• Accueil
  • > Accueil
  • > Bouzeguene-Femme-Football : Lilia Achiche: une jeune femme d’Ait Salah qui monte dans le corps arbitral en France – 5 juillet 2011 –

Bouzeguene-Femme-Football : Lilia Achiche: une jeune femme d’Ait Salah qui monte dans le corps arbitral en France – 5 juillet 2011 –

Classé dans : Accueil — Mohand Said Belkacemi @

Kabylie.News. et Bouzeguene News - Des sites d’information générale et de proximité

Bouzeguene-Femme-Football : Lilia Achiche: une jeune femme d'Ait Salah qui monte dans le corps arbitral en France  - 5 juillet 2011 -  dans Accueil logo740

acceuil1 dans Accueil ci_politique ci_societe ci_culture ci_presse ci_carnet ci_monde ci_videos

daily740_80

barrekab3
Bouzeguene-Femme-Football
juillet2011_05_lilia215Lilia Achiche: une jeune femme d’Ait Salah qui monte dans le corps arbitral en France 

 

Tizi-ouzou, 5 juillet 2011 – Admirable parcours que celui de Lilia Achiche, du village Ait Salah, qui semble bien partie pour gravir une à une et avec succès les marches du corps arbitral en France. Lilia, qui a eu à l’Institut d’Education Physique et Sportive à Delly Brahim (Alger), sa licence EPS en 2003, dans les spécialités football en sport collectif et athlétisme en sport individuel, vient d’être admise à l’examen théorique pour devenir arbitre fédéral féminine (l’élite en France).
    Si tout se passe bien, comme elle le dit dans une interview à Bouzeguene News – Kabylie News, cette femme qui arbitre0 dans la région de Picardie (en France) elle je sera nommée arbitre fédérale féminine pour la saison 2012/2013. Kabylie News – Bouzeguene News vous livrent le texte integral d’une e-interview réalisée par  mail avec Lilia, qui a plus de 400 matchs officiels arbitrés à ce jour, dont 230 matchs en Algérie.
    Elle tient à rendre hommage à M. Touil ABDELKADER, ancien arbitre de touche fédéral en Algérie et à MM. Nicolas Allart et Jean Luc Borland, qui depuis  depuis 2004 à ce jour, en France pour la confiance et l’aide qu’ils lui ont accordés qui lui sont  »précieuse pendant toutes ces années », dit-elle. Elle salue également le rôle de son frère Youcef, grâce à qui elle a pu continuer d’arbitrer après la fin de ses études.  »Il m’accompagnait dans tous mes déplacements, et souvent on est resté bloqué à Tizi-Ouzou ou AZAZGA à des heures tardives, par manque de transport ». Elle garde un mauvais souvenir de la la ligue régionale d’Alger qui l’a souvent punie, dit-elle,  »du fait de mon refus d’arbitrer dans des régions lointaines, et non sécurisées comme DRAA EL MIZANE, BOUGHENI et autres ». Interview:

    Présentation, son parcours scolaire et débuts dans l’arbitrage?
    Je suis née le 02 mars 1981 à Bouzeguéne. J’ai fréquenté l’école primaire du village Ait Salah, l’école fondamentale AZZOUG SAID à Houra et puis le lycée de Bouzeguéne, jusqu’à l’obtention du bac en 1999.
    Après le BAC, je me suis inscrite à l’Institut d’Education Physique et Sportive à Delly Brahim, ou j’ai eu ma licence EPS en 2003, spécialités football en sport collectif et athlétisme en sport individuel. Après un petit passage au lycée technique des frères Hanouti à Bouzeguéne, ainsi qu’au CEM Akli Amar en tant qu’enseignante d’EPS, je suis partie en France comme tous les jeunes étudiants de ma génération, où j’ai obtenu mon diplôme de Master 1 en management des Organisations sportives à l’université de Marne La Vallée.
    Etant toujours sportive, j’avais un rêve de petite fille «jouer au foot pour la JSK», mais notre société me semblait peu ouverte à cela, et puis comment dire à son père que je veux jouer au foot? C’était inimaginable pour moi à cette époque. Alors je me suis contentée d’étudier sereinement et sérieusement.
    Un jour en regardant une émission sportive très connue sur l ENTV, la FAF à diffusé une annonce de recrutement d’arbitres, une semaine plus tard je me suis présentée à la ligue de Wilaya d’Alger pour le retrait du dossier d’inscription. Après 3 mois de formation, on a passé l’examen final le 14 juin 2001, dans des conditions difficiles (c’était le jour de la marche noir). Je précise qu’on était 6 filles candidates. Bref j’ai été reçue à l’examen et c’est à partir de là que j’ai commencée à diriger des rencontres de foot tous les jeudis et vendredi.
    Mon premier match, je m’en souviendrais toute ma vie. C’était au stade  de BOULOUGHINE. USMA contre EL BIAR en école de football. Ce match m’a beaucoup marqué car je comprenais à peine la règle du hors jeu. Lors de ce match,  j’ai accordé 7 buts en position d’hors jeu. On ne peut pas être toujours bon du premier coup…!
    Les matchs s’enchainent, et mon autorité naturelle ma permis de gérer tous ces matchs tout en continuant à travailler mes qualités d’arbitre et de progresser. Les conseils des collègues et des formateurs m’ont été très utiles.

    Comment vous sentez-vous dans le corps arbitral?
    Au début, l’arbitrage était mon espace de liberté. Au fil des années l’arbitrage est devenu l’air que je respire, je ne pouvais plus m’en passer (cela fait juste partie de ma vie). J’ai fait de grands sacrifices pour arriver là ou j’en suis aujourd’hui. Même si c’est un peu dur depuis la naissance de ma fille, je continue de travailler et de progresser.
    Je pense en toute sincérité que je suis faite pour être arbitre, la seule différence c’est que je suis une femme. En 11 ans d’arbitrage on m’a jamais manqué de respect ni en Algérie, ni ici en France. Je parle bien du terrain car en dehors (dans les tribunes) c’est plus difficile. En Algérie je garde en mémoire ses réflexions courantes qui suivent :
- vas faire la vaisselle,
- te marier et t’occuper des gosses,
- faire la cuisine ect…
    Je répondais souvent avec le sourire car ça m’amusais. Je pense ce qui cassait plus l’arbitrage féminin ou même masculin c’est plus les instances footballistique Algérienne que ce genre de réflexions.

    Quelle est la rencontre où vous avez officié qui vous a le plus émue?
    Je suis émue à chaque match difficile à arbitrer, et que je sors sous les applaudissements, quant des femmes viennent me voir pour me féliciter et de me dire combiens je suis courageuse. En Algérie, je pense que le match opposant le NAHD contre la JSK était spécial pour moi. C’était la première fois que j’arbitre la JSK.
    En France c’était mon match en avril 2008, Equipe de France féminine contre Compiègne en amical. Mais aussi et surtout mon premier match arbitré dans ma ville natale à Bouzeguéne en 2009, à l’occasion du tournoi national des jeunes footballeurs à ATH SAID. Je ne m’attendais pas à un tel respect, et accueil de la part des gens de ma commune.

    Quel bénéfice tirez-vous de cette activité?
    Le bénéfice il est plus moral que matériel, même si pendant mes années de faculté cela m’a aidée à poursuivre mes études. Aujourd’hui je n’aiI pas besoin de ça pour vivre. Cela m’a permis de gagner en maturité et de prouver à ceux qui ont des doutes que la femme est capable d’exercer un métier exclusivement masculin, en plus avec brio et sans reproche. Je suis sorti d’un trou, je n’ai jamais pensais sortir de mon village…
    L’arbitrage m’as permis de rencontrer des gens formidables, intéressants, et puis cela m’a permis également de voyager, de découvrir d’autres villes ou régions.

    Comment voyez-vous votre avenir dans l’arbitrage et dans les organisations du football.
    Dans le football en général je souhaiterais donner de mon temps, mon expérience, ainsi que mes connaissances pour la promotion de football féminin et l’arbitrage féminin. La France a le même souci, il y a de moins en moins de licenciées et de bénévoles.
    Dans l’arbitrage : j’ai fait un parcours remarquable, je suis la seule femme dans la région de Picardie a arbitré à un niveau aussi élevé. Je viens d’être admise à l’examen théorique pour devenir arbitre fédéral féminine (l’élite en France). J’aurais pour la saison prochaine des matchs examens sur le terrain. Si tout se passe bien je serais nommée arbitre fédérale féminine pour la saison 2012/2013. Après cela j’envisagerais de continuer le travail et je vise l’international.
    Je vais continuer à consacrer un peu de mon temps pour la formation des jeunes arbitres. Je fais déjà  partie d’un dispositif qui s’appelle « jeunes talents », où quelques jeunes arbitres sont suivis toute la saison, par des anciens arbitres.

    Pensez-vous devenir un jour présidente de la fédération de France ou même de la Fifa? Avez-vous ce genre d’ambitions?
    Non! J’ai plus envie de donner de mon temps comme je l’ai dis auparavant à la formation des jeunes arbitres, et d’être utile au district de l’Oise et la ligue de Picardie de football, car je suis reconnaissante pour tout ce qu’ils ont fait pour moi depuis mon arrivée en 2004. Car j’ai une dette vers eux.

Interview réalisée par mail par Belkacemi Mohand Said

 

juillet2011_05_lilia740
juillet2011_05_lilia740bis
barrekab3
barreblanc
gif740bouzeguene
bas_bouzeguene3
daily740_80bis

bas_bouzeguene

bas_mars1
daily740_80trice

barreblanc
Belkacemi Mohand Said – Contact: (Algérie) 0772.13.88.88 – kabylienews@yahoo.fr

4 réponses à “Bouzeguene-Femme-Football : Lilia Achiche: une jeune femme d’Ait Salah qui monte dans le corps arbitral en France – 5 juillet 2011 –”

  1. Madjid dit :

    c’est toujours un plaisir de regarder et de s’informer de ce qui ce passe aux pays surtout à bouzegune ainsi que de le faire partager avec des amis (groupe ait Salah sur faceboock).
    Voir un article sur un destin d’une petite fille de mon village qui voulais être footbaleuse et par la force des choses et du destin il est devenu arbitre, sa force l’admiration de voir une maman sur un terrain de foot (J ai hâte de la voir en action), bravo a toi Lilia.
    Merci également a Kabylie news et en particulier a Monsieur Belkacemi que j’espère rencontrer cet été.
    Madjid At M’hend
    Ait Salah.

  2. TOUABI Amar dit :

    Cette fille a eu l’audace de sortir des sentiers battus. Elle est à encourager rien que pour ça. Ce n’est pas évident, surtout dans un environnement comme celui de Bouzeguène où les préjugés ne finissent pas de durcir leur peau.
    Cependant, je me permet une petite remarque à propos de son physique : je pense qu’elle fera bien de perdre qq kilos pour réussir dans ce métier. Je ne sais d’ailleurs pourquoi’elle ne l’a pas fait surtout quand on sait qu’elle avait l’ambition de jouer au foot (?). Le physique fait partie des outils qu’elle devrait affuter. Bon courage à elle.

  3. lilia dit :

    je me permets de répondre à MR TOUABI. Je pense qu’avant de porter un jugement sur mon physique il faut me voir arbitrer. Sachez que les tests physiques sont réguliers et obligatoires pour arbitrer, et malgré mes kilos en plus et à ce jour je n’ai jamais raté un test et puis si je n’avais pas la condition physique je ne serais pas où je suis aujourdhui… Merci quant même !!
    Madjid je te remercie egalement, qui sait, peut-être tu me verra à la télé puisque les matchs de F1 feminin seront transmis sur France télévision et euro sport.
    Merci à Kabylie news de m’avoir donné l’occasion de dire ce que j’avais sur le coeur…

  4. hasan khedim dit :

    je suis votre un des anciens camarades d’unuversitée daly-ibrahim ; je suis un jijilien et mon nom cherif khedimallah . jue suis heureux et fière de tois , bravo lilia tu mérite cette bien afaire et cet progression ; bon courage et en avant inchallah tu sera une grande arbitre feminins au monde ;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
blogdanton |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble, Préservons Rognac...
| Elections 2008 Municipales ...
| UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE...