montant de 288 510 euros, a affirmé aout20118don215bson directeur Serge Halimi, dans une lettre aux lecteurs, reçue par courriel à kabylienews@yahoo.fr.
     »En octobre 2009, nous leur avons (les lecteurs, ndlr) demandé de nous verser des dons, de s’abonner et d’abonner leurs amis, d’acheter plus régulièrement encore Le Monde diplomatique en kiosques. Deux ans plus tard, nous avons reçu 2 923 dons pour un montant de 288 510 euros. Cet effort témoigne à la fois d’un attachement et d’une attente. Il nous encourage et nous oblige. Une fois encore, nous faisons donc appel à vous pour que vous contribuiez financièrement à notre développement et à la défense de notre indépendance (en accédant à cette page).
     »N’inventons pas un péril imaginaire : nous ne courons aucun danger immédiat. Et nous n’ignorons pas par ailleurs que la situation financière de nos lecteurs est elle aussi fragile, en partie à cause des politiques d’austérité salariale que nous analysons régulièrement dans nos colonnes. Mais, chacun le comprend, l’avenir d’un journal exigeant n’est pas assuré, surtout quand il ne dispose d’aucun appui promotionnel dans les grands médias et que ses recettes publicitaires, traditionnellement faibles, ne cessent de se dégrader », ajoute M. Halimi dont  »La lettre à nos lecteurs » ajoiute de … l’eau au moulin de BMS qui tente de sensibiliser les visiteurs de ses sites (Kabylie News et Bouzeguene News) à faire des dons s’ils veulent aider une presse utile, indépendante, de proximité et libre, dont il se réclame et qui a reçu depuis janvier 2011 quelquezs 80.000 dinars de dons (570 euros).(BMS)

Belkacemi Mohand Said 

bas_mars1
Belkacemi Mohand Said – Contact: (Algérie) 0772.13.88.88 – kabylienews@yahoo.fr

 

Kabylie-artistes: La journée de l’artiste célebrée dans la gaieté à Tizi-ouzou mais sur fond de revendication d’un statut – 9 juin 2011 –

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Kabylie.News. et Bouzeguene News - Des sites d’information générale et de proximité

Kabylie-artistes: La journée de l'artiste célebrée dans la gaieté à Tizi-ouzou mais sur fond de revendication d'un statut - 9 juin 2011 -  dans Accueil logo740

acceuil1 dans Accueil ci_politique ci_societe ci_culture ci_presse ci_carnet ci_monde ci_videos

daily740_80

barrekab3
Kabylie-artistes
juin2011_09_artistes375La journée de l’artiste célebrée dans la gaieté à Tizi-ouzou mais sur fond de revendication d’un statut

 

Tizi-ouzou, 9 juin 2011 – Ils étaient nombreux .. les vieux artistes à venir assister ou participer à la célébration de la journée de l’artiste mercredi dans la grande salle de la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou.
    Malgré l’âge et la maladie qui ronge visiblement certains d’entre eux, ils ont tenu à venir participer à l’hommage qui devait être rendu à quatre des leurs dont l’un, Ameziane Mohand Ameziane est décédé et un second, Amar Segheir, n’a pu faire le déplacement en raison de sa maladie. Belkheir Mohand Akli était le troisième de la liste. Malgré le fait qu’il souffrait visiblement, il s’est déclaré honoré et heureux d’être là. Oukil Amar avait pour sa part la pêche. Il s’est permis même l’interprétation de sa chanson fétiche Chemin difir vouwourfan et celle de Farid Ali, Ayemma Azizeen ouratsrou. Il a rendu hommage avec insistance aux moudjahdine et aux chouhadas de la révolution.
    Il y eut aussi Taleb Rabah, qui, invité sur la scène pour témoigner du parcours des quatre artistes honorés, paraissait également fatigué et chancelant dans ses gestes et déplacement. L’âge a rattrapé tous ces vieux et vieilles routiers de la chanson kabyle. Taleb Rabah a tenu à rappeler à l’assistance quelques noms d’artistes disparus comme Ahcene Mezani, Hnifa et Farid Ali.
   Et à rabah Ouferhat, le président du bureau de Tizi-ouzou du syndicat des artistes, affilié à l’UGTA, de refroidir un peu l’assistance, en rappelant le sort réservé à ces artistes qui meurent dans la difficulté, sans avoir jamais un  »numéro de sécurité sociale, une retraité méritée, un véhicule, une maison ». Il dira l’espoir des artistes de voir enfin un jour le statut de l’artiste promulgué pour protéger les artistes, avant de rendre un hommage particulier au chantre de la chanson kabyle disparu, Matoub Lounes, assassiné le 25 juin 1998 sur la route de son village dans la région de Beni Douala. Un public nombreux et particulièrement chaleureux a assisté à cette célébration qui devait se poursuivre toute l’après-midi de mercredi dans la grande salle de la maison de la culture et jeudi.(BMS – vidéos suivront)

Belkacemi Mohand Said 

juin2011_09_artistes
juin2011_09_artistes2
barrekab3
barreblanc
gif740bouzeguene
bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

bas_mars1
daily740_80trice

barreblanc
Belkacemi Mohand Said – Contact: (Algérie) 0772.13.88.88 – kabylienews@yahoo.fr

Algérie-France-Histoire : Des moudjahidine rappellent le passé repressif de l’ex-SAS de Bouzeguene dite d’Ait-Megève – 7 mai 2011 –

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Algérie-France-Histoire : Des moudjahidine rappellent le passé repressif de l'ex-SAS de Bouzeguene dite d’Ait-Megève - 7 mai 2011 -  dans Accueil daily740_80bis

logo740 dans Accueil

acceuil1 ci_politique ci_societe ci_culture ci_presse ci_carnet ci_monde ci_videos

daily740_80

barrekab3
barreblanc
Algérie-France-Histoire
Des moudjahidine rappellent le passé repressif de l’ex-SAS de ex_sastrois375Bouzeguene dite d’Ait-Megève

 

 Tizi-ouzou, 7 mai 2011 - Des moudjahidine de la guerre de libération nationale de la région de Bouzeguene (anciens combattants) critiquent les visites dans la région  »d’anciens officiers et sous officiers français », liés à l’ex-Section Administrative Spécialisée (SAS), dite S.A.S d’Ait-Megève, en rappelant le passé repressif et les  »tristes souvenirs » rattachés  »à ce poste militaire ouvert en 1955, avec tous les moyens de repression possibles ».
    Cette sortie de moudjahidine de la région intervient notamment en réaction à la dernière visite de l’ex-chef de la SAS, M. Claude Grandjaques (1961-1962), qui pronait dans un entretien à notre site, enregistré en vidéo (1 et 2 ), un rapprochement entre la France et l’Algérie et envisage même de créer un monument virtuel sur internet pour honorer  »toutes les victimes » des deux côtés.
    Dans leur déclaration, reçue à Bouzeguene News, ces moudjahidine rappellent notamment le souvenir de  »ces milliers de femmes et d’hommes  passés quotidiennement par le circuit infernal dans cette unité, pour leur soustraire des renseignements », le cas d’un village où les habitants se sont rendus tous ensemble  »hommes, femmes, enfants, jeunes, vieux, réclamer pacifiquement en masse, la liberté d’un de leur citoyen » et qui sont  »accueillis et dispersés à coup de rafales de 30 robustes à partir de la guérite tuant une femme et sa petite fille »,  »ces centaines de civils, (hommes, femmes et enfants) torturés, violés et assassinés froidement dans de différents villages au cours de missions de patrouilles ou d’opérations de ratissages et ces Moudjahidine et Moussebline, blessés, prisonniers de guerre, froidement exécutés, au mépris des règles en la matière ».
     »Et enfin, durant « jumelles », l’obligation  faite aux populations lar-gement exténuées, de recevoir des unités de l’armée, de les abriter aux villages même, de s’entourer de barbelé, de fournir l’auto-défense, de contrôler les entrées et sorties des villages, sinon pas de quota de ravitaillement, proféraient  ces chefs de S.A.S.  Du chantage bien orchestré, mis rapidement à exécution. Une décision appliquée, à la lettre, au point ou certaines populations réticentes mangeaient de l’herbe mélangé au peu de farine de gland qu’ils réussissent à cueillir clandestinement, sous les bombes, en zone interdite. C’est le génocide caractérisé », ajoute la déclaration. 
     »Que de grosses bavures et actes criminels vite oubliées, ignorées dans leurs tristes fond parfois par les générations de l’indépendance, et revisitées moralement aujourd’hui par ces acteurs de l’armée française, sans égards au bon sens, au respect, à l’éthique, pour reléguer tous ces méfaits derrière l’amitié qu’on aurait retrouvée. », ajoute le texte, ses auteurs jugeant le rapprochement  »inopportun » et soulignent que  »la criminalisation et le pardon restent toujours d’actualité entre la France et l’Algérie pour ce qui concerne la révolution ».(BMS)

BELKACEMI Mohand Said 

Le texte intégral de la déclaration signée  »Des Moudjahidine de la région » 

     A Bouzguéne, les anciens officiers et s/officiers  français de la S.A.S (Section Administrative Spécialisée) y défilent pour revoir ce site implanté à Zemaa. C’était à l’époque du colonialisme et de lutte sans merci contre l’ALN – FLN que ce poste militaire a été ouvert en 1955, avec tous les moyens de dissuasion possibles.
    Quels tristes souvenirs !
exsas_Bouzeguene215   – L’implantation, de cette structure de défense, est construite en forme de forteresse, entourée de larges murailles de pierres cimentées, assortie de trois grandes guérites, disposées en «blocos» d’observation et de garde. Elle  était une œuvre imposée aux indigènes les plus performants en construction de la région, dont l’un, détourné à leur profit, laissa sa propre vie, abattu sur les lieux même, à l’arme blanche par un élément de l’OC/FLN, qui illustra merveilleusement sa qualité ce Moudjahid.
    -  Des structures métalliques militaires adéquates sont réalisées pour abriter  les unités de combat et la Section Administrative Spécialisée, le 2eme bureau, chargé des renseignements et ses services annexes leurs permettant le contact  avec les populations, tels que : l’état civil, le permis de mouvement et les affaires diverses, qui constituent, en fait, l’intermédiaire et le rapprochement, pour le « renseignement ».
    – Des structures annexes d’accueil  pour les détenus-récalcitrants. Du sous-sol, des guérites aménagés en cellules, et autres trous «  tisrafines » remplies au ¾ d’eau boueuse, de salles de tortures équipées de la G.G.N etc., et enfin, aux puits pour se débarrasser des cadavres éventuels. Comme également  le site  faisant office d’écurie au bétail (retenu) et réservé à leur copieux repas. 
    Le renseignement  privilégié alors dans le concept militaire, alla susciter dès son installation des incursions organisées quotidiennement vers les masses populaires et témoignent de leurs sinistres passages dans les villages. On procède aux arrestations au hasard, on les soumet au circuit, d’abord par «tisrafines », le temps de réfléchir à la douleur,  jusqu’à la GGN  et tortures diverses, allant parfois jusqu’aux  puits de la mort pour les enfouir à jamais. On arrive parfois sous cette pression à identifier des moudjahidine, les moussebline et à obtenir d’autres renseignements. On identifie et brûle leurs maisons. On arrête les membres de leurs familles, leurs épouses subissent sévices et atrocités, presque toutes sont passées par Ait-Megève (à commencer par celle du Colonel chef de wilaya jusqu’au simple Djoundi) et bon nombre d’entre elles sont transférées ailleurs pour des tâches quotidiennes indescriptibles jusqu’au cessez-le-feu. 
    Les actes criminels dont ils se sont rendus coupables sont aussi odieux que nombreux pour se manifester aujourd’hui, prêchant  l’amitié  retrouvée entre la France et l’Algérie à travers les 20% d’émigrés de doubles nationalités que compte la localité, qui après avoir été au cœur de la rébellion, devait maintenant être au cœur du rapprochement, selon les déclarations de l’un de ces visiteurs, l’ex-chef de cette  fameuse S.A.S  d’Ait-Megève. 
    Le rapprochement apparait inopportun : la criminalisation et le par-don  restent toujours d’actualité entre la France et l’Algérie pour ce qui con-cerne la révolution.
    Pour mémoire :
    – Ces milliers de femmes et d’hommes  passés quotidiennement par ce circuit infernal dans cette unité,  pour leurs soustraire des renseignements ne peuvent être oubliés, ni effacés dans les mémoires de ceux qui les ont connu,  et soutenu dans leurs douleurs. 
    – Ces populations d’un village venues désespérément, tous ensemble, hommes, femmes, enfants, jeunes, vieux, réclamer pacifiquement en masse, la liberté d’un de leur citoyen, accueillis et dispersés à coup de rafales de 30 robustes à partir de la guérite tuant une femme et sa petite fille est un acte aussi odieux que criminel.
    – De même que ces centaines de civiles, (hommes, femmes et enfants) torturés, violés et assassinés froidement dans de différents villages  au cours de missions de patrouilles ou d’opérations de ratissages et ces Moudjahidine et Moussebline, blessés, prisonniers de guerre, froidement exécutés, au mépris des règles en la matière, le sont aussi et reflètent aisé-ment leurs volontés délibérées en la matière. 
    Et enfin, durant «jumelles », l’obligation  faite aux populations lar-gement exténuées, de recevoir des unités de l’armée, de les abriter aux villages même, de s’entourer de barbelé, de fournir l’auto-défense, de contrô-ler les entrées et sorties des villages, sinon pas de quota de ravitaillement, proféraient  ces chefs de S.A.S.  Du chantage bien orchestré, mis rapide-ment à exécution. Une décision appliquée, à la lettre, au point ou certaines populations réticentes mangeaient de l’herbe mélangé au peu de farine de gland qu’ils réussissent à cueillir clandestinement, sous les bombes, en zone interdite.  C’est le génocide caractérisé. 
    Que de grosses bavures et actes criminels vite oubliées, ignorées dans leurs tristes fonds parfois par les générations de l’indépendance, et revi-sitées moralement aujourd’hui par ces acteurs de l’armée française, sans égards au bon sens, au respect, à l’éthique, pour reléguer tous ces méfaits derrière l’amitié qu’on aurait retrouvée.
    Nous vous renvoyons aussi à ce lot de photos, émises par les intéressés sur des sites internet et autres, pour nous faire rappeler qu’ils scolarisaient dans le temps, nos enfants, dans le cadre d’une pacification aveugle, pendant que certains de leurs parents étaient sous la torture.  Ils constituaient, en fait, de par leurs jeunes âges, eux aussi, la proie et la source d’information privilégiée, leur ultime démarche, pour combattre et tenter de vaincre l’ALN et le FLN sur le terrain.
    Enfin, nous aurions voulu, des récits et des photos authentiques relatives à leurs actions et actes quotidiens, sans aucun truchement, des images de valeurs historiques, notamment : les sévices corporels pratiqués à longueur de journées, les scènes de tortures de toutes natures, celles de cadavres mutilés, défigurés, entassés et enfouis dans des puits et dépôts d’ordures mitoyens. Ces visiteurs, auraient alors au moins contribué à l’écriture de l’histoire, nous apporter ce que la France coloniale ne nous a pas donné, dans le temps, nous, génération de novembre : l’instruction nécessaire et les moyens audio-visuels, pour mieux convaincre nos enfants et les tiers aujourd’hui.  Là, est le devoir de vérité, et l‘on pourra juger de l’opportunité de l’amitié retrouvée, entre  la France et l’Algérie -  Gloire à nos martyrs.

Des Moudjahidines de la région

 

Vidéo des lieux de l’ancien siège de  la SAS de Bouzeguene

 

Image de prévisualisation YouTube

gif740bouzeguene
bas_bouzeguene3 

bas_bouzeguene

bas_mars1
daily740_80trice

barreblanc
Belkacemi Mohand Said – Contact: (Algérie) 0772.13.88.88 – kabylienews@yahoo.fr

1...56789...12

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...